.
.

Le triomphe de la vérité

.

L’honorable Hélène Aholou-Kêkê sur les dernières lois électorales au Bénin: « Certains articles de la nouvelle loi vise à régler des comptes personnels »


« J’ai voté pour la globalité de la loi. Mais, j’ai voté contre certains articles », a expliqué hier la présidente de la commission des lois de l’Assemblée Nationale. En effet, à la faveur de l’émission hebdomadaire, « Zone Franche » d’hier, dimanche 29 août 2010, l’honorable Hélène Aholou-Kêkê s’est indignée du caractère personnel que renferment certaines dispositions de la nouvelle loi devant régir les prochaines joutes électorales au Bénin. Pour l’honorable Hélène Aholou-Kêkê, à travers ces dispositions, les députés de l’opposition ont mis à profit leur majorité mécanique au sein de l’institution parlementaire pour viser le Chef de l’Etat. « La cour va casser ces loi », estime-t-elle parce que selon elle, « C’est anticonstitutionnel ».
Expliquant que la loi N°2010-33 portant règles générales pour les élections en République du Bénin fait suite aux cinq (05) propositions de loi des députés Epiphane Quenum, Jude Lodjou, André Dassoundo, Chabi Sika et Valentin Aditi Houdé, la présidente de la Commission des lois a estimé que la disposition relevant la caution des candidats de 5 millions à 100 millions de francs Cfa traduit le souci des députés de favoriser la diminution des candidatures fantaisistes au profit de celles soutenues par des équipes. Ainsi, pour elle, cette disposition de la nouvelle loi permettra de favoriser une meilleure implication des populations béninoises dans le débat politique même si, elle estime que 50 millions serait une proposition plus raisonnable. Dans ce même sillage, Me Hélène Aholou-Kêkê explique que le passage de 83 à 99 députés décidé dans cette loi est le fruit d’un minutieux travail prenant en compte l’augmentation de la population béninoise ces dernières années.
Avocate de formation, ancien bâtonnier de l’ordre des avocats du Bénin, Hélène Aholou-Kêkê se félicite de l’avènement de ce corpus juridique mais invite à en faire un véritable outil de développement en lieu et place d’un moyen de règlement de compte comme cela s’est observé lors de son vote par les députés.

DEBALLAGE SOULE MANA LAWANI, FRANÇOIS NOUDEGBESSI…
Les récentes révélations de l’ex ministre de l’économie et des finances, Soulé Mana Lawani sont condamnables. C’est l’opinion affichée par l’honorable Aholou-Kêkê dans son appréciation des propos de l’ex argentier national. Pour cet ancien magistrat, « Il y a un droit de réserve à avoir quand on a exercé de hautes fonctions ». Ainsi, pour elle, en lieu et place du déballage public auquel il s’est livré, le ministre Soulé Mana Lawani devait plutôt livrer ses informations à une commission mise en place à cet effet.
Toutefois, Aholou-Kêkê s’estime sereine face aux révélations faites sur la gestion du dossier Cen-sad par le gouvernement du Changement.
Suppléante du ministre de l’urbanisme et de la construction lors des élections législatives de 2007, Me Aholou-Kêkê perçoit à travers la volonté des députés d’inclure François Noudégbèssi dans la liste des mis en cause devant la Haute cour de justice, une démarche conforme aux pouvoirs conférés par la constitution du 11 décembre 1990 aux élus du peuple. Dès lors, pour elle, l’interpellation de Noudégbèssi ne peut conduire qu’à mettre en lumière la vérité dans le dossier Cen-sad.
Membre de la Commission politique de supervision (Cps) de la Lepi, Me Hélène Aholou-Kêkê s’insurge contre les récriminations de l’opposition contre l’instance en charge de la conduite du processus de réalisation de la Lepi. Pour elle, en faisant la politique de la chaise vide, les membres de l’opposition témoignent de leur mauvaise foi aux yeux de l’opinion publique. Néanmoins, la conviction de l’honorable Aholou-Kêkê demeure inébranlable quant à la réalisation effective de cet instrument. « Rassurez-vous, nous serons dans le délai », affirme t-elle au sujet de la disponibilité de la Lepi pour les prochaines joutes électorales.
Invitée à se prononcer sur l’éventuelle implication du Chef de l’Etat dans le dossier Icc-services mis en avant par la majorité des députés, la présidente de la commission des lois estime que le Chef de l’Etat est victime de l’utilisation abusive de son image par certains de ses proches, toute chose qui fait dire à certains qu’il y a connivence entre le Président de la République et les responsables de cette vaste arnaque.

Jean-Claude DOSSA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



2 thoughts on “L’honorable Hélène Aholou-Kêkê sur les dernières lois électorales au Bénin: « Certains articles de la nouvelle loi vise à régler des comptes personnels »

  1. Houndayi P.

    Bonjour,

    Tout bTout d’abord je vous remercie pour l’opportunité que vous donnez aux gens de réagir par rapport a cet article. Comme vous l’avez bien dit ‘’ de favoriser la diminution des candidatures fantaisistes au profit de celles soutenues par des équipes’’. C’est vraiment capital pour un pays comme le Benin ou tout le monde pour peu tu sois un cadre de l’administration de penser accéder au pouvoir non pas pour une responsabilité civique mais pour s’enrichir. En tant que béninois, je trouve que 100 millions serait même insuffisant lorsqu’on réfléchit en terme de Parti Politique, donc un ensemble de milliers voir million de d’adhérent capable de cotiser. Par contre ce serait exorbitant si c’est seulement le chef de parti qui doit toujours mettre sa main dans ses ressources personnelles afin de pouvoir payer la caution ; de ce point de vue s’il parvenait au pouvoir il ne serait plus dans l’obligation de concerter sa base et en Afrique tout fini en dictature.

    Par contre je ne suis vraiment pas de même avis pour ce qui concerne l’augmentation des députes dans un pays où l’économie est encore rudimentaire, une inflation d’institution et ou les gens ne travaillent pas assez, vraiment se serait un luxe que nous nous permettions ce genre de vie.
    Non non au Benin le ridicule peut nous tuer.
    Ces députes qu’est ce qu’ils font !!!!!!!!! Seulement la politique et des coups bas réciproques.
    Un pays où le gouvernement fait obligation aux Ministres de déclarer leurs biens a l’entrée en fonction seulement mais les laissent partir sans pour autant demander une estimation de leur fortune a la sortie………………..
    Mais chers amis, nous sommes tous contre la transparente, le développement et la bonne gestion. We are against the developemnt.

    Excusez-moi pour les fautes j’utilise un clavier anglais..

    Paulin Houndayi

  2. ASSONGBA justin

    bjr à tous les lecteurs, il y a trop à dire sur la gestion du Bénin et de ses institutions par ses hommes politique. En tant que citoyen j’invite juste mes compatriotes à se poser les vraies questions et se demamder si la politique telle qu’elle est faite aujourd’hui, répond à des exigences publiques ou privées(celles des politiciens, seuls propriétaires de l’Etat et de ses biens). N’oublions pas qu’au moment venu c’est nous qui allions nous allignés sous le soleil pour les désigner. Soyons en conscient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *