.
.

Le triomphe de la vérité

.

Selon la Coordonnatrice de Social Watch Bénin: La gouvernance bat de l’aile au Bénin


La coordonnatrice de Social Watch Bénin était en ligne le 11 août 2010 sur le forum de discussion de Centre Afrika Obota (CAO) Bénin. Le principal sujet au centre de la discussion était le contrôle citoyen de l’action publique (CCAP). Un concept qu’utilise le réseau Social Watch Bénin pour la promotion de la bonne gouvernance à tous les échelons de la vie sociale.

De 15h 20mn à 18h 20 mn avec les jeunes, cela n’arrive pas tous les jours. C’est le temps qu’a duré le Tchat de la coordonnatrice de Social Watch avec la jeunesse. La première question adressée à Huguette Akplogan Dossa a eu sans détour sa réponse. A la question de savoir quel est l’état actuel de la gouvernance au Bénin, « la gouvernance bat de l’aile », répond-t-elle. « Déjà qu’elle était fragile, mais elle est très prouvée avec les scandales qui se développent », continue-t-elle. Elle ne conclue pas directement à une mauvaise gouvernance mais constate tout de même que les institutions sont bloquées dans leur bon fonctionnement. Alors que la charte du gouvernement en son article 10 fait mention de la reddition des comptes aux citoyens, il s’avère aujourd’hui que non seulement les dirigeants ne sont pas prêts à faire le compte rendu de la gestion faite des ressources publiques, mais il est constaté que les dirigeants actuels s’illustrent par des mensonges. La grande déception de la société civile en général et de Social Watch en particulier selon Huguette Akplogan Dossa se situe au niveau du suivi des prévisions qui ne sont plus ce qui est écrit dans les documents qui sont élaborés. « … et c’est bien pour cette raison que Social Watch n’a pas baissé la garde et continue le travail tant au niveau du suivi des programmes d’action prioritaires (PAP) et des plans de développement communaux (PDC) au niveau des communes en vue l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) », affirme la coordonnatrice de Social Watch.  Définissant le concept de bonne gouvernance, elle déclare que c’est les mécanismes et les règles de gestion mis en place dans un état pour une réalisation efficiente des actions de développement et pour assurer un mieux être aux populations.

Au chapitre des droits de l’homme, les jeunes ont voulu savoir ce qu’il en est actuellement. Sur la question, Huguette Akplogan Dossa constate avec regret que la gouvernance démocratique n’est pas une réalité avec des actes de restriction des libertés. « Nous devons lutter fort pour ramener ces acquis de hautes luttes qui caractérisent notre pays et sa démocratie », martèle-t-elle. Pour elle, les politiques que ça soit la mouvance ou l’opposition doivent  se battre aussi de leurs côtés pour que les libertés soient respectées. Pour noter le régime en place Huguette Akplogan Dossa attribue 06/20 ce qui traduit le malaise politico-social et la morosité économique qui règne dans le pays actuellement.

Bruno HOUESSOU

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page