.
.

Le triomphe de la vérité

.

Polémique autour de la production de gaz: Le ministre Badarou expose les défaillances de Oryx


Vues : 2

Les installations de la société Oryx au Port sont une grave source d’insécurité pour la ville de Cotonou. Telle est la substance de la conférence de presse donnée hier par le ministre en charge de l’économie maritime, Issa Badarou Soulé. Entouré pour l’occasion du coordonnateur adjoint du MCA-Bénin, il a indiqué que la suspension des activités de production de gaz domestique ayant frappé la société Oryx cette semaine, n’est pas le fait du Port autonome de Cotonou ni du Millénium Challenge Account, mais des menaces graves que font peser les installations de l’entreprise sur son environnement immédiat. Prenant la parole, le coordonnateur  national du MCA a confirmé que c’est depuis novembre 2009 que le MCA a demandé à obtenir des documents sur les mesures de sécurité dont disposent les installations du groupe Oryx au Port.  Samuel Batcho a indiqué que le groupe n’a pas pu livrer ces documents pourtant nécessaires à la poursuite des travaux du programme. A défaut de cela, un cabinet d’audit international a été commis par le MCA pour recommander les mesures de sécurité à mettre en œuvre pendant la réalisation des travaux à proximité d’Oryx, évaluer et recommander une limite de vibration maximale admissible par rapport aux installations de stockage de gaz, examiner le système d’alerte de sécurité existant, identifier les principaux manquements aux règles de sûreté au niveau des installations d’Oryx. Cette mission d’audit réalisée par le cabinet Det Norske Veritas (DNV), aurait alors révélé de graves insuffisances sur le système de sécurité des installations du terminal Oryx, selon le Directeur de cabinet du ministère de l’économie maritime, Théodore Glèlè. Les installations de la société n’offrent pas des conditions suffisantes de sécurité. Elles font courir des risques d’accident, auquel cas tout serait brûlé et calciné dans un rayon de 600m à 1 km autour du Port autonome de Cotonou. Entre 1 km et plus, il y aurait des dégâts humains mortels ainsi  que d’autres dégâts irréversibles.  Samuel Batcho a laissé entendre qu’au regard de ces menaces qui pèsent sur toute la zone portuaire ainsi que toute la ville de Cotonou, la société en charge des travaux du MCA, Soletanche Bachy, a dû arrêter le chantier, ce qui occasionne une perte de 53 millions de FCFA par jour. Informé de la situation, le ministre de l’économie maritime a eu une séance de travail avec les responsables de la société Oryx fin juillet. Le Directeur Général d’Oryx Bénin a reconnu les défaillances du système de sécurité de l’entreprise et promis d’opérer les réparations nécessaires. En attendant, le ministre Issa Badarou a décidé de prendre des mesures dites conservatoires qui interdisent la production du gaz par Oryx. Le Directeur Général avait lui-même admis, selon le ministre, qu’un délai de 45 jours était nécessaire pour épuiser complètement la mise en bouteille du stock en cours, malgré l’arrêt de la production. D’où sa surprise de constater ce qu’il appelle lui-même une « pénurie artificielle » quelques jours seulement après la prise de la mesure gouvernementale. Il s’agirait à son avis d’une forme de pression. Pour le Directeur Général de la Sonacop, la situation actuelle est une véritable surprise. Mais la Sonacop se dit prête à mener toutes les démarches pour mettre le gaz à disposition au plus tard demain samedi. Expédit Houessou  a assuré que les détenteurs de bouteilles Oryx pourront aussi bénéficier du gaz Sonacop. Il s’est toutefois gardé d’évoquer la question du prix de cession du gaz Sonacop. Le comité de crise mis en place a pu obtenir des opportunités d’approvisionnement au Ghana. En attendant, Oryx a promis s’activer pour mettre toutes ses installations aux normes internationales dans les plus brefs délais, d’après le ministre. La société Oryx Bénin est une branche du groupe suisse Addax Oryx, spécialisé surtout dans la distribution des produits pétroliers. Son terminal gazier du Port a une capacité de 3.200 m3, lui offrant un quasi monopole de la production et de la distribution du gaz dans notre pays depuis une décennie environ. La Sonacop elle-même s’approvisionnait auprès  d’Oryx. Mais la crise ne fait que commencer puisque Oryx a porté plainte contre le Port autonome de Cotonou. 

 

Olivier ALLOCHEME 

 

ALLOCUTION LIMINAIRE DU MINISTRE A L’OCCASION DE LA CONFERENCE DE PRESSE RELATIVE A LA SUSPENSION DES ACTIVITES DE STOCKAGE DU GAZ ORYX SUITE AUX INSUFFISANCES DU SYSTEME DE SECURITE DES INSTALLATIONS DU TERMINAL ORYX AU PORT DE COTONOU 

Mesdames et Messieurs les membres du Cabinet du Ministre Délégué auprès du Président de la République chargé de l’Economie Maritime, des Transports Maritimes et Infrastructures Portuaires,

Avant tout propos, je voudrais vous souhaiter la bienvenue dans cette salle de conférence du Conseil National des Chargeurs du Bénin et vous remercier très sincèrement pour avoir répondu promptement à notre invitation.

L’organisation de la présente conférence de presse s’inscrit dans le cadre des explications qu’il convient d’apporter à la presse pour éclairer l’opinion publique nationale et internationale sur la situation née de la suspension des activités de stockage et de distribution du gaz domestique à partir du terminal ORYX au Port de Cotonou.

Au regard de l’impact de la décision sur la vie des citoyens, j’estime qu’il est opportun d’organiser la présente conférence de presse pour éclairer l’opinion publique sur les tenants et les aboutissants de ce dossier.

En effet, il est constaté depuis quelques jours une pénurie de gaz commercialisé par la Société ORYX – Bénin dans la plupart des villes du Bénin. Les désagréments causés aux consommateurs par cette situation ont été largement relayés par la presse nationale. Aussi avions -nous enregistré sur les antennes de certaines radios, des commentaires et appréciations tendant à faire porter au Ministre et à la Direction Générale du Port Autonome de Cotonou la responsabilité de cette situation.

Compte tenu de l’impact négatif que ces fausses informations peuvent avoir sur le Port de Cotonou, sur ces usagers et partenaires, il nous a paru nécessaire de rétablir la vérité sur cette situation qui est plutôt une conséquence des manquements aux règles de sécurité au niveau des installations d’ORYX.

Qu’il vous souvienne, Mesdames et Messieurs les journalistes, en février 2006, le Gouvernement du Bénin a signé avec les Etats Unis d’Amérique, à travers le Millennium Challenge Corporation (MCC), une convention de financement (<< Le Compact») pour la mise en œuvre du Programme du Bénin pour le Millennium Challenge Account (MCA-Bénin).

Au nombre des quatre projets du Programme MCA-Bénin, il yale Projet « Accès aux Marchés» dont l’objectif est l’amélioration des performances du Port de Cotonou au Profit de l’économie du Bénin et des pays de la sous-région. Ce projet dont le montant est estimé à 168,647 millions de dollars US représente plus de 50% du montant total du Programme MCA-Bénin qui est de 305,761 millions de dollars.

L’une des composantes du Projet «Accès aux Marchés» est la construction de deux nouveaux postes à quai au Port de Cotonou. Ce chantier fait l’objet des travaux du lot 2 du volet portuaire du programme MCA- Bénin.

Dans le cadre de l’exécution des travaux du volet portuaire du Programme MCA-Bénin se trouvant dans l’environnement du terminal ORYX au Port de Cotonou, il a été demandé aux responsables de la Société ORYX -Bénin S.A de mettre à la disposition de l’Autorité portuaire toutes les données relatives aux mesures sécuritaires à observer aux fins de réaliser lesdits travaux dans les conditions appropriées.

Malheureusement, la société ORYX S.A n’a pas pu fournir les documents actualisés requis; le constat qui a été fait est celui de l’inexistence de données indispensables comme les seuils de vibration supportables par les installations de la Société ORYX.

Dans ce contexte, le MCA, maître d’ouvrage des travaux en cours, a initié la réalisation d’un audit des installations de la Société ORYX.

C’est ainsi que la société de classification Det Norske Veritas (DNV) a été commise pour faire l’audit de toutes les installations du terminal ORYX avec pour mission, les actions suivantes:

1. recommander des mesures de sécurité à mettre en œuvre pendant la réalisation des travaux à l’intérieur du périmètre de sécurité de 200 mètres dans le cadre de la construction du nouveau quai jouxtant le terminal ORYX ;

2. évaluer et recommander une limite de vibration maximale admissible par rapport aux installations de stockage de gaz;

3. examiner le système d’alerte de sécurité existant et formuler des recommandations d’amélioration en cas de nécessité;

4. identifier les principaux manquements aux règles de sûreté au niveau des installations d’ORYX, qui peuvent affecter la sécurité du personnel de Soletanche Bachy, entreprise chargée de l’exécution des travaux et celle des équipements et matériels pendant l’exécution des travaux attenant au terminal ORYX.

Cette misson d’audit a relevé de graves insuffisances sur le système de sécurité des installations du terminal ORYX, ce qui induit un niveau de risque très élevé d’explosion de la bombonne de gaz.

En conséquence, l’audit a recommandé entre autres, la suspension des opérations sur le terminal de gaz naturel liquéfié ORYX jusqu’à la mise aux normes de ces installations.

La situation est d’autant plus préoccupante que l’audit a fait noter que tout ce qui se trouve dans un rayon d’un kilomètre autour’ de la bombonne (vie humaine, ouvrages et autres installations) sera calciné et qu’au-delà, il y aura également des dégâts énormes irréversibles.

Informé des résultats de cet audit, j’ai effectué une visite sur les installations de la Société ORYX le 27 juillet 2010 pour prendre la mesure de la situation. A cette occasion, le Directeur Général de la Société ORYX-BENIN a reconnu qu’il ya des insuffisances et qu’il était en train d’y remédier.

Le 28 juillet 2010, j’ai tenu à mon cabinet une séance de travail avec le Directeur Général de la Société ORYX, les responsables du Millennium Challenge Account (MCA-Bénin) et du Millennium Challenge Coorporation (MCC).

Pour sauvegarder alors la sécurité des biens et des personnes, non seulement sur le territoire portuaire mais aussi dans la ville de Cotonou, les mesures suivantes furent alors prises:

– la suspension des activités de la Société ORYX relatives au gaz domestique au Port de Cotonou;

– l’envoi officiel au Directeur Général ORYX du rapport d’audit afin de lui permettre de corriger les insuffisances constatées;

– l’obligation de faire constater par un expert international, après correction des insuffisances, le rétablissement du niveau de sécurité des installations de la Société ORYX;

Il convient de signaler à votre attention que les entreprises en charge de la mise en œuvre des chantiers, informées de la situation, avaient déjà interrompu les travaux en cours d’exécution et ont même menacé de les arrêter définitivement au cas où leur sécurité ne serait pas garantie.

Vous convenez donc avec moi que c’est cette situation d’insécurité au niveau des installations d’ORYX au Port de Cotonou qui est à l’origine de la suspension de l’exploitation du terminal ORYX en ce qui concerne les activités liées au gaz.

Nous sommes désolés de la pénurie de gaz actuellement observée sur le territoire national.

Cependant, le Port Autonome de Cotonou ne saurait être tenu pour responsable de cette situation.

Il est clair que la responsabilité de l’arrêt des activités d’ORYX en matière de stockage et de distribution de gaz ne saurait être imputée ni au Programme du Bénin pour le MCA, ni au Port Autonome de Cotonou.

Je voudrais avant de vous laisser le micro pour des questions, saluer le soutien du Gouvernement dans la gestion de cette crise.

J’ai à mes côtés le Coordonnateur National par intérim du MCA-Bénin et le Directeur Général de la SONACOP qui apporteront des informations complémentaires sur la situation et sa gestion.

 Je vous remercie pour votre attention

 

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page