.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entretien avec l’honorable Adambi Samou Seydou: « La machine ABT est lancée à Parakou et nous ne comptons pas nous arrêter »


Vues : 2

En  tournée de contact vendredi 6 août dernier avec ses sympathisants de la commune de Parakou, ABT a été accueilli en triomphe grâce à la détermination des leaders comme l’honorable Adambi Samou, l’un des initiateurs de cette rencontre. Au terme du périple, du président de la BOAD, le député ADMABI jure dans cet entretien que la machine électorale est désormais lancée à Parakou et il n’y a rien qui pourra l’arrêter.

 L’Evénement Précis : Vous avez été de la délégation du Président Abdoulaye Bio Tchané qui a parcouru certains arrondissements de la ville de Parakou à la rencontre de ses sympathisants. Que peut-on retenir de ce périple ?

 Adambi Samou Seydou : C’est en effet depuis 11 heures que nous recevons la visite du Président Abdoulaye Bio Tchané. Il s’agit d’une visite de courtoisie pour voir ses amis et échanger avec eux sur les sujets brûlants de l’actualité sociopolitique nationale de notre pays. Au cours de son périple, il a rencontré, non seulement ses sympathisants, mais aussi et surtout les dignitaires religieux. Nous avons commencé par les célestes pour finir par les catholiques avec deux escales dans deux mosquées ( La Mosquée centrale de Yéboubéry et la mosquée de Yarakinnin) où le Président a prié avec les fidèles musulmans. Dans l’ensemble, tout s’est bien passé. Il n’y a pas eu d’incident quand bien même le camp d’en face a envoyé sur les lieux quelques fanatiques pour essayer de nous troubler nos rassemblements ; on en veut pour preuve le cas de ces conducteurs de taxi-moto qui ont provoqué nos sympathisants à la hauteur de la mosquée de Yarakinnin. Les esprits se sont certes échauffés un peu, mais tout est rentré dans l’ordre. En dehors des religieux, le Président Abdoulaye Bio Tchané a échangé avec des journalistes et aussi avec les étudiants qui partagent les mêmes idéaux que lui. La mobilisation de la population a dépassé ce qu’on espérait. Les gens sont sortis spontanément de leur maison pour accueillir le Président Abdoulaye Bio Tchané. C’est le lieu de rendre grâce à Dieu qui nous a permis de faire tout ce parcours sans incident majeur. Comme vous l’avez-vous-même constaté, le seigneur a béni cette sortie par la pluie qui est tombée sur Parakou. C’est dire donc que l’espoir est permis. Au niveau des personnalités religieuses, c’est essentiellement des prières qui ont été dites pour accompagner le Président Abdoulaye Bio Tchané dans son engagement à participer autrement au développement de son pays et à réduire la misère de son peuple. Au niveau des journalistes et des étudiants, la principale question qui est revenue est de savoir si le Président Abdoulaye Bio Tchané est effectivement candidat à la présidentielle de 2011. A cette question, il a répondu qu’il a vraiment l’intention si Dieu lui donne la santé et lui prête longue vie.

 On est curieux de savoir ce que cherche l’honorable Samou Adambi, élu Fcbe derrière Abdoulaye Bio Tchané dont la candidature à la présidentielle de 2011 ne fait plus l’objet d’aucun doute alors qu’on sait que le Président Boni Yayi, chef de file des Fcbe est candidat aussi ?

A ma connaissance, je ne sais pas si Boni Yayi a déjà déclaré sa candidature. Même s’il est candidat, cela n’empêche pas qu’un élu Fcbe décide de choisir ses amis. Nous sommes en démocratie et les choix politiques sont démocratiques aussi.

 Est-ce l’expression d’un autre sursaut patriotique ?

Peut être. Mais je dois vous avouer que cela va au-delà de ce sursaut patriotique. La machine est lancée et il n’est plus question de s’arrêter. Après cette sortie, vous allez vivre des événements heureux. Parakou a été toujours un terrain politique où toutes les forces s’expriment. La population n’est pas dupe. Maintenant qu’elle a été libérée, il n’y a rien qui pourra l’arrêter dans sa détermination à rectifier le changement. Le Président Abdoulaye Bio Tchané porte d’ailleurs l’espoir de cette population déçue. Comme vous l’auriez dû constater, on n’a pas envoyé les bâchées dans les campagnes pour aller chercher nos sympathisants. Ils sont sortis de façon spontanée pour écouter celui qui incarne désormais pour eux l’espoir. C’est la différence avec les autres.

 On a oui dire qu’il y aurait des troubles. Comment avez-vous fait pour que cela ne soit pas arrivé ?

On avait effectivement été prévenu. Et comme je le disais tantôt, Parakou n’est la chasse gardée de personne. Nous sommes nés ici et on n’a pas besoin de quelqu’un pour assurer notre sécurité. Nous nous connaissons très bien. On ne peut pas passer tout le temps à tromper le peuple. La population a marre des promesses sans lendemain. Elle a fait son choix. Chercher à la bâillonner est synonyme de perdre son temps. C’est l’impression que nous avons en tout cas à partir de ce que nous avons vécu ce vendredi 6 août 2010 qui n’est qu’une entrée en matière. Les hostilités sont lancées. Vous aurez le temps de le constater vous-même.

 Entretien réalisé par Gérard AGOGNON

 

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page