.
.

Le triomphe de la vérité

.

Affaire Icc-services: 50 députés exigent la poursuite de Yayi devant la Haute Cour de Justice


(Lire leur lettre adressée au président de l’Assemblée)

La liste des personnalités en quête d’être poursuivies devant la Haute Cour de Justice risque de s’allonger dans les prochains jours. En effet, après la saisine de l’Assemblée Nationale par le Chef de l’Etat devant la Haute Cour de Justice des anciens ministres Armand Coovi Zinzindohoué, Rogatien Biaou, Soulé Mana Lawani, c’est autour du Président de la République, Dr Boni Yayi d’être dans le viseur des députés. Ainsi, à la faveur d’une lettre adressée au président de l’Assemblée Nationale le lundi 26 juillet dernier, cinquante (50) députés invitent « ’Assemblée nationale à engager les poursuites à l’encontre du Président de la République Chef du Gouvernement pour forfaiture et parjure ». Pour les initiateurs de cette lettre en l’occurrence les députés Janvier Yahouédéhou, Sacca Fikara et consorts en effet, la responsabilité du premier magistrat est établie dans la sulfureuse affaire de placement d’argent désormais connue sous le nom de « Affaire Icc-services » dans laquelle plus de deux cent cinquante mille personnes ont été spoliées de leurs avoirs. Cette demande spectaculaire et inédite de ces députés de l’opposition mais aussi de la mouvance présidentielle, vient donner une nouvelle tournure au bras de fer entre le Chef de l’Etat et les forces de l’opposition. Dès lors, tous les regards sont désormais tournés vers le bureau de l’Assemblée Nationale présidé par le professeur Mathurin Coffi Nago Nago pour la suite de ce feuilleton qui vient ainsi d’amorcer un virage inédit.

Porto-Novo le 26 juillet 2010

A Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale

PORTO-NOVO

 Objet : Demande de poursuite du Président de la République Chef du Gouvernement devant la Haute Cour de Justice

 Monsieur le Président,

 Nous voudrions inviter la Représentation nationale, et à travers elle, la nation béninoise toute entière à un sursaut salutaire compte tenu de la déconfiture morale que connait notre pays. En effet, dès l’arrivée au pouvoir du Président YAYI Boni en 2006, une ONG du nom de ICC Services s’est installée sur toute l’étendue du territoire et s’est livrée à des activités illégales de collecte d’épargne. Aujourd’hui bon nombre de nos compatriotes, qui ont eu le malheur de croire que le Gouvernement exerce son obligation de veille et de contrôle de l’économie nationale, se sont retrouvés complètement ruinés.

Nous savons tous désormais que cette situation est intervenue malgré :

1. L’existence des lois qui portent réglementation bancaire en République du Bénin (les lois du 27 juillet 1990 et du 08 août 1997) ;

2. L’existence de structures techniques du Ministère des Finances et des services de renseignement. L’Etat béninois a délibérément laissé ICC et consorts s’installer partout dans le pays et exercer illégalement les fonctions de banque, notamment la collecte d’épargne publique ;

 3. L’avertissement de la BCEAO au Gouvernement béninois depuis le mois d’août 2009, relevant l’illégalité des activités de ces structures, et le danger que cela représente pour le peuple et l’économie béninois ; 4. Les cris d’alarme de l’association des banques régulièrement installée et opérant dans le secteur ; Le Président de la République a favorisé les activités de ICC Services et consorts notamment :

1. En recevant à la Présidence de la République les responsables de ICC Services et leurs collaborateurs colombiens, cf. déclarations des conseillers politiques du Chef de l’Etat Amos ELEGBE et Alexandre HOUNTONDJI à l’émission Questions d’Actualité du dimanche 18 juillet 2010 sur GOLFE TV ;

2. En s’affichant partout dans le pays et de manière ostentatoire avec les responsables de ICC Services et en rendant visite par deux fois au Président Directeur Général de ICC Services à domicile ;

 3. En donnant toutes les protections aux responsables de ICC Services (protections de leurs personnes, de leurs lieux de travail, de leurs résidences et plus généralement de tous leurs biens)

4. En laissant ICC Services exercer au vu et au su de tout le monde les fonctions régaliennes de l’Etat notamment, le don à la Brigade de Klouekamè d’un véhicule, la construction de plusieurs centres de santé, la réalisation de forages, etc.

5. En finançant à la Présidence de la République les activités politiques des partis et organisations de la mouvance présidentielle et en fabriquant du matériel de propagande à l’effigie du Président de la République et des dirigeants de ICC Services à partir de la Présidence de la République.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons formellement, Monsieur le Président, et conformément aux dispositions des articles 136 et 137 de la constitution et aux articles 2 et 15.1 de la loi organique sur la Haute Cour de Justice, d’inviter l’Assemblée nationale à engager les poursuites à l’encontre du Président de la République Chef du Gouvernement pour forfaiture et parjure.

Il ne fait plus l’ombre d’un doute qu’en laissant les responsables de ICC Services sévir comme il vient d’être dit, le Président de la République, économiste et banquier de profession, a trahi son serment de défendre le peuple béninois et la nation.

 Monsieur le Président, un devoir national et historique vous incombe. Ne pas le faire vous rendrait coupable de complicité des mêmes infractions. Nous comptons sur votre sens de responsabilité et vous prions de croire en l’assurance de notre soutien en ces heures graves que traverse notre chère patrie. Nous vous remercions.

Reviews

  • Total Score 0%



16 thoughts on “Affaire Icc-services: 50 députés exigent la poursuite de Yayi devant la Haute Cour de Justice

  1. AYELESSO Richard

    Je loue l’action des députés, notre démocratie en a besoin, seulement il y a certaines raisons qui m’amènent à me demander es ce pour l’intérêt de la nation ou pour des personnes qui en veulent à leur compatriote? je n’en veux pour preuve que ces motifs ci:
    -Qui d’entre nous était absent quand ces individus opéraient?
    -Qui avait dit non?

    pour nous rappeller que ce n’est pas seulement la responsabilité de ceux qui ont favorisé ou non l’émergence de l’activité mais de tout ceux qui à un moment donner, ce sont tu, et n’ont rien dit malgré qu’ils savaient que c’était pas une bonne activité car la population béninoise demeure une et unique.

    -Pourquoi ce sont les mêmes qui crient au scandale?
    -Pourquoi ne pas laisser la population sanctionner, même si on est élue de la même population qui à plusieures reprises ne se retrouve pas dans les décisions, options et jugément de ces derniers?

    ce sont des situations qui m’embarassent surtout quand je vois derrières ces messages, certains qui ont entretenus les propos ci après: “avant c’est avec des cuillères qu’on mangeait, maintenant c’est avec la louche” ou encore “avant quant on mangeait, on laissait les os, maintenant, il n’y a pas même pas d’os qui tombent de la table, ils croquent même les os”
    quant on intègre tout cela, je me demande ci la traduction du Président de la République à la haute Cour de Justice est d’ordre Morale ou encore d’ordre Politique.
    Parce qu’en faite, la crise est d’ordre morale, et le Bénin, dispose d’assez de financier pour qu’on ne puisse pas tomber ci bas, si ce n’est que le gain facile aidé par la pauvreté, le matériel surplantant l’honneur, l’argent devenu la solution à tout, et autres perversités sont autant de problèmes tout comme de freins qui tuent notre nation.
    Et c’est là qu’on doit agir et non passer au tabas tous les coupables car au non du patriotisme et de solidarité ou de fraternité (contenu dans notre devise) toute la population est coupable.

    Donc je féliciterai nos honorables, si cette action menée constitue une parmi les grandes actions dans le domaine de la salubrité morale, mais ça me ferait dommage si celle ci n’est qu’un règlement de compte.

    Air Merveil

  2. kohoue hognon adrien

    Nul n’est au dessus de la loi, dit-on!!! Et je profite de ceci pour partager avec cette belle pensée de d’Albert EINSTEIN qui dit: ” LE MONDE NE SERA PAS DETRUIT PAR CEUX QUI FONT LE MAL , MAIS PAR CEUX REGARDENT ET REFUSENT D’AGIR”.
    En conséquence, les Députés n’ont pas TORT, cela fait partie de la vie politique.
    Signé KOHOUE

  3. Christelle

    je suis d’accord avec les députés qu’on intente une poursuite judiciaire contre le PR car il n’a pas su protégé les intérêts du peuple comme il l’a dit dans son serment. Dite moi qu’est ce qu’il a foutu en tant que Président de la BOAD car on ne voit pas les preuves de ces actions que quelqu’un m’explique un peu je veux savoir. Et je profite pour dire merci à l’honorable Janvier YAHOUEDEHOU et aux autres députés YB nous a déçu.

  4. Réjys

    Je dis bravo aux députés ( opposition et mouvance y compris)qui ont su s’illustrer dans cet acte salutaire et historique de demander à la représentation nationale de poursuivre un chef d’Etat en activité pour les infractions sus-mentionnées dnas la lettre.
    Chaque fois que je lis un dossier sur ICC-Service, j’ai la chair de poule car cela me fait mal que ce scandale moral et financier se soit produit sous le reigne d’un économiste qui a passé plus de 10 ans à la tête de la BOAD, banque sous régionale de développement.
    C’est regretable pour notre pays, le Bénin.
    Celà interpelle la conscience de tous.

  5. ICC Détresse Financière

    Enfin, les députés se réveillent! Autrement, nous étions sur le point d’appeler l’armée nationale au secours.

    Non seulement Yayi nous a ruinés, mais il s’entête à utiliser le reliquat des deniers publics pour faire marcher certaines marionnettes pour singer une popularité qu’il a définitivement perdue.

    Étant donné la loyauté de Zinzin vis à vis de Yayi, il est absolument injuste de poursuivre le sans le Chef Bandit.

    Koukpaki sert encore dans le gouvernement, il n’est au courant de rien, il ne regarderait que la télévision nationale, que coordonne t il finalement? Comme il se fait que ce soit la BCEAO qui est à Dakar qui soit au courant et eux non.

    Même en ne regardant que la télévision nationale, Koukpaki n’a pas constaté l’audience que son chef leur a accordée, il n’a pas remarqué les activités de la première dame en compagnie de ICC? Cette télévision couvre mieux que tout autre les activités des Yayi-de Souza.

    Voilà enfin les députés patriotes. Bravo et bon courage.

  6. Koku Angelo

    Nous devons éviter l’amalgame. En utilisant ces mêmes arguments, on devrait traduire aussi tous les députés car c’est eux surtout qui jouent le rôle de contrôle de l’action gouvernementale. Les épargnants qui ont cru pouvoir s’enrichir vite doivent se remettre en cause et comprendre que l’on ne développe pas ou se développe pas en croyant aux solutions faciles ou aux richesses que l’on pourrait acquérir facilement. N’oublions pas que si notre pays a des problèmes, personne d’entre nous ne sera en paix ! Donc évitons de suivre les politiciens dans leurs calculs machiavéliques. Dans les autres pays (Côte d’Ivoire, Togo) où la même chose a eu lieu, aucun gouvernement ne s’est pour autant impliqué ! Est-ce parce que ce gouvernement s’implique autant qu’il est coupable ? Je pense que chacun de nous y a contribué d’une manière ou d’une autre : en tant qu’intellectuels, qu’avons-nous fait ? Ne sont-ce pas les journalistes qui diffusaient ces informations miroitant les intérêts mirobolants ? Sachons raison gardée et engageons nous dans le vrai combat, celui de la lutte contre le sous-développement !

  7. Emery Houngbedji

    Moi je pense qu’il y a des gens qui pensent qu’ils ont une avance intellectuelle ou encore une plus grande maturité que d’autre. Si non, je ne comprend pas qu’on veille juste pertubé la stabilité des dirigeants. Nos députés n’ont cas attendre que le PR quitte le pouvoir pour assouvir leur soif.Et aussi pour raison d’équité, nous voudrons leur rappeler de reppeler le prd KEREKOU pour lafaire AMANI, les 70 milillards, La SONACOP, Les groupe electrogène… qui s’est produit avec beaucoup d’entre eux, nous pounvons nommé en tete leur Chef AMOUSSOU. ceux la doivent démissionné eux meme et demander qu’ont les poursuivent devant la haute cour de justice parce qu’on peu leur reprocher testuellemnt les meme choses. Stop.
    enfin s’il sont courageux, ils n’ont cas demander un reféreum.

  8. Bisau na Bisau

    C’est dur pour notre peuple qui a tant souffert dans sa chaire, en choissant librement son président sur lequel il a placé toute sa confiance. Président qui de surcroît Dr en économie finance et banque, à la barbe de laquelle ce scandale affaire ICC s’est produit ne mérite ce que nos honorables viennent courageusement d’initier.
    Si le président NAGO se met de travert il sera considéré comme complice et poursuivi de la même façon.
    Notre démocratie chèrement acquise doit être protégée en passant au toilettage du sommet de l’état jusqu’à la base.

  9. T. D. David

    Moi j’ai honte des politiciens de notre pays qui n’ont jamais d’initiatives et ne guettent les occasions pour assouvir leur heine vis à vis de ceux qui s’échinent chaque jour pour que notre pays ait sa place au soleil. Les intellectuels béninois n’ont jamais eu honte de retourner leur veste au gré de leurs intérêts. Qui de ceux qui s’agitent actuellement n’est pas omnibulé par ses propres intérets? S’il vous plaît, je vous prie de me convaincre en me donnant un exemple, ne serait ce qu’un. Tous ces principaux agitateurs de la vie politique de notre pays ont déjà fait leur preuve; ce n’est pas au soir de leur vie qu’ils peuvent faire quelquechose pour ce pays qui puisse effacer leurs péchés qui se sont amoncelés haut comme le kilimandjaro pour avoir ruiné cet pays pendant de longues années. Dieu aura de la peine à finir d’effacer cette montagne de péchés avant qu’ils n’aient quitté cette terre.
    Aucune battisse ne peut tenir sur une fausse fondation qui est ici le mensonge et le refus obstiné de voir la vérité en face.
    Une chose est clair, le peuple n’est pas dupe. La vérité triomphe toujours.
    Pour finir, je pose la question suivante qui n’est pas nouvelle: où était tout ce monde d’homme “intègres”, cette horde de d’intellectuels et de politiciens quand le drame se tissait? Personne n’a bronché. Et une chose est certaine, bon nombre d’entre se eux se sont engouffrés dans cette histoire d’icc à la conquête du gain facile. Tout ce qui est dit aujourd’hui n’est que de l’agitation fébrile, de l’opportunisme et du règlement de compte.
    Je suis certain d’une chose, le chien aboiera et la caravane passera.

  10. jeremie Orou

    Je ne comprends pas le fondement de cette affaire mais je pense que l’entourage du chef de l’etat ne l’a pas aide. Lui meme devant la haute cour je ne vois pas le fondement>

  11. Professeur Andoche AMEGNISSE

    De toutes les façons, Yayi Boni a beaucoup de dettes de conscience dont il devra tôt ou tard rendre compte devant le peuple et la justice de notre pays ! j’en ai toujours été convaincu ! Les députés ont lancé la première balle; mais il y en a encore beaucoup d’autres qui seront inévitablement lancées !

  12. julie

    ces députés qui optent pour la poursuite du PR devant la haute cour de justice ne sont rien d’autre que ceux là qui veulent à tout prix arracher le pouvoir et c’est vraiment dommage.D’une part je les comprends puisse que si BY est toujours là ils passeront à tout de rôle devant la haute cour donc chacun prêche pour son église. Le pouvoir c’est Dieu qui donne donc pas question

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page