.
.

Le triomphe de la vérité

.

Jean-Marie Ehouzou, Ministre béninois des Affaires étrangères: « La visite de Ban Ki-Moon au Bénin sera une reconnaissance à la bonne marche de notre démocratie »


Le ministre des affaires étrangères, Jean-Marie Ehouzou était  l’invité de la télévision nationale mercredi dernier. Avec Plévert Noutéhou, le premier responsable de la diplomatie béninoise a donné sa vision de la « diplomatie béninoise face aux enjeux de développement ». Au menu des échanges, plusieurs sujets brûlants de l’actualité nationale. Il s’agit notamment des retombées pour l’Afrique, du  dernier sommet France-Afrique organisé par le Président français, Nicolas Sarkozy à Nice,  l’offensive diplomatique engagée par le gouvernement béninois par le truchement du Ministère des affaires étrangères, le coût de la diplomatie béninoise et les enjeux de la visite du Chef de la diplomatie mondiale au Benin, son Excellence Ban Ki-Moon, secrétaire général des Nations-Unies.

 Un nouveau départ pour les relations franco-africaines

Le ministre des affaires étrangères, Jean-Marie Ehouzou ne partage pas le même avis que ceux qui estiment que le dernier sommet France-Afrique tenu à Nice en était un de plus. Pour le premier responsable de la diplomatie béninoise, après le sommet de Boule en 1990 qui a ouvert les portes du système démocratique aux pays africains,  le sommet de Nice constitue aujourd’hui « un véritable virage à la coopération franco-africaine ». Et pour causes, Jean-Marie Ehouzou estime que suite aux nombreux problèmes nés  en Afrique 20 ans après le sommet de Boule (Les problèmes liés aux changements climatiques, aux crises alimentaires et autres), il était bien indiqué de réorienter autrement les relations franco-africaines. Pour le ministre, les retombées de ce dernier sommet sont d’une grande importance pour le développement du continent africain. L’une d’entre elle, c’est la nouvelle base d’équitabilité instaurée dans les rapports entre l’Afrique et la France. Selon Jean-Marie Ehouzou, il est  actuellement mentionné dans la déclaration ayant consacré la fin du sommet, que la France n’aura plus à imposer aux pays africains,  ses points de vue. Il a été également formellement décidé que la France accompagnera l’Afrique dans son combat à s’offrir une place au sein du Conseil de sécurité de l’Onu. L’autre chose qui a été retenue au cours de ce sommet et qui paraît important aux yeux de Jean-Marie Ehouzou, c’est l’engagement pris par Paris à aider l’Afrique à obtenir au Conseil d’Administration de la Banque Mondiale, une place supplémentaire pour mieux défendre ses intérêts. Car selon le ministre, la sous représentativité de l’Afrique au sein de ces grandes institutions internationales où se prennent les grandes décisions concernant le monde constitue une grande injustice faite au Continent, étant donné que près de 70% des dossiers déposés sur la table du Conseil de sécurité de l’Onu sont par exemple liés à l’Afrique.

 La visite de Ban Ki-Moon au Bénin est un honneur inestimable

Le Chef de la diplomatie mondiale, secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki Moon rend une visite de travail de 72 heures au Bénin à compter de demain. Et ça, pour le ministre des affaires étrangères, Jean-Marie Ehouzou, c’est un honneur inestimable.  « C’est  une reconnaissance à la bonne marche de la démocratie », a affirmé le ministre pour exprimer sa joie. Pour lui, il va falloir écarter de cette visite comme certaines mauvaises langues le disent déjà, une façon pour Ban Ki Moon de prévenir le Bénin d’éventuels risques qui pèseraient sur notre système démocratique. Pour Jean-Marie Ehouzou d’ailleurs, on ne  saurait parler de démocratie en danger au Bénin alors que l’opposition s’exprime comme il le faut et s’organise à sa manière, sans être empêchée de prendre le pouvoir. Il faudra alors voir la visite du secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-Moon au Bénin comme une façon pour lui « d’encourager notre pays pour ses efforts de renforcement du système démocratique ». Le ministre attend d’ailleurs le secrétaire général des Nations Unies sur la question de la réalisation de la Lépi. « Ce que Ban Ki-Moon viendra dire sur la Lépi sera très important », a estimé Jean-Marie Ehouzou. Car pour lui, cette initiative du gouvernement qui dans d’autres pays constituent une des revendications principales de l’opposition, témoigne de la volonté du Chef de l’Etat de renforcer davantage notre système démocratique.

 « Le Bénin est désormais sorti de l’anonymat à l’échelle internationale »

Le coût de la diplomatie est inestimable selon le ministre Jean-Marie Ehouzou. Il s’agit pour lui, d’une question de gros moyens, ce que le Bénin ne dispose pas encore. Néanmoins, selon le ministre, des efforts sont aujourd’hui faits pour que le Bénin ne sombre pas dans l’anonymat. En témoigne sa présence de plus en plus remarquable dans les Conférences internationales, dans les sommets où se prennent les grandes décisions. Ceci s’observe également dans les nouvelles Ambassades ouvertes dans certains pays où le Bénin n’était présent. « Tout ceci a un coût », a reconnu le premier responsable de la diplomatie béninoise.  Mais il vaut bien la peine de le faire, car « cela a permis au Bénin d’obtenir plusieurs accords de financement et de nouer d’importants partenariats de développement », a ajouté Jean-Marie Ehouzou.  Bientôt d’ailleurs, le Bénin  accueillera la 2ème conférence des Ambassadeurs, un  autre symbole du succès diplomatique du Bénin. En conclusion, le ministre Jean-Marie Ehouzou a exhorté les Béninois à préserver la paix au Bénin et à surtout réserver au secrétaire général des Nations-Unies, un accueil digne du nom, « Car il ne rend pas visite à qui veut », s’est-il justifié.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page