.
.

Le triomphe de la vérité

.

Jean-Pierre Kiki Hountin alias « Massi Massè », chanteur et membre élu du CA/Bubedra: « Je me battrai pour que l’assurance-santé soit accordée aux artistes béninois»


Il est le secrétaire général de l’association nationale des compositeurs, chanteurs traditionnels  du Bénin (Ancctb). Son nom, c’est Jean-Pierre Hountin alias Massi Massè. Candidat aux dernières consultations électorales liées au renouvellement des membres du Conseil d’administration du Bureau béninois du droit d’auteur et des droits voisins (Bubedra), Jean-Pierre Kiki Hountin a été désigné par ses pairs pour les représenter au sein de cette structure. Sa vision est claire : se battre pour une  redistribution équitable des redevances aux  artistes, ensuite, batailler dur pour que l’assurance-santé soit accordée à ces derniers  et puis œuvrer pour l’implication accrue des artistes dans les divers programmes du Bubedra. Massi Massè annonce se révéler d’une nouvelle façon à son public à travers son prochain album qui pour lui sera croustillant. Il parle d’ailleurs de son parcours professionnel qui  visiblement paraît riche.

 L’Evénement Précis : Vous êtes le secrétaire général de l’Association nationale des compositeurs, chanteurs traditionnels du Bénin (Ancctb). Vous en êtes également le porte-parole ; comment se porte aujourd’hui votre association ?

Jean-Pierre Hountin Kiki (Massi Massè) : Aujourd’hui, l’Ancctb est une association d’envergure nationale avec actuellement 27.000 membres régulièrement inscrits. Nous sommes présents dans tous les départements et même dans tous les villages du Bénin parce qu’il n’y a pas de villages où il n’y a pas de groupes folkloriques ou de musiques traditionnelles.  Nous avons  d’ailleurs répertorié toutes ces musiques traditionnelles. Je voudrais préciser que quand on parle de la musique traditionnelle, les gens ne veulent pas prendre en compte les percussionnistes alors qu’ils  sont également des artistes traditionnels à part entière. On ne peut pas dire que celui qui joue le gong dans un groupe artistique n’est pas musicien traditionnel. Nous,  à l’Ancctb, on les prend tous en compte. Le bureau national de l’Ancctb seul compte 49 membres et nous travaillons dans la synergie d’actions pour faire rayonner l’art traditionnel. Au regard de tous ces paramètres alors, je puis vous assurer que l’Association nationale des compositeurs et chanteurs traditionnels se porte très bien.

 Vous êtes maintenant élu pour un second mandat au Conseil d’Administration du Bubedra. Quelle  est votre vision pour  cette nouvelle mandature ?

Ma vision, c’est d’aider le Bubedra à faire une bonne répartition  des redevances. Il y a un aspect qui me préoccupe  beaucoup  au même titre que le Directeur du Bubedra: c’est la santé des artistes. Nous sommes en train de mettre une assurance-santé en place pour cela. Aziza vient de mourir. Si l’assurance-santé était effective, il n’allait pas mourir comme ça. Je veillerai également que les redevances soient réellement versées à qui de droit. On ne dira plus tel artiste est bien connu, il faut lui donner tel montant. On versera à chacun, ce qui lui revient de droit. Il est vrai que ces artistes de grande renommée dont je parle ont une grille de répartition, mais je dis que  cette grille là ne se fera que sur la base des calculs effectués sur  l’achat des timbres. La 3ème tâche que je me suis assignée, c’est de me battre pour qu’on implique davantage les artistes dans les différents programmes du Bubedra. Car, le Bubedra, sa raison d’être, c’est bien l’existence de nous artistes.

 A quand votre nouvel album ?

Je veux faire une révélation. Tout à l’heure, je vous ai dit que je ne suis pas un artiste de grande renommée. C’est parce que je veux prouver aux uns et aux autres, ce que je suis réellement. Le moment de le faire est en train de venir. Je ne suis pas un arriviste dans l’art. Les gens me limitent à la musique traditionnelle. Je ne suis pas que ça. Je suis plasticien, peintre, formé pars les Etats-Unis. Si je prends mon pinceau et je te sors un tableau, tu ne t’en reviendras pas. Je suis également un comédien. J’en ai donné la preuve dans ma toute dernière comédie musicale. Mon prochain album qui va renfermer la comédie musicale sera bientôt lancé.  Ce sera de la musique moderne d’inspirations traditionnelles. J’envisage également une tournée nationale pour cette année.

 Un mot de conclusion

Je voudrais remercier votre journal, l’Evénement Précis pour avoir bien voulu initier cette interview. C’est une volonté d’abord de me promouvoir que de m’inviter à m’exprimer dans un journal  sérieux comme le vôtre. Je tiens à remercier le parton de ce journal et à remercier le journaliste que vous êtes. Ensuite, je voudrais demander à tous les artistes de la musique traditionnelle, de penser à l’unité de notre corps. Quand on est ensemble, on est plus fort. Il va falloir laisser tomber les problèmes de leadership et des intérêts inavoués, de suspicion et de division. Moi je ne suis pas dans ce schéma là. Donc, j’invite tous les artistes à se joindre à nous pour que nous puissions consolider notre corps. L’association nationale des compositeurs et chanteurs traditionnels a besoin d’être renforcée par l’union de tous ceux qui l’ont constituée.  Ce n’est que dans l’union que nous pourrions arriver à faire rayonner notre corps. Nul ne sera donc de trop !

 Donatien GBAGUIDI

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page