.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entretien avec le Docteur Tchidimè Yao Raphaël, Tradithérapeute béninois: « Le Sida de l’Afrique est différent de celui des autres continents »


Les tests de dépistage du Sida sont-ils toujours fiables ? Voilà l’une des questions à laquelle répond aujourd’hui le Docteur Tchidimè Yao Raphaël, tradipraticien béninois. Docteur en  botanique et  en phytothérapie, il a produit des médicaments à base de plantes naturelles qui sont en cours de brevetage au Ghana. Dans cet entretien, il remet en cause les idées reçues à propos du Sida et dit tout haut ce que bon nombre de chercheurs murmurent tout bas. 

L’Evénement Précis : Pourquoi n’avez-vous pas fait breveter votre produit sur le Sida ?

 Docteur Tchidimè Yao Raphaël :  Nous sommes dans les courses pour l’avoir. Ce n’est pas du tout facile pour un tradithérapeute. Ce que j’aurai bientôt avec mon produit DVD au Ghana sera plus qu’un brevet. A travers ce qui se dessine, le  gouvernement ghanéen acceptera le produit comme un anti retro viral naturel produit en Afrique par un tradipraticien africain pour les sidéens africains.

 Est-ce que le Sida africain est spécial ?

Le Sida d’aujourd’hui n’est plus le Sida d’il y a vingt ans. Et le Sida de demain sera encore un autre Sida. En 1981, Luc Montagnier a découvert le virus du Vih. Et il  avait posé l’équation Vih donne le Sida et le Sida donne la mort. Donc pour lui c’est seulement le Vih qui tue les cellules T de notre organisme. Le même Luc Montagnier en 1990 à San Francisco a reconnu publiquement devant plus de cent journalistes venus du monde entier que ce n’est pas seulement le Vih qui tue les cellules T. En 1996, le même Luc Montagnier a reconnu qu’il y a d’autres facteurs qui tuent les cellules T. En 2002, il a dit autre chose. En 2005, il a dit autre chose. Et en mars 2010 au Cameroun, savez-vous ce qu’il a dit ? Il a dit au moins trois choses. Il a d’abord dit que les tests de dépistage en Afrique ne sont pas toujours fiables. Il l’a dit alors que c’est son institut, l’Institut Pasteur qui a sorti les réactifs qui permettent de faire les tests de dépistage du Sida. Il  a reconnu aussi que les tradipraticiens africains font beaucoup de choses pour traiter des symptômes cliniques du Sida. Il a dit enfin que chaque continent a son Sida. C’est là que cela m’interpelle.

 Il y a donc une pluralité de Vih ?

Cela veut dire que les Etats-Unis ont leur Sida, que les Européens ont leur Sida et que les Africains ont leur Sida. En recevant le Prix Nobel en Octobre 2008, Luc Montagnier obtenait la plus grande récompense pour ses recherches et sa découverte. Le grand Luc Montagnier a pu reconnaître que les tests qui sont faits aux Noirs d’Afrique ne sont pas fiables,  et les Témoins de Jéhovah ont publié cette information dans 84 millions d’exemplaires de leur Réveillez-vous ! en Juin 2008 à la page 21. Même au Nigeria, le journal Tribune a publié cette information. Le Pape Jean-Paul II a ainsi déclaré lors de sa dernière visite au Cameroun que si on a mis trente ans à lutter contre le Sida  avec les résultats que l’on sait, il vaut mieux rechercher un autre moyen de lutte. Si tout cela se passe sous nos yeux cela veut dire que nous les chercheurs africains, nous devons nous retourner pour voir quel Sida nous avons. L’OMS même  a reconnu que ce qui dégrade les cellules T, c’est a malnutrition.    Le facteur primordial de dégradation des cellules T, c’est la malnutrition,  ce n’est pas le Vih. On mange en Afrique mais on est mal nourri. Si les tests de dépistage découvrent que les cellules T sont en train de mourir, cela veut dire que tu peux ne pas avoir le Vih mais les réactifs vont prouver que tu l’as.  Cela veut dire que le Sida africain est différent du Sida européen. J’étais en Ukraine il y a quelques semaines où des tests de dépistage réalisés sur 1000 prostituées ont été positifs sur à peine 10 personnes. Mais sur les toxicomanes, ceux qui prennent de la drogue, le Sida est à un niveau très élevé. Cela veut dire que là-bas, puisque les gens se droguent plus que chez nous en Afrique, on trouve des séropositifs  mais qui ne sont pas contaminés par le Vih. Et en Ukraine, leur lutte principale est comment faire pour combattre la toxicomanie. C’est leur manière à eux de lutter contre le Sida. Il faut que chez nous en Afrique la question soit comment lutter contre la malnutrition endémique. Nous avons au Bénin beaucoup d’ingénieurs agronomes qui restent au bureau au lieu d’aller          au champ pour corriger le déficit alimentaire que nous avons. Si en Afrique tous les acteurs de santé peuvent s’associer pour chercher de solution, ce serait bien. Car en Afrique, il y a au moins cinq plantes qui s’appellent Sida. C’est peut être un hasard, mais c’est le nom que Dieu a donné à ces plantes. Les vrais chercheurs auront intérêt à chercher les vertus de ces plantes pour voir si on n’a pas de polysaccharide dedans, des nécessaires pour renforcer le système immunitaire de l’homme. Je suis sûr qu’on peut y trouver des choses qui vont éliminer le Vih.

 Quel est alors le sort de ceux dont les tests sont erronés ?

 Parfois des gens se présentent et disent qu’ils ont le Sida alors qu’ils ne développent aucun signe de cette maladie.    Dans ces cas, je les mets sous un traitement de renforcement de leur système immunitaire et s’il y a des maladies opportunistes, j’essaie de les traiter avec des moyens purement naturels, avec nos plantes et nos aliments. Une ou deux semaines après, ils arrivent et disent avoir fait le test de dépistage qui montre qu’ils n’ont pas le Sida. Là, il y a quelque chose qui ne marche pas. Beaucoup sont ceux à qui on a fait de mauvais tests de dépistage et qui sont morts. Au Bénin, tous ensemble nous pouvons nous demander ce qu’il faut faire contre le Sida dans notre pays.

 Votre conception rejoint celle de l’ancien Président sud-africain, Thabo M’Béki

Ce n’est pas lui seul qui le dit. En 2005, j’étais à Toronto au Canada où son ministre de la santé qui est un immunologue se demandait s’il ne convient pas de trouver d’autres moyens de lutte contre le Sida avec l’ail, la betterave, l’aloès, le gingembre, nos épices, etc. Certaines associations de séropositifs ont alors trouvé qu’il fallait la combattre. Et elles ont fait des marches pour exiger sa démission. Vous vous imaginez que cette dame est une immunologue, donc spécialiste de la protection immunitaire et qu’elle connait les plantes qui peuvent renforcer le système immunitaire mieux que quiconque.  Et elle indique ce qu’il faut faire pour cela et on la voue aux gémonies, simplement parce qu’il y a de l’argent dans la fausse conception du Sida. Thabo M’Béki, n’est plus Président mais au moins il a eu le mérite d’avoir dit la vérité avant de quitter le pouvoir.

 Entretien réalisé par Olivier ALLOCHEME

Reviews

  • Total Score 0%



8 thoughts on “Entretien avec le Docteur Tchidimè Yao Raphaël, Tradithérapeute béninois: « Le Sida de l’Afrique est différent de celui des autres continents »

  1. beninois en france

    Dr YAYO,
    JE SUIS TOUT AFFAIRE D’OCCORS AVEC VS, JE SUIS SEROPOSITIF RESIDENT EN FRANCE MAIS DEPUIS UN MOMENT DONNE, LES DOCTEURS N’ARRIVENT PLUS A VOIR LE VIRUS VIH EN MOI.JE N’AI JAMAIS ETE MALADE JE FAIS MA VIE COMME IL FAUT.
    DONC JE VOIS QUE IL Y A UN PROBLEM DE NUTRITION, IL FAUDRA QUE NOS FRERES ET SOEURES SERO POSITIFS BENINOIS NE SE LAISSSENT POINT ALLER ILS FAUT ILS SAVENT QU’ILS DOIVENT SAVOIR KOI MANGER OU PAS ET ILS VIVERONT COMME TOUT LES SERO POSITIFS AU MONDE………
    SENSIBILISENT MIEUX LES BENINOIS SUR LA NUTRITION!!!!!!!!!!
    Merci!

  2. henri

    Salut Frere Beninois de France
    jai decouvert mon statut cela fai un an et aujourdhui mon CD4 est de 407 jaimerais savoir un peu kel traitement ARV et kel habitudes alimentaires avez vous suivis….je suis tres déprimé car mes projets sont compromis bourses d’études et avoir des enfants …

  3. Aboubacar

    Depuis mon enfance j’étais toujours malade. Il y a 4 ans j’ai pris que j’ai le sida. Quand je prends les ARV je me sens fatiguer et je suis depuis ce jour toujours malade. Quand j’arrete pour manque de medicaments disponibles, je me sens bien.
    Quelles habitudes me conseillez vous parce que c’est trop dur avec les ARV.

  4. Aboubacar

    Depuis mon enfance j’étais toujours malade. Il y a 4 ans j’ai pris que j’ai le sida. Quand je prends les ARV je me sens fatiguer et je suis depuis ce jour toujours malade. Quand j’arrete pour manque de medicaments disponibles, je me sens bien.
    Quelles habitudes alimentaires me conseillez vous parce que c’est trop dur avec les ARV.

  5. Benzouad

    Bonjour

    Je vous conseille de prendre contact avec Mr. Phlibert Dosso Youvo pour une tradithérapie. Il est au bénin, plus précisément à cotonou. Son traitement est efficace essayez le.

    bON CHANCE

  6. cabinda david

    Bonsoir Dr
    Pourriez – vous me communiquer votre numéro de téléphone, en vue d’ un échange ?

    Bien cordialement

  7. Joseph

    Bonjour j ai cru entendre le vih se soigne quitter de statut. Positif a negatif j ai besoin de traitement si possible pour retrouver min statut d avant me contacter 0032 465478317

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page