.
.

Le triomphe de la vérité

.

Point de presse du médiateur de la République: Albert Tévoédjrè défend son institution


Vues : 3

En prélude à la présentation officielle au chef de l’Etat de son rapport d’activité 2009, le médiateur de la République, le professeur Albert Tévoédjrè a donné un point de presse à son siège à Porto-Novo hier mardi 11 Mai 2010. Une occasion pour lui de repréciser son rôle de médiateur de la République, de faire le point des activités menées au cours de l’année 2009 dont le rapport est déjà déposé depuis le mois de Février au chef de l’Etat, mais surtout d’insister sur quelques recours poignants à lui adressé et dont l’opinion mérite d’être informée.

 Face aux critiques de plus en plus fréquentes formulées à son encontre par rapport à l’inutilité de son institution, le médiateur de la République le professeur Albert Tévoédjrè est enfin monté au créneau hier mardi 11 Mai 2010, pour rassurer l’opinion publique nationale sur l’importance de cette institution dans une société ainsi que l’immensité du travail discret qu’il abat pour alléger la souffrance de plusieurs citoyens béninois ayant des problèmes avec l’administration publique et qui sollicitent sa médiation. Au cours du point de presse qu’il a donné aux hommes des médias, le médiateur, a énuméré quelques cas de succès par rapports aux recours à lui adressé ainsi que quelques uns assez poignants, qui selon lui, nécessitent d’être portés à la connaissance de l’opinion afin de susciter du soutien pour la résolution des différents problèmes posés dans lesdits recours. Au nombre de ceux-ci, on peut citer la saisine du médiateur par madame Eliane Marie Gnanih née Bellec dont le mari Rogatien Gnanih ancien fonctionnaire du bureau international du travail (BIT) a été assassiné à Sème Podji dans le département de l’Ouémé, le 8 Septembre 2002 et dont l’instruction judiciaire connaît des goulots d’étranglement ; le dossier d’assassinat, dans des conditions non élucidées de feu Clément Dossou Yovo précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Kandi dont la veuve et ses quatre enfants connaissent depuis lors des difficultés de subsistance. Il en est de même de la veuve Anastasie Adjovi et des cinq enfants du magistrat Séverin Coovi assassiné à Parakou, de la situation déplorable dans laquelle vit la veuve Thérèse Catherine Gomez ainsi que ses 8 enfants orphelins depuis la disparition le 3 Février 1994 de son époux, l’ex-sous préfet de Boukoumbé Pamphile Hessou dans des conditions obscures, et enfin le sort de la veuve et des cinq enfants du capitaine Michel Aïkpé mort depuis 35 ans dans des circonstances connues de tous. En clair, les veuves et les héritiers de ces personnes qui ont loyalement servi leur pays demandent du soutien de l’Etat pour la scolarité, le quotidien et subsidiairement, la garantie de l’emploi aux enfants des défunts. Le professeur Albert Tévoédjrè a également profité de l’occasion pour repréciser la mission qui est le sien au regard de la loi instituant le médiateur de la République ainsi que les limites de son action. Il a par ailleurs levé un coin de voile sur trois dossiers importants à lui confié par le chef de l’Etat conformément aux dispositions de l’article 9 de la loi instituant le médiateur de la République. Il s’agit du dossier relatif aux activités de la fondation Cardinal Bernardin Gantin, de la recommandation faite par le chef de l’Etat aux municipalités en vue de l’immortalisation du Cardinal défunt et enfin du colloque international lié au cinquantenaire de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale. Pour ce qui concerne la fondation Cardinal Bernardin Gantin, le médiateur a expliqué que ses textes fondamentaux sont déjà prêts et même déposés au ministère de tutelle. Aussi a-t-il précisé que l’organisation de la soirée de gala et de solidarité du 19 Mars 2010 pour soutenir le peuple Haïtien suite au tremblement de terre survenu dans leur pays a permis de lancer les activités de la fondation. Ainsi, le soutien de 78 millions obtenu par la fondation à travers cette soirée peut aujourd’hui permettre de soutenir quelques étudiants haïtiens désireux d’étudier au Bénin, de financier le prix Cardinal Bernardin Gantin qui sera décerné le jeudi 13 Mai prochain. Ce prix est constitué d’une distinction principale qui récompense une activité particulièrement remarquable dans le domaine de la culture de l’excellence, une deuxième distinction pour faire la promotion de la jeunesse et la valorisation de la femme et enfin une troisième distinction honorifique pour reconnaître la valeur morale de personnalités ou d’institutions au parcours méritant l’attention de tous. Quant au dossier relatif à l’immortalisation du Cardinal, la municipalité de Cotonou a proposé baptisé du Nom Cardinal Bernardin Gantin, une avenue, une rue ou une place publique de Cotonou. A en croire le médiateur, il a même été confectionné par un artiste de la place un statut du Cardinal qui sera déposé sur la place publique ou dans la rue choisie par la municipalité de Cotonou. Enfin, dans le cadre du cinquantenaire des indépendances que s’apprête à fêter le Bénin, le médiateur a également expliqué qu’il est à la tête d’un comité scientifique qui se propose l’organisation en Novembre prochain  d’un colloque international lié à cet évènement. Un colloque dit-il au cours duquel il sera posé le diagnostic des problèmes qui minent le développement de l’Afrique et faire des propositions sur l’avenir de l’Afrique.

Reviews

  • Total Score 0%



2 thoughts on “Point de presse du médiateur de la République: Albert Tévoédjrè défend son institution

  1. Arnaud Dagbégnon

    C’est criminel de la part de Nicéphore Dieudonné SOGLO de n’avoir rien fait pour les ayants-droits de l’ex-sous-préfet Pamphile HESSOU, mort pour son excès de zèle à son service

  2. couitti andré

    j’ai soif de vous … tant de choses à vous dire , et tant de choses encore à npoursuivre en votre nom, il vous suffit de … fidèlement à vous andré couitti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page