.
.

Le triomphe de la vérité

.

Assemblée Nationale: 62 députés et le gouvernement boycottent l’ouverture de la première session ordinaire 2010


L’ouverture de la première session ordinaire de l’Assemblée Nationale pour l’année 2010 n’a pu se tenir hier mardi 13 Avril 2010 pour faute de quorum. Conformément aux dispositions du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, elle a été reportée au vendredi prochain. Sur les 83 députés que compte le parlement béninois, 5è mandature, seulement 21 ont répondu à l’appel du président Mathurin Coffi Nago pour l’ouverture officielle de la première session ordinaire de l’année 2010. Mieux, le gouvernement ne s’est fait représenté que par seulement deux ministres, Saka Lafia de l’énergie et de l’eau et Zachary Baba Bodi chargé des relations avec les institutions ; ce qui contraste avec l’habitude selon laquelle au moins une bonne dizaine de ministres faisaient le déplacement du palais des gouverneurs à l’occasion de l’ouverture des sessions ordinaires de l’Assemblée Nationale. Ainsi faute de quorum, puisqu’il en fallait au moins 42 au regard de l’article 85 de la constitution pour l’ouvrir, l’ouverture de cette première session ordinaire a été reportée au vendredi 16 avril prochain. Les députés de l’opposition Union fait la nation, du G13 et 14 de leurs collègues FCBE ont brillé par leur absence. Et pourtant, les représentants des corps diplomatique et consulaire, les représentants des organismes internationaux en poste au Bénin, les têtes couronnées, les autorités religieuses, trois présidents d’institutions de la République ainsi que les autorités, sages et notables du département de l’Ouémé et de la ville de Porto-Novo ont eux effectués le déplacement sur le palais des gouverneurs. S’agit-il d’un boycott ou pas ? C’est la question que se sont posés nombre d’observateurs de la scène politique nationale. Approchés, certains députés présents ont donné des appréciations diverses selon leurs colorations politiques du moment. Si les députés FCBE disent ne pas comprendre les raisons d’un tel boycott, certains députés de l’opposition pensent qu’il s’agit réellement d’un boycott en guise de protestation contre la manière dont le président Nago dirige l’institution parlementaire depuis son élection. C’est dire donc que la fin de la crise au sein de l’Assemblée Nationale n’est pas pour demain. Mieux, cette session ordinaire qui s’ouvrira le vendredi prochain quelque soit le quorum donne déjà des signes d’une session mouvementée et qui sera pleine de rebondissements.

 Hugues PATINVOH

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page