.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entraîneur incompétent, listes multiples et regroupement reporté:La dissolution crée la confusion


Le football béninois est dans une situation très confuse ces derniers temps. Cet état de chose est née de la dissolution du Onze national opérée par les dirigeants qui ont en charge actuellement le football national. Entraîneur nommé ou non, plusieurs listes de joueurs locaux dans la circulation, regroupements des locaux reporté… un cocktail d’incompétence qui risque gros au Bénin si on n’y prend garde.
« Quand on n’a pas les moyens de faire quelque chose on s’abstient », dit un adage. C’est ce que les dirigeants du football béninois n’ont pas encore compris. Les observateurs avertis du football international disaient au lendemain de la dissolution qu’elle va créer plus de dommage à la jeunesse béninoise, amoureuse de son équipe nationale, qu’elle réglerait des situations. Pourtant des apatrides qui ont des intérêts inavoués dans le fait de la dissolution continuent de vociférer qu’il faut continuer dans ce sens aveugle. Si par presse interposée des proches de ceux qui ont la gestion du football national continuent de faire de la propagande autour de cet acte, les faits commencent par les confondre.
Sorin pas toujours aux commandes du Onze national
Sans crier au scandale, le Français Michel Dussuyer qu’on a condamné de tous les péchés d’Israël a cédé sa place et fait tous les jours des va-et-vient dans les allées du ministère des sports car son contrat n’est pas arrivée à son terme. L’Etat béninois doit le garder jusqu’en juin 2010, date de l’expiration de son contrat. Pour le remplacer, on a annoncé un entraîneur de second rang dont le club est dans une situation compliquée dans le gotha du football national. Il s’agit de Michel Sorin qui n’arrive pas à impulser une dynamique nouvelle aux Awissi Wassa de Cotonou. La dernière illustration est la correctionnelle reçue par les Requins devant Mogas 4-0. Et c’est ce mec qui n’a pas le profil d’un entraîneur de ligue 1 qui est protégé à la tête des Ecureuils. Pire, il n’a pas toujours pris fonction jusqu’aujourd’hui. L’étau se resserre autour des « dissolveurs »  de l’équipe nationale. C’est à un cafouillage total qu’on assiste actuellement dans le monde du football béninois. Au lieu de penser à la restructuration du football national, on crée d’autres problèmes qu’on n’arrive pas à gérer.

Listes multiples dans la circulation
Les joueurs locaux qui doivent se préparer pour les joutes futures ne savent toujours pas à quel saint se vouer. En effet, ils ne savent pas le staff qui va les conduire et ils sont incapables de dire si leur nom figure ou non sur la liste concoctée pour la circonstance. La cause est qu’il y a plusieurs listes dans les mains des journalistes, des dirigeants et des acteurs du football. Sur les différentes listes, il est à remarquer la présence de nombreux noms à connotations étrangère. Alors que l’un des motifs de la dissolution est qu’il y a trop d’étrangers au sein de l’effectif du Onze national. Les dirigeants du football n’ont pas mesuré tous les dégâts de leur décision sinon ils ne la prendraient jamais. Il y a une première liste qui comporte 32 joueurs dont près de 20 étrangers et une autre de 23 éléments avec autant d’étrangers reconnus par ceux qui les ont confectionné. Autant dire que les donneurs de leçons ne sont pas encore prêts à mettre de l’ordre au sein du football béninois.

La mise au vert reportée
Comme si toutes ces navigations à vue ne suffisaient pas, c’est le report de la date de regroupement qui est venu confirmer le caractère aveugle de la dissolution. C’est finalement le 1er mars 2010 que les joueurs locaux vont commencer la préparation des joutes continentales selon une source fédérale. On veut procéder au tri final pour savoir ceux qui sont des Béninois purs sangs. Ce qu’on pouvait avoir fait depuis le début de la saison. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Le mal n’est pas éradiqué avec la dissolution. Les difficultés du football béninois résident plutôt dans l’organisation approximative, la corruption de ses dirigeants, le détournement des fonds alloués aux joueurs, le copinage… Somme toute, la plus grave erreur de ces derniers temps est d’avoir dissout cette équipe pour des humeurs personnelles d’un clan qui a embrigadé le football béninois.        

 José Mathias COMBOU

Reviews

  • Total Score 0%



2 thoughts on “Entraîneur incompétent, listes multiples et regroupement reporté:La dissolution crée la confusion

  1. Avoulan

    C’était un acte hasardeux, insensé dépourvu de toute logique que de prononcer la dissolution de l’équipe.

    C’est dommage de prendre des décisions au gré des humeurs d’une seule personnne…
    Certains sont allés au maximimum en stipulant qu’aucun des anciens ne reviendra…

    Wait and See.

  2. AYITEVI

    C’est si bien dit que je ne sais quoi compléter. Les dirigeants du football béninois ont pris une décision à la-va-vite sans tenir compte de ces conséquences comme de vils gamins en mal d’expérience.

    C’est vraiment regrettable surtout en ces moments où nous semblions enfin disposé d’une équipe conquérente capable de hisser les couleurs de notre pays. C’est malheureux pour ce pays qui ne comptent que des individus égoïstes ne pensant qu’à leurs interêts personnels et leur fierté à tout prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page