.
.

Le triomphe de la vérité

.

L’honorable Wallis Zoumarou sur Océan Fm: «L’accueil réservé à Abdoulaye Bio Tchané au Palais n’est pas sincère»


Vues : 4

La visite de courtoisie rendue par l’actuel président de la Boad à son prédécesseur le mardi 02 février 2010 a suscité divers commentaires. Entre autres, la polémique provoquée par les chaudes accolades entre les « frères adversaires » Yayi Boni et Bio Tchané, candidats potentiels à la présidentielle de 2011, n’est pas du goût de l’honorable Wallis Zoumarou qui s’est confié à Océan Fm. Si l’honorable a salué l’acte des deux hommes, il déplore le fait que Yayi Boni en fasse de la récupération politique. Lire plutôt ci-dessous l’intégralité de l’interview.
Océan Fm : L’opinion publique a été surprise par l’accolade entre Yayi Boni et le président Abdoulaye Bio Tchané. Ces accolades augurent-elles d’un parfait amour entre les deux probables candidats ?
Wallis Zoumarou : Oui je crois qu’effectivement les accolades que nous avons vues à la télévision peuvent surprendre plus d’un. Puisque ce n’est pas dans les habitudes dans notre sphère démocratique. Je crois que de tels comportements, ça devait être vraiment souhaité par nous tous parce que la démocratie, ce n’est pas la guerre, c’est un simple jeu entre des frères. C’est vrai que… c’est un genre de compétition. On doit éloigner les épreuves de force, la guerre, la guéguerre, on doit l’éloigner  le plus de nous. Evidemment comme ce n’est pas traditionnel ce n’est pas l’habitude de nos politiciens, bien sûr ça étonne. Vous connaissez bien votre candidat. Il est pacifique. C’est vraiment un être calme qui aborde tout avec sérénité. Je crois que ce n’est pas étonnant s’il se comporte comme ça. Vous savez, de l’autre côté, tout le monde sait ce qui se passe, mais connaissant mon candidat, connaissant mon jeune frère Abdoulaye, je sais qu’il est de son habitude. Il ne s’énerve pas. Il ne se fâche pas, il est pondéré. Il est calme et il regarde les choses venir. Je crois que c’est ça certainement son comportement, ses convictions à lui ont fait que vous avez vu cette accolade. Bien sûr que le pouvoir de Yayi Boni voudrait bien profiter de ça. Vous avez vu la chaleur avec laquelle il le tapote dans le dos, ça c’est du cinéma. Moi je sais dans le fond Yayi Boni n’est pas fier, il n’est pas content.
Pourtant il paraît que cette rencontre a provoqué la panique dans les rangs des proches partisans d’Abdoulaye Bio Tchané. Qu’en dites-Vous ?
Non, peut-être ceux qui ne connaissent pas Abdoulaye Bio Tchané dans sa détermination. Parce que lui ne fait jamais rien dans la précipitation. Avant que Abdoulaye ne soit candidat, il l’a mûri. Vous savez que depuis 2006, il était de ceux-là qui vraiment étaient les plus sollicités. Mais quand Yayi n’avait pas voulu, il n’a pas fait mystère de son refus. Il s’est mis à l’écart. Aujourd’hui, tout au début, il a regardé venir et quand il a dit oui je suis partant, il est vraiment partant, je sais que dans cette affaire Abdoulaye Bio Tchané, est partant. Je sais qu’aujourd’hui le pouvoir en place est en train de courir pour obtenir son désistement Quand même, soyons sérieux, la démocratie, c’est un jeu. Ils n’ont qu’à aller, c’est des frères. Ils n’ont qu’à calmer le jeu. Ils n’ont qu’à regarder cette histoire comme un simple sport et à la fin que le meilleur gagne. Ce que nous on souhaite, c’est que ce type de comportement soit le comportement de nos politiciens et de nous même qui parlons.
Nous avions entendu les déclarations faites par le président Abdoulaye Bio Tchané à la sortie. Vous qui êtes très proche de lui, quels sont effectivement les dessous de cette visite ?
Je crois sincèrement que c’est une visite traditionnelle. Vous savez bien que Abdoulaye Bio Tchané est le Président de la Boad. C’est une institution sous-régionale. Et depuis quelque temps, on a confié à cette institution là, un certain nombre de responsabilités. Vous savez qu’avec la crise on a augmenté ses capacités. La Boad intervient dans presque tous les secteurs dans le domaine privé, dans le domaine public. C’est donc une institution qui appartient aux Etats. Le responsable de cette institution à des comptes rendus périodiques à faire aux chefs d’Etat et c’est dans le cadre de ces comptes rendus périodiques que Abdoulaye Bio Tchané est en train de faire ces tournées. Aujourd’hui, où j’ai parlé avec lui il était à Abidjan pour aller vers le président. Il m’a aussi dit qu’il ira au Burkina,… faire le tour. Donc c’est tout à fait normal qu’il commence par son frère, quelque soit ce qu’il y a entre eux qu’il commence par lui. C’est pour ça qu’il est venu et je crois que tout naturellement il n’y a pas de crainte, aucune inquiétude. Vous savez bien que l’histoire de dire que tel va désister en faveur de tel, ça c’est une construction de Yayi et de ses hommes. Ils considèrent l’électorat du Nord comme leur bien, leur propriété privée et personne n’a le droit de venir si bien que si vous êtes de la localité, pour quoi vous allez  venir puisque Yayi Boni considère que  cela lui appartient. Il voulait que Abdoulaye ne soit pas candidat et que lui, il peut disposer de l’électorat du Nord comme sa chose. Moi je crois qu’il n’y a que Yayi Boni et les siens seuls qui pensent comme ça. Parce qu’à l’époque ici Kérékou était candidat et d’une manière incontestable. Mais il y a eu d’autres candidats. Pourquoi aujourd’hui il n’y aurait pas d’autres candidats ? C’est ceux qui veulent voir que la candidature de Abdoulaye Bio Tchané est un péril pour Yayi Boni, qui voudraient que Yayi Boni soit à tout prix réélu pour 2011 qui font traîner ce type de considération que Abdoulaye Bio Tchané ne sera pas candidat. Personne n’a demandé à Abdoulaye Bio Tchané d’être candidat, c’est lui qui a pensé qu’aujourd’hui, il a des choses à offrir à son pays et je crois que c’est normal. Un haut cadre, un cadre de ce niveau ne peut que mettre sa compétence à la disposition de sa Nation. Je crois que c’est tout à fait légitime que Abdoulaye Bio Tchané soit candidat aujourd’hui et s’il entend aller jusqu’au bout il faut qu’il aille jusqu’au bout. Que le jeu démocratique se fasse et que le meilleur candidat soit celui qui va être élu.

Donc entre Yayi et Abdoulaye Bio Tchané, Qui ne sera pas candidat en 2011 ?
Les 2 peuvent être candidats, pourquoi voulez vous que quelqu’un d’entre eux ne soit pas candidat ? S’il y a un qui peut dire que je ne suis pas candidat, s’il y a un qui peut reconnaître que j’ai fait cinq ans avec l’appui de mes frères, … nous qui ne sommes pas dupes. C’est nous qui avons  fait Yayi Boni, personne ne connaissait Yayi. Personne, c’est un illustre inconnu. C’est depuis qu’il est à la Boad qu’on l’a connu. Donc si les choses doivent se passer normalement, Yayi Boni ne devait pas être là. C’est parce que les circonstances sont défavorables : Kérékou partait, personne n’étant préparé, c’est toujours le 3ème larron qui vient prendre les choses et c’est comme que Yayi Boni est apparu. Si Yayi Boni veut être candidat, il faut que d’autres candidats se positionnent pour que le meilleur soit celui-là que le peuple va désigner. Je crois qu’il ne faut pas que ça soit un arrangement entre les gens. En tout cas, moi je ne veux pas ça. Une histoire d’arrangement, ça c’est pour pénaliser le peuple, ça c’est l’hypocrisie, c’est même l’escroquerie et ça j’ai horreur de ce type de comportement. Je suis contre le peuple je ne veux pas cet arrangement-là. Abt sera candidat.

 Alors comment se porte la coalition Abt ?
La coalition est en train de se mettre en place. Ce qui est sûr la coalition n’est qu’un train. Elle prend son temps, voyez-vous il n’y a pas les moyens. Il y a des gens déterminés, il y a des gens décidés qui sont en train de travailler. On a fait notre Assemblée générale, on doit faire une déclaration on devait la faire mais nous l’avons différée parce que Abt lui-même nous a dit d’attendre un peu pour qu’on discute avec certains hommes, certains responsables, des chefs de partis politiques et nous sommes en train de faire ces discussions. D’ici le  15 au plus tard, on fera notre déclaration. C’est clair que les gens travaillent jusqu’au fond. Si dans notre pays, il y avait un minimum de moyens pour faire des sondages, des gens se rendraient aujourd’hui compte que c’est certainement Abt qui va recueillir le maximum de suffrages. C’est lui que les sondages donnent toujours comme le mieux placé donc il n’y a pas de problème. La coalition est au travail et bientôt on va inviter les journalistes à l’occasion de la déclaration de la coalition. C’est des hommes de conviction, c’est des hommes du peuple qui sont avec Abt.

Honorable êtes-vous sûr que Bio Tchané ne va pas vous trahir ?
Je crois vraiment en lui. C’est parce que vous, vous ne le connaissez pas et je pense quand même que vous les journalistes vous devez connaître ce monsieur. Ce n’est pas un enfant bien-né. Tel que vous avez vu son parcours, ce n’est pas des gens comme ça qui trahissent. Que veut Abt pour nous trahir ? Qu’on aille lui donner de l’argent pour qu’il ne soit plus candidat ? Vous connaissez quand même le cursus du  monsieur. Même si Abt s’en va, ou n’est plus Président directeur général de la Boad, il est appelé à être sollicité par les grandes institutions ou pour les grandes finances. Alors les postes et les responsabilités n’ont pas d’inquiétude. Aujourd’hui, c’est un devoir qui est en train de l’appeler et il est en train de répondre à ce devoir, donc vraiment je ne pense pas que en matière de patriotisme on a quelque chose à lui apprendre. C’est un fils bien né de son père et de sa mère, de sa région où la trahison ne fait pas partie de nos vertus. Ça c’est le dernier crime qu’un fils de nos localités peut commettre. Moi j’ai confiance, il ne va trahir personne. Il sera candidat et nous l’attendons incessamment. Et quand il est candidat, c’est pour gagner comme  il le dit lui-même.

Nous avons compris que vous êtes sur le terrain où ça chauffe. Nous avons appris à travers la presse que les transporteurs de Djougou ne seraient pas avec Abdoulaye Bio Tchané. Votre appréciation ?
Nous sommes dans un lieu où les gens ne sont pas allés à l’école, mais ceux-là sont ceux qui au fait constituent la franche partie des anciens de Djougou. Je sais qu’on est allé donner huit cents mille à certains, un million à d’autres. Le chef de l’Etat a été lui-même là. Il a donné des millions, quelques  millions au président des sages. Sincèrement c’est déplorable, moi je crois que ce n’est pas la démocratie. Ils sont partis acheter des gens. Malheureusement la population à la base n’est pas d’accord. Parce que d’abord elle veut avoir sa liberté et ensuite, aujourd’hui, sa conviction est que le candidat, leur candidat, leur frère et de surcroît un candidat aux présidentielles, puisse être là et  qu’il soit candidat. Et donc, ils ont créé un mouvement et sous le couvert d’une réjouissance, ils sont allés demander une autorisation. L’autorisation trainait et ils sont venus me voir. Je suis allé voir le maire mais il n’était pas là. J’ai vu un de ses adjoints. Son 2ème adjoint et je lui ai dit : «ces personnes ont sollicité une autorisation… Qu’est-ce qui se passe ?»  Ils ont cherché l’autorisation, ils n’ont pas trouvé. Finalement, ils ont dit bon, ça va se faire. Moi je suis parti de Djougou et j’ai demandé à quelqu’un de suivre. Et puis après, j’ai appris qu’ils ont délivré l’autorisation. Sans doute que les autres, ceux qui sont achetés, sont allés dire aux leurs que, ils sont en train de faire quelque chose pour manifester en faveur de Bio Tchané. Et c’est là que les gens se sont réveillés, lorsqu’ils ont appris cela, ils veulent empêcher les choses par tous les moyens. Donc le maire est venu. Il demande aux gars, d’abord, quelles sont les personnalités que vous invitez ? Ils ont répondu, mais on invite des gens comme nous, des gens vont venir de Tanguiéta, de Natitingou, de Kouandé, de Kérou. Comme ils ont vu que cela chauffait, ils ont demandé à voir l’autorisation. Les gens ont dit, mais nous sommes à la veille, pourquoi on va vous le donner, il faut nous dire pourquoi vous voulez ça. Comme les gars n’obtempéraient pas ils ont dit que cela ne peut pas se faire. Les autres ont dit mais c’est vous qui nous avez autorisé, nous avons pris nos disponibilités, on a payé tout, les bâches sont là, on a loué des chaises, comment vous pouvez nous empêcher de faire ça. Ils ont même envoyé des gendarmes pour les menacer. Mais finalement, je pense que les gendarmes ont compris l’affaire du maire. Il a dit ensuite, allez démolir, nous allons payer. Ils sont venus me voir. je leur ai dit, dites leurs, qu’ils disent sur écrit, qu’ils vont payer. Ils n’ont pas payé et de toute façon ils n’étaient pas prêts à prendre de l’argent car ils ont déjà organisé leur manifestation, ils ont fait à manger, ils ont invité des gens qui viennent. Le maire appelle le préfet à la rescousse. Vous avez entendu la version qu’ils ont donnée. C’est du mensonge. C’est des menteurs. Le maire, on l’a hué, le préfet  a été hué… ils ont été chassés. C’est très malheureux qu’aujourd’hui on en soit là. Notre démocratie, même autant du Prpb, on n’a pas vu ça. Les systèmes antidémocratiques, les systèmes monolithiques, c’est terminé. Il faut que Yayi Boni et sa bande comprennent ça. Quand ça s’est passé comme ça, mêmes les députés Fcbe m’ont appelé, pour me dire mais, c’est quand même dommage. D’autres personnes, d’autres tendances ont appelé pour le déplorer. Donc vraiment, on est dans un pays de paix où il y a une diversité d’opinions. On doit s’exprimer.C’est comme ça qu’on peut aller de l’avant.  Ce n’est pas en monopolisant le terrain politique qu’on va évoluer.
 
Sur le terrain effectivement, nous avons vu que les formations s’organisent. Le week-end écoulé, l’alliance l’Union fait la Nation a tenu sa convention. Quelles sont vos impressions sur ce mouvement politique et le bureau qui en est sorti ?
Je ne peux que saluer ce regroupement. Il est bon dans l’état actuel des choses où le régime est en train de montrer toutes ces choses que les forces qui luttent contre le système s’organisent. Et c’est bon qu’il y ait une organisation vraiment fiable. Parce que le seul objectif maintenant, c’est  de chasser Yayi Boni du pouvoir. C’est faire en sorte qu’il s’en aille car il est en train d’obscurcir l’horizon du Bénin. Et quand les gens s’organisent comme ça, on ne peut que les encourager. Pour que vous les journalistes vous retrouviez aussi votre lettre de noblesse parce qu’aujourd’hui vous ne pouvez plus «rien» écrire. Dès que vous écrivez, la Haac vous force, on vous met en prison. Il faut que cela finisse.  En termes de démocratie, nous avons reculé. Moi je pense que c’est bien ce qui se fait  et que cela aille jusqu’au bout. Mais cela ne nous empêche pas  de nous organiser. Nous aussi on s’organise. Nous on compte sur la popularité de notre candidat. Là nous savons que notre candidat est le candidat de tous les Béninois. A partir de ce moment, quand les autres s’organisent, nous ne pouvons pas leur en vouloir. Au contraire on les encourage à s’organiser. Nous, on s’organise et au moment venu, vous allez voir ce qui va se passer.

Dites un mot sur leur bureau..
On sent qu’ils ont des difficultés pour faire un bureau. C’est inhérent même aux origines des uns et des autres. C’est-à-dire que des partis au sein desquels il y a toutes les ambitions. Dans ce domaine là, il est clair que pour arriver à canaliser tout le monde et avoir un candidat unique, ce n’est pas facile. Tout le monde doit se battre jusqu’au bout. Le début montre un peu leur difficulté à s’entendre. Mais nonobstant, je souhaiterais qu’ils aillent jusqu’au bout et qu’ils arrivent à désigner un candidat. Cela augure d’un minimum d’organisation. En Afrique, les opposants n’arrivent jamais à s’entendre. C’est pour ça que nous assistons à des régimes qui vont du père au fils et qui deviennent autoritaires. S’ils ont en face d’eux, une bonne organisation, ils pourront revenir à de meilleurs sentiments. Je vois même que Yayi Boni est en train de trembler. Tout ce qui est derrière la Lépi aujourd’hui, Yayi Boni ne voulait pas en parler.  Aujourd’hui on a vu que, il veut demander comment ça se passe, il veut rencontrer  les gens de l’Union fait la Nation, c’est ce qu’on veut. Donc on ne peut que souhaiter ce genre de chose. Nous voulons même qu’il y ait une organisation rationnelle et que ceux qui ne veulent plus de Yayi Boni, qu’ils viennent, ils n’ont pas de raison d’hésiter. Il faut qu’ils se déterminent et que le jeu politique soit clair et transparent.

Honorable, vous êtes foncièrement contre le système Yayi mais il parait que votre épouse est vivement sollicitée pour faire partie du prochain gouvernement de Yayi ?
Il y a environ trois mois que mon épouse me l’a dit. Et je lui ai répondu, écoute, tu sais que dans notre ménage, il y a la liberté d’opinion. Nous respectons les opinions des uns et des autres. Ma femme ne faisait pas la politique, c’est moi qui l’ai attirée vers la politique. Donc, je ne peux qu’accepter qu’elle ait une opinion, a fortiori différente de la mienne. Mais je sais le combat que Yayi mène contre nous, parce que notre simple vie ne lui plaît pas. C’est Dieu qui donne la vie, c’est Dieu qui la reprend. Cela ne nous inquiète pas. Maintenant il veut «prendre» ma femme. Moi je ne suis pas contre. Si ma femme est d’accord, comment voulez-vous que je sois contre. Elle n’a qu’à aller. Moi en tout cas, ce n’est pas ça qui va me faire changer mon opinion. J’ai un candidat. Je suis l’un des premiers initiateurs de cette candidature là. J’irai au bout. Si elle veut, je lui souhaite bon vent. Ça ne jouera pas du tout sur nos relations familiales. Nous sommes assez mûrs pour comprendre que la politique est une chose, la famille en est une autre.

Propos recueillis par Océan Fm

Reviews

  • Total Score 0%



2 thoughts on “L’honorable Wallis Zoumarou sur Océan Fm: «L’accueil réservé à Abdoulaye Bio Tchané au Palais n’est pas sincère»

  1. HOUNGBEME

    je suis tout à fait d’accord avec vous mr ZOUMAROU sur la candidature de ABT nous les pros ABT nous gagnerons il ne nous trahira pas c’est un homme intègre c’est un homme de parole ,comme vous l’avez dis votre femme peux suivre le president BONI cela ne nous gêra pas et en plus chacun peux avoir ces opinion vou pouvez etre dans la même famille et elle peut avoir l’opinion differante que la votre par example nous voyons qu’aux états unis la femme du gouverneur de californi ARNAULD SWHAZENEGER a soutenu le président BARAK Obama alors que lui le candidat republicain donc cela peu ce passer partout

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page