.
.

Le triomphe de la vérité

.

Participation du Prd-NG et du Rdl-Vivoten aux travaux de la convention: Kamarou Fassassi et Séverin Adjovi optent pour l’Union fait la Nation


Vues : 1

Plus deux pour l’Union fait la Nation. En plus du PRD, RB, PSD, Madep et Force-clé, le grand regroupement des G et F fait de gros gains avec l’entrée au sein du bloc du Prd-Nouvelle Génération et du Rdl-Vivoten. Résultat de cette moisson politique, les perspectives pour la victoire des forces politiques réunies au sein de l’Union fait la Nation semblent bien prometteuses à la lumière des adhésions qu’elle bénéficie de certaines figures de proue de la politique nationale. En effet, à la faveur de l’ouverture qu’elle prône en direction de toutes les forces vives de la nation, l’UN compte désormais dans ses rangs de la présence de deux ténors de la scène politique béninoise en l’occurrence les anciens barons du défunt régime, Kamarou Fassassi et Séverin Adjovi. C’est d’ailleurs ce qui explique la présence de délégués du Parti du Renouveau Démocratique (Prd) Nouvelle Génération de Kamarou Fassassi et du Rdl Vivoten de l’actuel maire de la cité historique de Ouidah. En effet, dans le cadre des préparatifs de la première convention constitutive de l’UN les samedi 30 et dimanche 31 janvier dernier, plusieurs collaborateurs des deux personnalités ont pris une part active à l’élaboration des textes fondamentaux de cette alliance portée sur les fonts baptismaux pour concrétiser l’alternance au sommet de l’Etat en 2011. Ainsi, l’Union fait la Nation, constituée à l’origine de cinq formations politiques notamment la Renaissance du Bénin (Rb), du Parti du Renouveau Démocratique (Prd), le Mouvement Africain pour la Démocratie et le Progrès (Madep), le Parti Social Démocrate (Psd) et Force Clé, peut se prévaloir de s’être élargie à sept (07) avec le Prd Nouvelle génération et le Rdl-Vivoten. Cette option des deux leaders est apparue dans toute sa clarté lors de la cérémonie d’ouverture des assises de l’UN au cours desquelles Kamarou Fassassi et Séverin, après un sévère réquisitoire à l’endroit du régime du Changement de Boni Yayi, ont exprimé leur volonté de se joindre au combat de Rosine Vieyra Soglo, Bruno Amoussou, Me Adrien Houngbédji, Lazare Sèhouéto et Séfou Fagbohoun pour l’avènement de l’alternance lors de l’élection présidentielle de mars 2011.

L’axe à craindre

 L’entrée de Kamarou Fassassi et de Sévérin Adjovi dans l’UN fait désormais du grand regroupement de l’opposition un pôle sérieux qui constitue à n’en point douter une véritable machine électorale. Connus en effet pour leur capacité de mobilisation et surtout leurs poids électoral dans leurs différents fiefs, les deux anciens ministres du Générak Mathieu Kérékou Kamarou et Adjovi sont de véritables animaux politiques dont la présence au sein de l’UN fait du bloc de l’opposition une machine à écraser. Leurs nombreuses expériences politiques pour être des leaders d’opinion et d’anciens, candidats à l’élection présidentielle de 2006, leur maitrise du terrain et surtout leur capacité de nuisance font d’eux de véritables piliers avec lesquels l’union fait la nation peut compter pour réaliser l’alternance en 2011.

L’opposition révigorée, la Mouvance en lambeaux

Alors que l’heure est à l’union parmi les forces politiques réunies au sein de l’opposition, la guerre de clans et de leadership ravit de son côté la vedette au sein des partisans du Chef de l’Etat. En effet, la mouvance présidentielle est confrontée depuis plusieurs semaines à de profondes dissensions internes entre les responsables des Forces cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe) de Eugène Azatassou et ceux de l’Union pour la Majorité Présidentielle Plurielle (Umpp) de Grégoire Laourou. A cet effet, la dernière passe d’armes intervenue entre Eugène Azatassou et le Vice président de l’Umpp, Idrissou Ibrahima en dit long sur la guerre fratricide que se livre sans merci les membres de l’entourage présidentiel. Cette querelle intestine, née entre la nouvelle classe de politiciens et ceux de l’ancienne garde désormais acquis à Boni Yayi, fait déjà le lit, selon plusieurs observateurs, à des difficultés pour le camp présidentiel au cours de ses prochaines confrontations avec les forces coalisées au sein de l’UN. Somme toute, ces déchirements de plus en plus exacerbés autour du Chef de l’Etat ne peuvent que renforcer l’optimisme dans le camp opposé dont l’objectif principal est de prendre les rênes du pouvoir au soir des élections de mars 2011.

Jean-Claude D. DOSSA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page