.
.

Le triomphe de la vérité

.

Selon Marcellin Zannou, Directeur adjoint de la fraude de la Douane Nationale: « La lutte contre la corruption se mène dans la confusion»


L’émission dominicale, « Zone Franche » a servi de tribune le dimanche 17 janvier dernier au Colonel des Douanes, Marcellin Zannou pour passer au scanner l’actualité nationale. A cette occasion, l’ancien porte-parole de la Douane Nationale n’a pas mâché ses mots contre la méthode actuelle de lutte contre la corruption au Bénin.
« La lutte contre la corruption se mène dans la confusion des termes. On ne peut donc pas espérer de résultats probants de cette lutte telle qu’elle se mène actuellement ». C’est en substance la position exprimée par le Directeur adjoint de la lutte contre la Fraude à la Douane Nationale du Bénin. Pour le Colonel Zannou en effet, parce qu’elle est devenue un fonds de commerce politique, la lutte contre cette gangrène de l’économie nationale a du plomb dans l’aile. Ainsi, à en croire ses propos, alors que son efficacité est conditionnée par la morale et l’éthique, secteur par secteur de la vie sociale, la lutte contre la corruption dans notre pays pèche par manque de méthode dans sa mise en œuvre malgré la volonté affichée du régime du Dr Boni Yayi. Dès lors, il convient selon Marcellin Zannou, de repenser la lutte d’autant plus qu’elle s’impose sur la voie de l’émergence économique du Bénin.
« Le religieux dans la politique est dangereux et nocif »
Figure majeure de l’église du Christianisme céleste du Bénin, le Colonel Marcellin Zannou s’est insurgé contre la présence de plus en plus forte du religieux dans les arcanes du pouvoir. Pour lui en effet, « Le religieux dans la politique est dangereux et nocif». Car, en croire ses propos, les religieux, à l’instar des chefs traditionnels, ont un rôle de médiateur social. Aussi, leur implication dans la gestion des affaires publiques prive t-elle la société d’un acteur majeur pour la résolution des différends sociaux mais surtout politiques. Ainsi, s’il se félicite des initiatives du Chef de l’Etat en faveur de ces acteurs de la vie sociale, il ne manque pas de mettre en garde contre le risque de leur implication dans la politique.
Abordant les dissensions qui émaillent la vie au sein de l’église du Christianisme Céleste depuis la mort de son fondateur, l’ancien élu des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe) dans la 15ème circonscription électorale lors des élections législatives de 2007, Marcellin Zannou estime qu’il s’agit d’une « crise de maturité » à laquelle elle ne pouvait échapper. Ainsi, pour lui, l’autorité du Révérend pasteur Agbaossi ne peut être remise en cause d’autant qu’il est le choix de son prédécesseur, Samuel Biléou Oschoffa.

 Jean-Claude DOSSA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page