.
.

Le triomphe de la vérité

.

Mozambique-Bénin 2-2: Le Bénin rate sa première victoire à la Can


Vues : 2

sessegnon des écureuils du Bénin(Les Black Mambas contraignent les Ecureuils au partage des points). La concentration était à son paroxysme avant le coup d’envoi côté béninois. Les coéquipiers de Stéphane Sessègnon n’ont pas voulu rentrer étourdis dans cette partie que tout le peuple béninois attend. Le top est donné par les Black Mambas à 19h 30mn. Pas de round d’observation. Les deux équipes se neutralisent au milieu. Les Mozambicains jouent en petites passes pour déstabiliser le bloc béninois. Premier corner qui ne donne rien. Les Ecureuils sont bien disposés sur l’aire. Sessegnon élimine son vis-à-vis, centre, Mouri frappe, les Black Mambas contrent. Les Ecureuils obtiennent 3 corners coup sur coup et les négocient mal. A la 14ème minute les Mozambicains sont à deux cheveux d’ouvrir le score. Dans la foulée, le Onze béninois réagit. Suite à un mouvement collectif, Mouri rate le cadre. L’arbitre sur la faute. Razak est chargé en pleine surface de réparation. Le juge de la partie indique le point de penalty. Le joueur de Metz se fait justice. Bénin 1 Mozambique 0. C’est le délire dans la loge des supporters béninois. Les Mozambicains répondent en se réorganisant au milieu du terrain. Ils procèdent par de jeu court. Ils assiègent la moitié de terrain des Ecureuils qui sont étouffés. Le bloc béninois connaît quelques moments d’errements. A la 21ème minute contre le court du jeu, Mouri mystifie sur le côté gauche la défense des Mambas et serre le Parisien Sessègnon qui n’a eu aucun mal à battre le gardien de l’équipe adverse. Les joueurs de l’Afrique de l’Ouest sont dans une position confortable. Les Mozambicains ont compris que le côté droit de la défense béninoise est perméable. Ils y insistent. Sur un de leurs corners obtenus sur ce flanc. Djidonou se troue. Les Mozambicains égalisent par l’intermédiaire de Lobo à la demie heure de jeu. Ils étouffent complètement le Onze national qui plie mais ne rompt pas. Les dernières actions sont béninoises. Mais les Ecureuils ont vu du rouge dans les 15 dernières minutes de la 1ère mi-temps. Les Mozambicains ont présenté une copie plusà propre que celle des joueurs de Michel Dussuyer qui ont perdu assez. de ballons en 45mn. Dès la reprise Razack est à deux doigts de surprendre le gardien adverse. Les Mozambicains reprennent le match. Les Béninois procèdent par de longues tirs qui reviennent aussitôt. Ce qui cause d’énormes problèmes aux défenseurs béninois. Les Mozambicains sont présents sur les retombées des premiers ballons. Les milieux du terrain sont transparents. Logiquement à la 55ème minute, les Mozambicains reviennent au score. Ahouéya en dessous de la moyenne sort pour Djiman Koukou. Malgré cette arrivée, les Mozambicains restent maîtres de la partie. Mouri, Sessègnon, Tchomogo et consorts foutent du bordel dans le jeu. Ils ratent les fondamentaux du football face à un adversaire moins corsé que le Nigeria et l’Egypte. Heureusement pour les Béninois sinon les Mozambicains auraient pris l’avantage à la 62ème minute. L’entrée d’Imourou a un peu soulagé la formation béninoise qui a repris le jeu à son compte. Le maestro Sessègnon enflamme le stade. Les Mozambicains sont toujours dangereux. Poté n’arrive pas à passer le premier sur son chemin. Les quelques rares occasions sont males exploitées par l’attaque béninoise. Les Béninois retiennent leur souffle lorsque Mouri a cédé sa place à Kobéna Nohoum à la 42ème minute. Suite à une passe de Sessègnon Djiman Koukou lancé en profondeur somnolait alors le ballon a fait plus 30s dans la surface de réparation de l’équipe adverse. A défaut de battre le petit poucet du groupe, les Ecureuils obtiennent leur premier point à la Can.

De notre envoyé spécial en Angola, José Mathias COMBOU

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page