.
.

Le triomphe de la vérité

.

Arrestation de Simon Pierre Adovèlandé: Maître Sadikou Alao donne sa version des faits


Vues : 5

sadikouSimon Pierre Adovèlandé a été arrêté pour un litige commercial. C’est en substance ce qu’a laissé entendre dans le week-end Me Sadikou Alao, avocat conseil des plaignants. Intervenant sur la chaîne de télévision Canal 3 et sur Océan FM, il a indiqué que le coordonnateur national du Millenium challenge Account (MCA) a été placé en garde à vue du fait d’un délit commercial commis par la société Bethsaleel Building dont il est un des dirigeants. Actuellement Président du Conseil d’administration du Groupe, Simon Pierre Adovèlandé est en détention du fait des reproches faits à sa société par ses propres bailleurs de fonds. Ceux-ci estiment en effet qu’il y a un flou dans la gestion des fonds alloués par eux dans le cadre du projet de construction de logements sociaux dans la commune d’Abomey Calavi par le Groupe Betsaleel Building. A en croire Me Sadikou Alao, c’est depuis mi-juillet 2008 que le Groupe immobilier s’est engagé à régulariser sa situation vis-à-vis de ses bailleurs de fonds, dans un délai de deux mois. Pour ne l’avoir pas fait depuis lors, Simon Pierre Adovèlandé et tout le Groupe avec lui obligent ses clients à intenter un procès que l’avocat dit avoir tout fait pour éviter. Par souci d’humanité en effet, il a fait noter avoir rappelé à l’ordre et à plusieurs reprises le coordonnateur national du MCA. Celui-ci n’aurait pas cru devoir suivre ses conseils. Le groupe n’ayant pas remboursé ses dettes ni procédé aux régularisations nécessaires, ses dirigeants ont été interpellés par la justice qui s’est engagée sur la voie pénale. En tout état de cause, pour Me Sadikou Alao qui parle de malversations commises par les dirigeants du groupe Betsaleel Building, ceux-ci ont été suffisamment prévenus. Car un audit international a révélé que la gestion de cette société n’est pas saine. Or, l’Etat béninois s’est porté garant du remboursement du total des fonds estimé à deux milliards sept cents millions de FCFA. En d’autres termes, si la société de M. Simon Pierre Adovèlandé ne paie pas, c’est le contribuable béninois qui le fera.

Olivier ALLOCHEME

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page