.
.

Le triomphe de la vérité

.

Lutte contre la pauvreté en Afrique: Plusieurs délégations à Cotonou pour un meilleur accès des pauvres à la loi


Vues : 2

Le Présidium lors de l'ouverture des travaux de la ConférencePlusieurs délégations africaines participent depuis hier, mardi 08 décembre 2009, à la conférence régionale sur la démarginalisation des pauvres par le Droit (Legal empowerment of the poor). La cérémonie d’ouverture de ces assises de trois jours a eu lieu au Palais des sports de Cotonou en présence de plusieurs personnalités dont le ministre chargé des relations avec les institutions, Me Zacharie Baba Bodi. « La pauvreté ne peut être réduite que si les gouvernants mettent en place tous les mécanismes tendant à élever l’esprit de juridicité des pauvres, gage de leur capacité entrepreneuriale et de l’intégration réussie dans l’économie nationale et internationale ». C’est fort de cette conviction que la Commission sur la démarginalisation des pauvres par le Droit, créée à l’initiative de l’ancien secrétaire d’Etat américain, Madeleine Albright et du célèbre économiste péruvien, Hernando de Soto, organise pour la première fois ces assises dans l’espace francophone africain. Ainsi, dans son allocution de bienvenue, le Commissaire pour l’Afrique francophone de cette commission créée en septembre 2005, cette rencontre vise à mettre en lumière le lien entre « exclusion, pauvreté et Droit ». Car, dira Mme Clotilde Médégan Nougbodé, l’ignorance des textes de loi constitue l’un des facteurs de la persistance de la pauvreté dans plusieurs communautés en Afrique. Aussi, importe t-il, selon ses propos d’œuvrer à « libérer le potentiel économique civique et économique des analphabètes juridiques en Afrique » pour favoriser leur plein épanouissement. C’est fort de cet état de fait que l’Union Européenne milite pour la protection et la mise en valeur des droits des pauvres à travers la mise en œuvre de plusieurs initiatives en faveur des personnes ignorant ou privées de leurs droits, selon le Chef de la délégation de l’UE au Bénin. Pour sa part, l’ancien premier ministre malien, Mohamed Ag, cette initiative est « un acte de grande portée morale » susceptible de favoriser l’amorce d’un développement humain durable au profit des quatre (04) milliards de personnes victimes d’exclusion et de pauvreté à travers le monde. En outre, il invite à une nouvelle définition du Droit et du commerce international au profit des pauvres. Représentant le gouvernement à cette occasion, le ministre Baba Bodi estime cette rencontre d’une grande importance pour un plaidoyer en faveur du renforcement des capacités juridiques des pauvres d’autant plus que, s’interroge t-il, « comment accroître le potentiel économique des pauvres sans la protection de leurs droits? ». Notons que cette rencontre au cours de laquelle les réflexions seront axées sur « l’accès à la justice et Etat de droit», «Droit de la propriété », « Droit du travail » et « droit d’entreprendre » prend fin ce jeudi 10 décembre 2009.

Jean-Claude DOSSA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page