.
.

Le triomphe de la vérité

.

Sortie médiatique des jeunes patriotes au sujet de la polémique sur les matériels agricoles: Frédéric Béhanzin met à nu les manœuvres dilatoires contre le Ppma


Vues : 2

behanzinTreize (13) jours après la célébration de la Journée internationale de la jeunesse le 1er novembre qui a réuni des milliers de jeunes au stade omnisports de Goho à Abomey, les jeunes patriotes étaient une nouvelle fois sous les feux de la rampe le vendredi dernier. C’est à la faveur d’une conférence de presse animée par leur leader, Frédéric Béhanzin au siège du mouvement sis au quartier Zongo de Cotonou.
Faire connaître la position des jeunes patriotes sur les sujets brûlants de l’actualité nationale. C’est l’exercice auquel s’est livré Frédéric Béhanzin au cours de sa rencontre avec les hommes des médias. Ainsi, abordant en première analyse l’actualité au sein du Parlement béninois marquée par le rejet du rapport d’activités du président Mathurin Coffi Nago pour la quatrième fois consécutive, le chef de file des jeunes patriotes a dénoncé l’action « des députés traîtres » qui, tout en clamant leur appartenance aux Forces Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe), freinent par leurs actions la mise en œuvre de la vision d’émergence prônée par le Chef de l’Etat et son gouvernement. Pour lui, cette situation constitue un chantage pour les réfractaires aux décisions de la Fcbe en vue de l’obtention d’avantages matériels. Ainsi, selon ses propos, l’abstention des députés Fcbe André Dassoundo, Edgar Charlemagne Alia, Janvier Yahouédéhou et consorts qui a abouti au rejet du rapport malgré l’adhésion de plusieurs députés de l’opposition, témoigne d’un manque de sincérité de la part de ces derniers dans leur soutien au Dr Boni Yayi et à son régime. Somme toute, pour lui, à travers ce nouveau rejet, « on veut distraire le peuple avant de rejeter le budget de l’Etat exercice 2010 ». 

Le prix et la qualité des machines agricoles acquises par le gouvernement
Accentuant son intervention sur la polémique née au sujet du prix des tracteurs et autres matériels agricoles acquis en Inde, Chine et Tchécoslovaquie dont le montant s’élèverait, selon certains propos, à 12 milliards de francs Cfa, Frédéric Béhanzin a dénoncé une manœuvre de désinformation et d’intoxication de l’opinion publique  par les forces de l’opposition d’autant plus que, selon lui, le coût des machines acquises est évalué à environ six (06) milliards de francs. Mettant en relief la grande compétence des cadres chargés de la conduite du Programme de mécanisation agricole dans notre pays, Frédéric Béhanzin explique que la mécanisation agricole est devenue une préoccupation pour les gouvernants à partir de 2005 sous le régime de Mathieu Kérékou à la lumière des impacts positifs de ce programme dans des pays tel que le Ghana. Ainsi, à en croire ses propos, « ce n’est pas le Dr Boni Yayi qui a initié le programme de mécanisation agricole » mais il en a fait, suivant le principe de continuité de l’Etat, de ce programme qui peinait à décoller un programme prioritaire en raison des crises alimentaire, monétaires et financière auxquelles tous les pays sont confrontés depuis quelques années. Dès lors, le gouvernement est victime d’un faux procès de la part des députés de l’opposition qui ont pourtant, selon lui, la possibilité de mettre en place une commission d’enquête pour mettre en lumière la vérité sur le montant des engins acquis par le gouvernement. En outre, le conférencier estime que la qualité de ces matériels ne peut souffrir d’aucun doute d’autant plus qu’ils satisfont pleinement, depuis leur acquisition, leurs bénéficiaires de Ouinhi, Bembèrèkè, Natitingou, Kouandé…
« C’est la même firme qui a livré les matériels au Bénin qui en a livré au Burkina-Faso, au Mali, au Sénégal…sans aucun problème ». Mais alors, s’interroge t-il, « pourquoi seuls les matériels acquis par notre pays devraient-ils faire l’objet d’autant de polémiques? » Pour lui, l’attention de tous les fils et filles du Bénin devrait plutôt être mobilisée en faveur du développement du pays au détriment des manœuvres politiciennes.
Au sujet de l’interdiction du congrès de l’Union pour la Relève à Bembèrèkè, Frédéric Béhanzin se dit surpris par cette information qui contraste de son point de vue avec l’autorisation quelques jours plus tard d’un géant meeting du même parti à Kouandé. « Le gouvernement ne peut pas interdire un congrès et autoriser un meeting », dira t-il en substance.
En outre, aux interrogations des hommes des médias sur le maintien en prison du maire de Dangbo, Clément Dona Gnonlonfoun malgré la liberté provisoire dont il est bénéficiaire depuis quelques jours, le leader des jeunes patriotes invite à se référer à la justice béninoise dont la qualité ne saurait être remise en cause. « Nous avons accepté l’Etat de droit. Ayons confiance en notre justice », dira t-il.

Jean-Claude DOSSA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page