.
.

Le triomphe de la vérité

.

Nomination du chef d’Arrondissement de Tohou (Lalo): Le Psd dénonce une dérive dictatoriale du régime Yayi


Vues : 7

Le Parti social démocrate (Psd) de Bruno Amoussou est monté au créneau le vendredi dernier pour s’insurger contre l’érection de la force comme mode de désignation des élus locaux à l’ère du Changement à travers l’installation de Dieudonné Vodounou comme Chef d’arrondissement Fcbe à la tête de l’arrondissement de Tohou par le Préfet Corentin Kohoué. C’était au cours d’une conférence de presse animée par les responsables du parti au siège du Psd à Mènontin.


Le Parti social démocrate « dénonce avec véhémence le silence coupable du Chef de l’Etat…, décide de combattre l’élan dictatorial et suicidaire du Préfet des Départements du Mono-Couffo, la complicité du gouvernement ainsi que de son chef dans la gestion de cette affaire…». Ce sont là quelques récriminations formulées par les conférenciers lors de leur rencontre avec les professionnels des médias. Ainsi, dans ses explications, le Sg Théophile Montcho a fait part de l’indignation du parti face à la volonté exprimée par le Préfet du Mono-Couffo d’intaller Dieudonné Vodounou comme Chef d’arrondissement de Tohou en lieu et place de Appolinaire Houenou alias « Allèvi » après l’invalidation du poste de ce dernier par la Cour Suprême « au motif qu’il ne sait ni lire ni écrire », alors que les textes de la décentralisation attribuent formellement ce pouvoir au conseil communal. Cette attitude qui frise un mépris pour les textes, à en croire Théophile Montcho, est d’autant plus inacceptable que l’autorité préfectorale se substitue au conseil municipal, au sein duquel siège dix sept (17) conseillers Psd sur les dix neuf (19) que compte la commune, pour « nommer » le Chef d’arrondissement. Ainsi, pour le secrétaire général du Psd, cette attitude s’inscrit dans une volonté délibérée du pouvoir d’installer à la tête de toutes les localités du pays ses militants comme en témoignent les cas de Karimama, Abomey-Calavi… Ainsi, soutenu par le Secrétaire national du parti, l’Honorable Gabriel Tchocodo, l’Honorable Jean-Baptiste Edayé ainsi que les autres membres du bureau exécutif du Psd présents à cette rencontre, Théophile Montcho a mentionné que face à la résolution du régime du Changement de piétiner les lois en vigueur dans notre pays et mettre à mal la cohésion nationale, « ce pouvoir doit s’en aller en 2011 » pour éviter au Bénin une situation catastrophique similaire à celle de nombreux Etats en guerre sur le continent. Somme toute, le Psd se dit déterminer à s’opposer à l’arbitraire qui s’est d’ailleurs manifesté entre autres par les actes de violences perpétrés par des militants des Fcbe contre la mairie de Lalo le 16 septembre dernier, la non installation jusqu’à ce jour des chefs d’arrondissement de Dogbo-Tota et Dévè en raison de leur appartenance au parti de Bruno Amoussou.
Jean-Claude D. DOSSA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page