.
.

Le triomphe de la vérité

.

Tremblement de terre du 11 septembre: Les scientifiques béninois se réveillent et apaisent les populations


Vues : 19

 (Le Centre Lamto en Côte d’Ivoire éclaire sur le séisme béninois)

 Sur initiative du ministère de la Recherche scientifique, les scientifiques béninois dont les domaines d’étude et de recherche sont les plus proches de la sismologie se sont prononcés sur les secousses du 11 septembre dernier. Par le biais d’une conférence de presse, le Doyen de la Faculté de l’Agronomie et des sciences techniques (Fast) M. Oyédé Lucien Marc et le Directeur Général de l’Obrgm Cyriaque Tossa, ont exposé aux journalistes les causes du phénomène, évacuant toute éventualité d’un mouvement sismique d’envergure.

Une semaine après les secousses sismiques du 11 septembre 2009, les scientifiques béninois retrouvent leur latin. Contrairement aux explications trop théoriques aux allures généralistes fournies par les scientifiques aux premières heures du phénomène, les informations se précisent davantage sur ce séisme et les causes et origines bénéficient de plus en plus d’explications scientifiques plus pointues. La localité de Kpanroun, l’épicentre du tremblement du 11 Il n’y a donc plus de doute depuis hier où le Centre sismographique de Lamto en Côte d’Ivoire a fourni des données précises sur le tremblement de terre au Bénin. Les secousses sismiques ressenties par les populations du sud Bénin ce 11 septembre ont eu effectivement lieu à 4heures 10minutes 17secondes à la latitude 6,62, longitude 2,42 à une profondeur de 8km. C’est donc, selon les scientifiques à environ 28km au nord de Cotonou que se situe l’épicentre de séisme c’est-à-dire la localité qui a le plus ressenti les secousses et donc la plus proche des failles tectoniques ayant causé le mouvement. Cette localité, les scientifiques béninois l’ont estimé à Kpanroun dans la vallée de l’Ouémé. En effet, selon le Doyen de la Fast Lucien Marc Oyédé, les localités secouées semblent s’aligner le long d’une structure allongée Nord-sud qui se trouve dans la Vallée de l’Ouémé. En somme, les causes du tremblement du 11 septembre sont liées à l’existence de petites failles ou de fractures dans cette vallée et dont le glissement a engendré les secousses notées. Le Bénin paré contre le pire ! « Le tremblement de terre observé le 11 septembre est d’origine tectonique » a précisé le Doyen de la Fast M. Oyédé. Autrement dit, les petites secousses sismiques qu’ont vécu le Bénin sont purement naturelles et donc liées à la structure même du sol faite de failles confirmées ou supposées. Mais ces fractures qui sont nombreuses dans la vallée de l’Ouémé sont bien mineures selon les scientifiques pour être à la base d’activités sismiques de grande ampleur. D’ailleurs selon M. Tossa Cyriaque Directeur Général de l’Office Béninois de Recherche géologique et minière, la côte du Golfe de guinée où se situe le Bénin est constitué d’un vieux socle stabilisé. Ce qui rend les secousses sismiques rares à la limite mineures dans cette zone ouest-africaine. Face donc aux nombreuses rumeurs et interprétations sur l’origine du phénomène, le Doyen Oyédé sans être Sismologue certifie en tant que Géologue que les exploitations minières plus ou moins superficielles et les pompages d’eau et d’hydrocarbures ne sont pas à l’origine du tremblement de terre ». Selon les scientifiques béninois, il n’y a donc pas matière à inquiétude face aux secousses du 11 septembre. Néanmoins reconnaissent-ils, pour la curiosité scientifique et l’affirmation de la souveraineté nationale, il est nécessaire que le Bénin se dote d’un sismographe et de spécialistes en sismologie comme c’est d’ailleurs le cas en Côte d’Ivoire, en France et ailleurs.

Médard GANDONOU

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page