.
.

Le triomphe de la vérité

.

Grand oral à l’UNESCO: Nouréini Tidjani Serpos a planché hier


Vues : 7

noureini_tidjani_serposC’est avec brio que le candidat béninois au poste de Directeur général de l’Unesco a planché hier. Il a été l’un des tout premiers candidats parmi les neuf à passer devant le Conseil exécutif de l’Organisation des Nations Unies pour la Science, l’Education et la Culture (UNESCO) qui a enclenché le processus devant aboutir au choix d’un nouveau Directeur général pour l’institution. Depuis hier, le Conseil exécutif de l’UNESCO écoute chacun des neuf candidats au remplacement de l’actuel directeur général Koïchiro Matsuura. Le candidat béninois a présenté sa vision de l’UNESCO, vision qui fait une grande place au développement de l’éducation notamment dans les pays du Sud.  Le Conseil exécutif de l’UNESCO présidé par le professeur Joseph Yaï, Béninois lui-même, a interrogé l’homme qui n’a pas manqué de faire étalage de sa connaissance intime de l’institution où il travaille depuis une quinzaine d’années. Il a été soutenu par un déploiement offensif de toute la diplomatie béninoise mobilisée pour pousser sa candidature le plus loin que possible. 250 millions de FCFA ont été mobilisés pour la campagne conduite par le ministre d’Etat Kogui N’Douro présent à Paris où siège l’institution. Dans la délégation béninoise, on pouvait noter aussi la présence du ministre de l’enseignement supérieur et du ministre des enseignements maternel et primaire comme du professeur Albert Tévoédjrè. Le lobbying béninois se fait  aussi  en Afrique du Sud par le ministre de la réforme administrative et institutionnelle, Joseph Ahanhanzo chargé de sensibiliser les autorités de Johannesburg sur la valeur du candidat béninois. Demain, le Conseil exécutif retiendra les candidats susceptibles de passer au second tour. La procédure prévoit au plus cinq tours au bout desquels le Conseil exécutif déterminera un candidat qui est présenté devant les 193 Etats membres qui se réunissent le 06 Octobre prochain lors de la 35è conférence générale de l’UNESCO. Nouréini Tidjani Serpos a des chances sérieuses de passer ce premier tour  du fait de sa grande expérience de l’institution et de la polémique nourrie par les candidats favoris. La candidature de M. Farouk Hosni, ancien ministre égyptien de la culture, candidat de l’Union Africaine,  est controversée en raison de propos anti-israéliens et antisémites tenus dans le passé : en 2008, il avait affirmé qu’il brûlerait lui-même les livres israéliens qu’il trouverait dans les bibliothèques égyptiennes. Des personnalités juives, comme le prix Nobel de la Paix Elie Wiesel ou le philosophe français Bernard-Henri Levy, se sont indignées de sa possible accession à la tête de l’Unesco. Quant à la candidate autrichienne,  Benita Ferrero-Waldner qui fait aussi figure de favorite, elle a été ministre des affaires étrangères dans un gouvernement allié au FPÖ, parti d’extrême droite de feu Jörg Haider. Ancien président du Conseil Exécutif de l’UNESCO, poète et romancier, Nouréini Tidjani Serpos apparaît de plus en plus comme une troisième voie face à ces personnalités controversées. Au moment où l’Assemblée générale de l’ONU commence, l’action du ministre des affaires étrangères, Jean-Marie Ehouzou, sera de faire ce lobbying alternatif auprès de toutes les délégations présentes à New York. Pour le Bénin, demain sera peut-être un nouveau jour dans le concert des nations.
Olivier ALLOCHEME

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page