.
.

Le triomphe de la vérité

.

EDITORIAL: Lune de fiel


Vues : 1

Rosine Soglo a joué un sale tour aux G et F mardi dernier.  Elle a mis les pieds dans les plats en refusant de boycot
ter la plénière comme le voulaient ses collègues et amis de l’opposition. De ce groupe, elle a brisé l’unité somme toute factice, illusoire et dérisoire construite sur les cendres de la haine commune contre le pouvoir. Et rien d’autre. Pour marquer sa désapprobation, l’ex première dame n’a pas hésité à admonester ses camarades en des termes peu équivoques signifiant clairement qu’elle ne partage plus la même vision qu’eux. Cela rappelle étrangement Epiphane Quenum ruant dans les brancards, il y a seulement quelques mois pour stigmatiser la mise à l’écart de la RB lors les jeux de l’opposition. Le député RB, acerbe jusqu’à la colère, semblait dire qu’il avait fait un choix, celui de ne plus compter vraiment sur ses camarades des G et F habitués disait-il en substance,  à  des codes de comportement d’où sont exclus éthique, équité et esprit de groupe. Ayant expérimenté leur mode opératoire tout en ruse et en roublardise, et victime de ces tendances parlementaires sans âme, il n’avait pas hésité à taper du poing sur la table.  Les mauvaises langues ont même vu dans sa fulgurance toute politique une tentative de s’ouvrir une brèche vers le pouvoir pour quitter une opposition devenue trop encombrante et finalement sans objet. Jusqu’ici les commentaires les plus prolifiques pariant sur son entrée probable au gouvernement, n’ont fait qu’accentuer le vent de rapprochement qui souffle entre la RB et le pouvoir. Epiphane Quenum était-il donc en mission pour Maman ? 
Même si cette thèse peut être battue en brèche compte tenu du mutisme éloquent dans lequel l’intéressé s’est emmuré depuis sa dernière conférence de presse, il apparaît que depuis lors, la RB n’a plus affiché une position claire au parlement. Elle navigue allègrement entre deux eaux, votant à sa guise et  rendant coup pour coup, sans état d’âme.

Sa verte jactance de mardi a en effet des arrières-goûts de vengeance face aux coups précédemment reçus de la part de ses amis. Il y a quelques mois, l’Honorable Quenum n’a pas été associé à la constitution de la commission parlementaire sur la gestion du Président de l’Assemblée alors qu’il se trouvait  à la pointe de  la contestation anti-Nago. D’où sa vive sortie. Et si la RB voulait prendre sa revanche sur ce coup tordu et les autres, elle n’aurait pas procédé autrement mardi dernier.
En boycottant le boycott, Rosine Soglo a permis la désignation des représentants de l’Assemblée aussi bien à la Haute Cour de Justice que dans les institutions sous-régionales et régionales. Au passage, elle s’est incrustée dans chacune de ses institutions, Rosine Soglo se taillant même le parlement panafricain. Profitant de l’embrouille générale, Louis Vlavonou du Madep comme Edmond Agoua du G13 se sont hissés eux aussi dans ces institutions d’intégration. Leur cas laisse à penser que, comme la RB, d’autres opinions divergentes sont en tain de lézarder le mur de l’unité des G et même des F. Malheureusement et comme toujours, les divergences se jouent sur les humeurs des leaders et surtout le jeu des intérêts. Contrairement aux grandes démocraties dans lesquelles s’opposent des idées, des visions plus ou moins claires et affirmées du présent et de l’avenir, la vie politique béninoise est le lieu de querelles d’hommes et d’intérêts jetant aux oubliettes les préoccupations majeures de la population. On se dispute sur des postes et des marchés  et non sur l’avenir du pays ni sur la résolution de nos problèmes. C’est à ce jeu d’intérêts souvent sordides que les G  ont créé leur chapelle en espérant s’en servir au moment opportun. Juste retour de manivelle, le même affairisme est en train de disloquer le groupe. C’est que les bases de création de ces regroupements, alimentaires  et opportunistes, s’effilochent lorsque l’opposition découvre un os à croquer : chacun se rue sur la proie avec la hargne des bêtes féroces . Exactement comme à la jungle.
Olivier Djidénou

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “EDITORIAL: Lune de fiel

  1. elfuogo

    Olivier Djidénou tu es trop intelligent et je sias que tu a la logique dans la tete on n’a pas des politiciens mais plutot des opportunistes mais quand est que on aurra la partie de la gauche qui s’oppose radicalement a la droite ou encore les republicains et les democrates in n’est tres loin d’eux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page