.
.

Le triomphe de la vérité

.

Constitution d’un nouveau groupe parlementaire: Le G13 ébranle l’Assemblée


Lire l’intégralité de la Déclaration du G13.
Un nouveau groupe parlementaire va naître dans quelques jours au parlement. C’est un groupe que vont constituer les députés du G 13. La naissance de ce groupe modifie la configuration actuelle de l’Assemblée nationale et prive certains présidents de groupes parlementaires de leurs fonctions.
Justin Sagui du groupe parlementaire Bénin Emergent Paix et Démocratie et le président intérimaire du groupe parlementaire Solidarité et Progrès vont perdre dans les prochains jours leurs titres et tous les avantages y afférents. C’est la conséquence immédiate de la déclaration de constitution d’un groupe parlementaire faite le samedi dernier par les députés du G13. Les 13 députés de cet ensemble étaient répartis dans plusieurs groupes parlementaires dominés et dirigés par les députés des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). La constitution d’un nouveau groupe parlementaire par ses derniers les oblige à démissionner de ces groupes. Cela entraîne l’affaiblissement numérique de ces groupes qui se retrouvent désormais en dessous de l’effectif de neuf (9) exigé par le règlement intérieur. Ainsi le groupe parlementaire Solidarité et Progrès disparaît en perdant trois députés sur dix (10). Ce sont les députés Sacca Fikara, Edmond Agoua et Cyriaque Domingo. Les sept autres membres du groupes, tous Fcbe, n’étant pas au nombre, ce groupe compte ses derniers jours. Dans le groupe parlementaire Gouvernance Concertée qui était présidé par Ananie Abimbola, également trois députés sur 11, Venance Gnigla, Léon Ahossi et Joachin Dahissiho, s’en vont vers le nouveau groupe en gestation. Avec huit membres, tous Fcbe, ce groupe parlementaire n’existe plus. Le troisième groupe parlementaire, Bénin Emergent Paix et Démocratie, constitué en majorité des sept députés de G13 et présidé par Issa Salifou disparaît également. Son président et les députés Rachidi Gbadamassi, N’Da Antoine N’Da, Bko Arifari, Antoine Dayori, Valentin Houdé et Orou Sé Guéné démissionnent pour le nouveau groupe parlementaire. Cependant, avec la constitution du nouveau groupe Issa Salifou ou un autre membre du G13 va retrouver la présidence. Le nouveau groupe pourrait donc remplacer Bénin émergent Paix et Démocratie.
Ces nouvelles données ramènent le nombre de groupes parlementaires à six y compris le groupe parlementaire en gestation contre huit auparavant. Les groupes parlementaires soutenant sans condition l’action du Chef de l’Etat se réduisent à deux contre cinq auparavant en attendant la position des députés Force Clé, alliés à l’ensemble G4, G13, Force Clé, majorité parlementaire très critique vis à vis du Chef de l’Etat. Si ces députés venaient à suivre le pas de leurs collègues du G 13, un autre groupe parlementaire, Concorde nationale, dirigé par Denis Oba Chabi va également disparaître. Cela va affaiblir davantage les Forces cauris pour un Bénin émergent à l’Assemblée nationale et fortifier la vulnérabilité du Président Mathurin Nago.

Le G 13 durcit le ton contre Yayi
La déclaration de constitution de groupe parlementaire semble être un message de durcissement de position contre Boni Yayi. Le refus de participer à un gouvernement en ce moment où le Chef de l’Etat négocie la participation de toutes les forces politiques renforce la position du G 13 qui ne semble pas prêt à accepter n’importe quoi par méfiance au non respect des accords politiques du lendemain du 2ème tour de la présidentielle de 2006 et de l’accord de législature de mai 2007. Conscient de l’affaiblissement des Forces cauris pour un Bénin émergent et de son chef Boni Yayi, le G 13 veut aller plus loin pour imposer ses exigences et se faire mieux valoir sur l’échiquier politique nationale.
A. P. Virgil HOUESSOU

COMMUNIQUE FINAL

A l’occasion de son Université d’été tenue les vendredi 29 et samedi 30 Aout 2008 à l’Hôtel Casa del Papa de Ouidah, l’Alliance G13 a décidé de rendre public le communiqué final dont la teneur suit:
L’université d’été a permis aux députés membres du G13 d’écouter les présentations faites par différents communicateurs ainsi que les rapports thématiques des groupes de travail. Les participants ont par ailleurs débattu des questions de l’actualité nationale et ont exprimé leurs vives préoccupations quant à la crise alimentaire et son corollaire qu’est la vie cher, la situation politique faite de contradictions multiples et de dysfonctionnements majeurs, ainsi que la léthargie qui s’empare de plus en plus de certaines institutions constitutionnelles garantes de notre système démocratique comme la Haute Cour de Justice, l’Assemblée nationale, la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication, etc.

Evoquant la question d’une éventuelle entrée de l’Alliance G 13 au gouvernement, les participants ont salué l’initiative du Chef de l’Etat d’entamer des contacts aux fins d’une ouverture de l’exécutif aux autres forces politiques non FCBE. Toutefois, l’Alliance G13 estime que les conditions politiques d’une participation conséquente au gouvernement sont encore loin d’être réunies. Elle considère par ailleurs qu’un tel choix politique devrait faire suite au règlement des questions de gouvernance aussi bien nationale que locale, notamment celles contenues dans le Mémorandum du 08 janvier 2008 ainsi que celles relatives à la gestion de la période post-élections communales et locales.
Les treize députés membres du G 13 ont décidé de poursuivre le dialogue politique avec le Chef de l’Etat et les autres forces politiques nationales, notamment les FCBE, Force Clé et G4, en vue de l’apaisement de la tension politique ambiante qui règne dans le pays.
Ils lancent par ailleurs un appel pressant au président de l’Assemblée nationale afin qu’il prenne ses responsabilités face à notre peuple et devant l’histoire en remettant la représentation nationale dans son rôle constitutionnel de contre-pouvoir.
Abordant les questions relatives à la vie de l’Alliance, les participants ont décidé de la restructuration du G 13 en vue du renforcement de ses capacités politiques et opérationnelles. A cet effet, les Treize députés du G 13 ont décidé de se constituer en un groupe parlementaire ouvert également à leurs sympathisants.

Evoquant la situation sociale qui prévaut dans le pays, les Treize députés du G 13 déplorent les nombreuses perturbations qui s’observent depuis des mois dans l’Administration publique, notamment dans les secteurs de l’éducation nationale, la justice et la santé. Ils apportent leurs soutiens aux travailleurs en lutte pour leur survie tout en faisant appel à leur esprit patriotique en vue d’éviter des méthodes de grèves qui portent atteinte aux fondements mêmes de la vie et aux droits humains. C’est pourquoi, l’Alliance G13 a décidé d’entrer en dialogue avec les syndicats des personnels de santé pour les exhorter à l’organisation de service minimum au profit des usagers des centres de santé qui constituent les victimes innocentes de cette confrontation entre syndicats et gouvernement. Le G13 lance un vibrant appel au gouvernement afin qu’il ouvre un dialogue franc et sincère avec les travailleurs au lieu de recourir à des solutions provisoires et quelques peu équivoques.

Enfin, fidèles à leurs engagements initialement souscrits dans le cadre de l’Accord de Législature d’avril 2007, les Treize députés du G 13 réaffirment avec vigueur leur appartenance à la majorité parlementaire dans le cadre d’une mouvance présidentielle plurielle.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page