.
.

Le triomphe de la vérité

.

Appui de la Banque Mondiale aux communes: Le Bénin obtient un complément de 17 milliards d’appui au Pgud II


La salle de conférence de la Banque Mondiale au Bénin a abrité le vendredi dernier une rencontre entre les représentants de l’institution financière et la presse. Il s’est agit pour eux d’informer de l’état des négociations au sujet du financement complémentaire sollicité par le Bénin au Projet de Gestion Urbaine Décentralisée (Pgud)  II.

Animée par le représentant du représentant de la Banque Mondiale au Bénin Fily d’Almeida, chargé d’opérations Principales en Développement Humain II, Région Afrique et le coordonnateur de la cellule de pilotage du Pgud II, Gaston Boco, du Directeur de cabinet du Ministère de l’urbanisme, de l’habitat, de la réforme foncière et de la lutte contre l’érosion côtière  Joseph Kechion et du chef du Projet, Franck Bousquet, cette conférence de presse a permis aux communicateurs de mettre en lumière les nombreuses réalisations issues du Pgud II dont l’impact sur les populations est perceptible à travers l’amélioration de leurs conditions de vie. En effet, aux dires des représentants de la Banque, ce sont à plus de 230.000 citadins que la mise en Å“uvre de ce projet a donné l’accès au réseau routier et à 38 000 autres habitants contre les inondations périodiques. Ainsi, à travers réhabilitation, pavage et assainissement des voies, le Pgud II,  né pour élargir l’accès des habitants des principales villes du pays (Cotonou, Porto-novo et Parakou) ainsi que quelques villes secondaires telles que Abomey-Calavi, Kandi et Lokossa a favorisé l’accès aux équipements d’infrastructures et aux services de base. C’est à la lumière des impacts positifs de la mise en Å“uvre du Pgud II et à l’importance des besoins encore nombreux à satisfaire que le Bénin, à travers la vision du gouvernement du changement a sollicité un programme complémentaire à cet important projet de son partenaire privilégié que constitue la Banque Mondiale. A cet effet, les négociations entre le Bénin et la Banque Mondiale ont abouti à  la signature d’un programme complémentaire de 47 millions de dollars soit 17 milliards de Fcfa. Cette signature a eu lieu dans les locaux du Ministère du Développement et de l’Evaluation de l’Action Publique le vendredi 25 avril dernier. En attendant l’entrée en vigueur de cet accord le 26 septembre 2008,  ce dernier sera soumis au Conseil d’Administration de la Banque Mondiale le 26 juin prochain. Face à la presse vendredi dernier, le Directeur de cabinet du Ministère de l’urbanisme, de l’habitat, de la réforme foncière et de la lutte contre l’érosion côtière
 Joseph Kechion a adressé les remerciements du gouvernement à la Banque Mondiale qui s’est toujours disposé à soutenir le Bénin dans sa marche vers le développement.  Selon lui, ce projet entre dans les priorités du gouvernement de Boni Yayi qui place le développement des villes au fronton de ses priorités. Estimant que le financement complémentaire va élargir l’accès des populations aux équipements de base dans les régions ciblées et favorisera du coup la réduction de la pauvreté, le coordonnateur de la cellule de pilotage du projet a dit toute sa joie de voir le Bénin bénéficier d’un rallonge de financement dudit projet. Selon le porte-parole des villes bénéficiaires du PGUD II, Joseph Ahissou, les réalisations du PGUD II sont l’émanations des besoins exprimées par les villes à travers leur plan de développement. Car les villes participent aussi bien à l’élaboration des projets ainsi qu’à leur suivi. Ainsi, précise-t-il, le financement complémentaire permettra par exemple à Porto-Novo, la ville dont il relève, d’améliorer les travaux d’assainissement engagés dans les quartiers comme Koutongbé, Hounsoukpo. Ces énormes investissements dont les Å“uvres sont palpables méritent des soins particuliers ont indiqué  les experts de la banque mondiale qui attendent d’ailleurs des villes qu’elles accroissent la sensibilisation auprès des populations pour un meilleur entretien des ouvrages. C’est d’ailleurs le prochain défi de l’institution, a laissé entendre le représentant du représentant résident de la Banque mondiale au Bénin qui indique qu’il il y a la mise en place d’un mécanisme de suivi des projets.
Jean-Claude D. DOSSA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page