.
.

Le triomphe de la vérité

.

Echanges sur le Pturalisme et transhumance: Le Ministre Koudénoukpo rassure les éleveurs Peuhls


Vues : 3

Le ministre de l'environnement Juliette Koudénoukpo appuyé par le Colonnel peuhl Mama Sambo  Elle suggère la mise sur pied d’un Cadre de concertation avec les éleveurs Peuhls
Le Ministre de l’Environnement et de la Protection de la Nature Juliette Biaou Koudénoukpo était le samedi 9 février 2008 au tréfonds du Bénin dans la localité de Guéné à Malanville pour entretenir les éleveurs peulhs de cette localité confrontés à de sérieux problèmes de pturalisme et de transhumance.
C’était une communauté des Peuhls Eleveurs de Malanville Des échanges en présence d'une forte colonie peuhl éleveurs                très heureuse qui était face à un ministre de l’environnement déterminé à rencontrer cette couche de la société, à les entretenir sur les problèmes qui sont particuliers à eux mais qui constituent des préoccupations sérieuses pour le développement de l’Elevage au Bénin. Les grands moyens ont été déployés pour rassurer la communauté Peuhl qui s’imagine véritablement marginalisée dans la prise en compte des préoccupations des différentes communautés.

Aux grandes missions les grands moyens !
A bord d’un airbus de quinze places pavoisé aux couleurs nationales béninoises, la délégation du ministère de l’environnement qui a décollé de la base aérienne de Cotonou vers 8heures 20 minutes a foulé la piste d’atterrissage de Kandi dans le Nord profond autour de 10 heures 41 minutes. A une trentaine de minutes de cette piste, dans la localité de Guéné à Malanville, des centaines de peuhls attendaient comme dans un rêve, la venue du « Messie » tant ils étaient subjugués par les problèmes de  pturalisme et transhumance. Quand la forte délégation composée du Ministre de l’environnement, du Directeur de cabinet et d’autres membres du cabinet accompagné par l’actuel Directeur Général du Cenagref appuyé par la présence des fils du terroir tels le Colonel Mama Sambo, a fait son apparition au lieu des manifestations, les scènes de témoignages d’allégresse par rapport à cet acte inédit du ministre de l’environnement étaient multiples. Chants, danses, numéros d’expression de grandes joies€¦ les Peuhls avaient du mal à maîtriser leur état d’me.
Cependant cette grande gaieté n’a pas fait occulter aux Peulhs, les grands problèmes  qui soutendaient la sollicitation de la descente du ministre de l’environnement.

Une oreille attentive aux doléances des éleveurs !
C’est en présence des maires des communes de Malanville et de Karimama, du Roi de Guéné que les populations d’éleveurs peulhs ont présenté avec une énergie de dernier recours au ministre de l’environnement Juliette Koudénoukpo, les problèmes de pturalisme,  transhumance transfrontalière et la gestion des conflits auxquels ils sont confrontés au quotidien et qui entravent foncièrement le développement de l’élevage dans leur localité et par ricochet dans tout le Bénin.
Plusieurs associations d’éleveurs sont intervenues pour une peinture accablante des conditions d’élevage dans cette localité du pays qui demeure pourtant l’un des points les plus riches du cheptel béninois.  Pour l’Aspeb, les problèmes de pturage, d’absence récurrente de points d’eau pendant  les saisons sèches, l’arnaque des éleveurs les forêts etc. sont les doléances les plus préoccupantes et les plus urgentes. Quant à l’Anoperb, c’est avec une vision plus circonspecte et plus prospective qu’elle a abordé ses doléances. Ainsi, la professionnalisation des éleveurs semblent être prioritaire à ses yeux. Selon l’Anoperb, l’équation  d’exiguïté de l’espace de pturage se pose avec acuité dans un environnement assez concurrentiel où les départements d’Alibori Borgou qui détiennent les 2/3 et du cheptel national, doivent s’assurer l’espace cultural en tant que première région productrice de coton. Ces problèmes joints à l’inorganisation
des transhumances transfrontalières sources de plusieurs conflits et la caducité des textes et loi régissant le secteur d’activité a suggérer quelques pistes de solutions au ministre à travers l’élaboration d’un Code pastoral, l’aménagement d’espaces agropastoraux, la mise en place de lieux de vaccination des animaux€¦
Pour le ministre de l’environnement qui justifiait sa présence à la tête de cette délégation par l’interpellation des responsables des airs protégés dans les différentes crises dans la communauté et par les instructions personnelles du Chef de l’Etat, il y a  au nombre des problèmes soumis à son attention, ceux dont le règlement est purement endogène à la communauté Peuhl. Par contre pour les autres problèmes, le ministre ne s’est pas empêché de reposer la grande équation qui se pose à l’Etat dans les résolutions des contentieux entre les éleveurs et les responsables des airs protégés. Selon le ministre, « si la vache pour le Peuhl est sa vie », « il faut tout de même sauvegarder les airs protégés dans l’intérêt des populations ». Il apparaît dès lors l’absolue nécessité d’un dialogue continu entre l’Etat et les éleveurs de bétails afin davantage d’éclairage sur les décisions et actes du gouvernement. A cet effet, le Ministre Juliette Koudénoukpo a suggéré un Cadre de concertation au ministère de l’élevage afin d’une meilleure écoute des éleveurs en général et des éleveurs Peuhls en particulier.
Médard GANDONOU

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page