Tag: Isma

ISMA: Les inscriptions en Master Professionnel ont démarré

Les inscriptions en première année de Master Professionnel en Journalisme, Réalisation TV ou Cinéma et Métiers de l’Audiovisuel à l’Institut Supérieur des Métiers de l’Audiovisuel (ISMA) ont démarré et se poursuivront jusqu’au vendredi 13 janvier 2017. Lire le communiqué rendu public à cet effet par le Président-Fondateur de l’ISMA, le Colonel  Marcellin Zannou.

Co-signature des diplômes par l’Etat: La liste des établissements privés à jour, l’Isma proteste et dénonce le ministère

Marcellin Zannou, le PDG de l’ISMA« Nous nous refusons de croire que des cadres du Ministère usent de ce mode de communication pour jeter le discrédit sur des établissements comme l’ISMA dont l’accréditation internationale est depuis longtemps acquise ». Cette phrase est du Président fondateur de  l’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel (Isma), Marcellin Zannou , dans une lettre ouverte qu’il a adressée à la ministre de l’enseignement supérieur, Marie-Odile Attanasso. En effet, son établissement n’a pas été cité dans la liste des établissements remplissant un minimum de conditions d’exercice comme ceux  publiés sur les réseaux sociaux. Suite donc à cette attitude qui vise selon lui, à discréditer les établissements qui sont restés, pendant des années, des exemples et références aux plans national et international, il appelle à l’attention de l’autorité de tutelle. Dans sa lettre, le Promoteur ne conçoit pas le flou qui caractérise désormais les réformes dans l’enseignement supérieur. A l’en croire, toute réforme doit être adressée aux partenaires par voie formelle et avec un délai précis, sans quoi, cela pourrait être interprété, de stratégie pour écarter certains établissements qui ont fait et continuent de faire leur preuve.

Lettre ouverte à madame la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique

Suite à la publication par les réseaux sociaux de texte portant «communiqué radio et journaux diffusé», signé par le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, L’ISMA tient à publier la lettre ouverte ci- après: Le 30 septembre 2016, la Direction de l’Enseignement Supérieur Privé a téléphoné à un agent de L’ISMA à l’effet de venir chercher un courrier.
Le courrier informait les écoles d’enseignement supérieur privé des réformes en vigueur aux fins de la validation des diplômes par la co-signature. Ces réformes consistaient à produire au ministère la liste des enseignants et les Procès-verbaux des soutenances de mémoires. Ledit courrier n’a précisé aucune date limite pour l’envoi des informations demandées. Nous sommes donc très surpris que le ministère ou ses agents envoient par les réseaux sociaux une liste d’écoles ayant «satisfait à un minimum de conditions pour l’exercice de leurs activités».
Alors, quel est le contenu de ce «minimum de conditions»? Par ailleurs, le ministère menace de suspendre les écoles qui n’auraient pas «respecté ce minimum de conditions» sans prendre la peine d’adresser une notification officielle faisant part desdites conditions. Nous nous refusons de croire que cette forme de communication soit celle adoptée par le ministère de l’enseignement supérieur. Nous nous refusons de croire que des cadres du Ministère usent de ce mode de communication pour jeter le discrédit sur des établissements comme l’ISMA dont l’accréditation internationale est depuis longtemps acquise. Nous voulons croire que les agents et surtout les cadres du MESRS savent que l’administration doit toujours faire preuve de transparence et de neutralité.

Marcellin ZANNOU
Président-Fondateur de l’ISMA.

Emmanuel GBETO

Fin de formation sur l’investigation journalistique: L’ISMA et les Pays-Bas améliorent la qualité de production des journalistes

1-le-president-fondateur-de-lisma-marcellin-zannou-r-et-moise-dossoumouDu 13 au 23 septembre 2016, l’Institut Supérieur des Métiers de l’Audiovisuel (Isma), avec l’appui du royaume des Pays-Bas, a organisé à l’endroit de la presse béninoise, un séminaire de formation sur le journalisme d’investigation. La cérémonie de clôture de cette formation a eu lieu, vendredi 23 septembre dernier, dans le hall de l’institut, en présence du directeur fondateur de l’Isma, Marcellin Zannou et de la formatrice Anneke Verbakem et du représentant de l’ambassade des pays bas au Bénin.
Venus des organes de presse écrite béninoise, des stations de radio et de télévision partenaires de l’Institut Supérieur des Métiers de l’Audiovisuel (Isma), la quarantaine de journalistes conviés à cette formation,  ont été aguerris, durant deux semaines, sur les outils du  journalisme d’investigation.  Le choix du thème, la détermination de l’angle, les recherches documentaires, l’identification des personnes ressources, les acteurs primaires et secondaires de l’enquête et la fiche de demande de subvention pour un sujet d’investigation, sont entre autres, les aspects abordés au cours des deux semaines. A en croire la formatrice Anneke Verbakem, l’investigation journalistique est un facteur de développement qui dévoile le rôle de la presse dans un Etat. « Nous avions voulu cette formation afin d’avoir une pépinière de journalistes d’investigation au Bénin et permettre à la presse béninoise d’aller au-delà des comptes- rendus et du factuel qui fait le quotidien de l’actualité », a-t-elle expliqué, avant d’apprécier l’assiduité et la détermination des journalistes présents à la formation. Pour Marcelin Zannou, le directeur fondateur de l’Isma, il est question de remercier le royaume des pays- bas à travers son ambassade au Bénin et le programme PUM par qui , cette formation a été possible. « Nous voulons, à travers cette formation, contribuer à notre façon pour que la presse béninoise se fasse respectée. Tous ces journalistes de différents organes ont désormais les outils pour faire l’investigation afin que les informations relayées dans la presse, soient réelles et vérifiées » , a laissé entendre Marcellin Zannou. Moïse Dossoumou, journaliste au quotidien Fraternité a, au nom de tous les journalistes participant à cette formation, remercié l’Isma et les pays- Bas pour  cette initiative qui a apporté un de plus aux participants. « Je voudrais dire un spécial merci à notre formatrice qui, malgré la barrière linguistique a su faire passer le message et créer une atmosphère de convivialité, tout au long de la formation », a ajouté le représentant des participants. Une attestation de participation a été décernée à tous les journalistes, au cours de cette cérémonie. Pour le directeur fondateur de l’Isma, Marcelin Zannou, ce n’est que le début d’un processus pour une réelle professionnalisation de la presse au Bénin.

En marge de la rencontre des responsables des trois écoles de l’Action 3i : Le PDG de l’ISMA, Marcellin Zannou, honoré par les autorités gabonaises

ZAnnou Marcelin et hauteLe président-fondateur de l’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel (ISMA), le colonel Marcellin Zannou a été reçu cette semaine par le ministre de l’Economie numérique et de la poste gabonais. A l’occasion, Ngoua N’NEME Pastor, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a sollicité l’expertise de l’ISMA pour un institut important de la République gabonaise. Il s’agit de l’Institut national des postes et des technologies de l’Information et de la communication (INPTIC). Un institut pour lequel le ministre gabonais de l’économie numérique et de la poste souhaite « l’accompagnement de l’ISMA » dans le but de renforcer ses activités. Une demande que le président-fondateur de l’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel, Marcellin Zannou a accepté dans le cadre d’un accord de partenariat entre les deux structures. Le développement de l’INPTIC au Gabon sera donc assuré par l’ISMA avec à la clé,  la mise en  place des  programmes de troisième Année des métiers de l’audiovisuel. En effet, les deux parties se sont entendues  pour que les étudiants ayant obtenu leur Licence Professionnelle à l’INPTIC, viennent achever  leur cursus de Master Professionnel à L’ISMA. Il faut dire que le président fondateur de l’ISMA est allé au Gabon dans le cadre de la rencontre des responsables des trois écoles de l’Action 3i et de la cérémonie de clôture dudit projet. Une cérémonie au cours de laquelle les autorités gabonaises ont publiquement reconnu les mérites de l’ISMA « pour son initiative salutaire pour la formation de la jeunesse africaine dans le domaine de l’audiovisuel et du cinéma ». Une reconnaissance internationale que l’ambassadeur du Bénin près le Gabon, Symphorien Codjo ACHODE, présent à cette cérémonie prend pour une véritable source de fierté. Raison pour laquelle il a d’ailleurs invité le président fondateur de l’ISMA à l’Ambassade pour «le féliciter pour le rayonnement de l’ISMA à travers toute l’Afrique et dont les bons témoignages à l’occasion de la cérémonie constituent un motif de fierté pour tous les Béninois ». Il faut préciser qu’Eddy Symphorien Codjo ACHODE s’est aussi engagé à suivre personnellement la poursuite de ce partenariat entre le Gabon et l’ISMA.

Donatien GBAGUIDI

Appui à la réalisation de film-documentaire au Bénin: l’Isma débloque des fonds pour l’essor du cinéma

La Fondation pour le soutien à l’industrie cinématographique et audiovisuelle (FOSICA) vient de débloquer un chèque de 8.000.000FCFA pour la réalisation du film-documentaire « OKUTA ». C’était le vendredi 27 mars 2015 dernier à l’occasion d’une cérémonie de signature de convention tenue à la salle DjimonHounsou de l’ISMA à Fidjrossè.

 « OKUTA ». C’est le titre que porte le film-documentaire que proposeAymar Ayéman ESSE, un diplômé de l’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel (ISMA). Et la FOSICA instituée par Marcellin Zannou, le fondateur de l’ISMA en septembre 2014 dernier lui apporte son soutien financier. Huit millions de Francs(8.000.000 FCFA). C’est la somme qui lui a été remise vendredi 27 mars 2015 dernier à travers son producteur, Joël TCHÉDRÉ, lui aussi diplômé de l’ISMA. C’était à l’issue de la cérémonie de signature de convention et de remise de chèque qui a sanctionné l’événement. L’objectif, selon le colonel Marcellin Zannou, président du bureau exécutif de la FOSICA,c’est d’apporter« une corde complémentaire à l’arc des professionnels formés à l’ISMA en vue de redonner un souffle nouveau à l’essor du cinéma Béninois ». Il en est ainsi justement parce que ce projet porté par Aymar Ayéman ESSE sera entièrement réalisé par les diplômés ou les étudiants de l’ISMA. Il faut retenir que sur les huit projets soumis au premier appel à candidature lancé par la FOSICA, c’est bien ce film-documentaire qui a retenu l’attention des experts du Comité international de sélection.Il vise surtout la valorisation des atouts climatiques et environnementaux de la région des collines de DASSA-ZOUME. Le défi que s’est lancé le porteur de ce projet, c’est d’opérer la première projection du film en août prochain. Il s’agit d’un engagement qu’il a pris devant Marc BILLECI, le Directeur Général de la société LIDYA LUDIC D’ESPAGNE, sponsor officiel de la FOSICA.Le rendez-vous est donc pris pour Août 2015.

Donatien GBAGUIDI

CLAP IVOIRE 2013 catégorie meilleure interprétation masculine avec le film « DOUDEDJI »: L’Isma bat ses challengers et arrache le 1er prix

isma« Doudédji ». C’est le titre du film qui vient de décrocher le Meilleur prix de l’Interprétation masculine à CLAP IVOIRE 2013. Il a été réalisé dans le cadre des travaux de préparation de Licence professionnelle. Son auteur, Evelyne Hessou est une étudiante à l’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel (ISMA). Elle a mené et gagné le challenge face à plusieurs pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Selon les précisions reçues des responsables de l’ISMA, le film « Doudédji » a d’ores et déjà remporté d’autres prix. A titre illustratif, on peut citer le Prix UNICEF reçu en décembre 2012 dernier. Et pour aider l’étudiante à toujours cultiver l’excellence dans son domaine, en plus de ce prix, les organisateurs de CLAP IVOIRE l’ont soutenue avec une enveloppe financière capable de lui permettre de poursuivre dans des conditions adéquates, ses études au sein de l’Institut. A son retour de la Côte-d’Ivoire, la lauréate sera officiellement présentée ce jour même, aux étudiants, au corps enseignant, à l’administration de l’ISMA et aux parents d’étudiants. Ce sera au cours d’une cérémonie organisée par l’institut en son honneur et qui se tiendra dans la salle DJIMON HOUNSOU de l’ISMA.

Donatien GBAGUIDI

Formation accélérée des journalistes reporters d’images: La Guinée Equatoriale sollicite l’expertise de l’ISMA

La ministre des sports, Nahomie Azaria, reprsentant le ministre de la communication lors de la cérémonie de lancementLa Guinée équatoriale reconnaît l’expertise de l’Institut Supérieur des Métiers de l’Audiovisuel (ISMA). La preuve, ses autorités viennent de solliciter cette institution vieille de plusieurs années déjà pour la formation de 22 journalistes en reportage d’images. Hier, au siège de l’ISMA sis à Fidjrossè Houénoussou à Cotonou, en présence d’une forte délégation de la République guinéenne et des responsables de l’ISMA, le ministre de la communication, représenté par sa collègue de la jeunesse, des sports et loisirs, Nahomie Azaria et le Ministre d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, représenté par son Directeur de Cabinet, le professeur Sahidou Salifou ont officiellement lancé ces six mois de formation accélérée des 22 professionnels des médias. Par cette preuve de reconnaissance du professionnalisme de l’ISMA dans la formation des professionnels des médias, l’institution vient une fois de plus s’affirmer sur le plan international et fait du Bénin, selon les propos de son PDG, un véritable label en matière de formation aux métiers de l’audiovisuel. De 18, les différentes nationalités des étudiants qui sont inscrits à l’ISMA passent désormais à 19 après l’arrivée des 22 étudiants équato-guinéens qui viennent se professionnaliser au sein de l’institution en matière de reportage d’images. Comme l’a rappelé le PDG de l’Institut à la cérémonie de lancement de cette formation accélérée, l’ISMA a réussi à se conformer aux normes internationales. C’est d’ailleurs ce qui lui a valu depuis quelques années, sa consécration au niveau du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement supérieur (CAMES). C’est justement pour cela que ses diplômes sont accrédités par cette institution à caractère international. Il faut dire que, selon les explications du Colonel Marcellin Zannou, l’ISMA, dans sa soif de former des journalistes professionnels rompus à la tâche, est FULL MEMBER depuis quelques années, de la prestigieuse Association Internationale des Grandes Ecoles de Cinéma et de télévision (CILECT).

Donatien GBAGUIDI