Category: Sport

Ecureuils de l’Etranger: Mounié et Adénon buteurs, Allagbé encore invincible

AllagbeeLes « Écureuils » essaient d’améliorer leurs performances à quelques journées de la fin des championnats européens. Au moment où certains titulaires sont préservés pour les importantes rencontres, les remplaçants jouent leur partition pour donner de l’espoir à leur club. C’est le cas de Saturnin Allagbé qui vient de jouer son deuxième match d’affiler de la saison sans prendre le moindre but et de Steev Mounié ainsi que de Khaled Adénon qui ont marqué encore.

Ligue 1
53 minutes pour Adéoti
Après une chute libre en trois journées, les caenais essaient de remonter dans le classement avec peines. Jordan Adéoti et ses coéquipiers qui étaient en déplacement à Guingamp pour la 35ème journée ont pu arracher le nul de 1 but partout au terme du temps règlementaire. Seul béninois encore en lice en cette fin de la saison avec Caen, Adéoti a fait son entrée à la 37ème minute en lieu et place de Yahia, sorti sur blessure. Caen est 9ème avec 47 points et reçoit Bastia le 30 avril prochain

Ligue 2
Allagbé réalise encore un match sans encaisser de but
Titulaire lors de la 35ème journée de la ligue 2 française face à Bourg en Bress, pour son deuxième match de la saison, Saturnin Allagbé n’a pas encaissé le moindre but. Avec ses coéquipiers Koukou Djiman et David Djigla, titularisés en milieu de terrain,  Allagbé a fait un match acceptable en gardant ses filets inviolés jusqu’au terme du temps additionnel. 0 à 0 est le score de cette rencontre.  17ème avec 35 points, Niort se déplace à Tours le 9 mai prochain. Une occasion pour l’entraineur de Niort de confirmer sa confiance placée désormais en Saturnin Allagbé qui prouve qu’on eput compter sur lui.

Farnolle et Havre arrachent le nul
1 but partout. C’est le score qui a sanctionné la rencontre de la 23ème journée de la ligue 2 qui opposait Le Havre à Evian Thonon  Gaillard. Ayant besoin d’une victoire pour s’ouvrir la porte du top 3 du classement, Fabien Farnolle et ses coéquipiers se sont contentés d’un nul qui les maintient au 4ème rang avec 56 points. Face à face à Nîmes le week-end prochain, le gardien international et ses partenaires doivent s’imposer pour continuer à nourrir le rêve de la monter  en Ligue 1.

Mounié buteur, Nîmes atomise Lens
Nîmes et Lens, en quêtes de victoire pour la remontée dans le classement se sont livrées un match fou qui a tourné à l’avantage des coéquipiers de Steev Mounié. Le jeune attaquant béninois  a marqué  à la 78ème minute de jeu, consolidant du coup la victoire (4-2) de Nîmes qui a gagné deux places dans le classement (12ème avec 42 points). Le week-end prochain, Steev Mounié qui retrouve ses sens de buts en cette fin de saison, sera opposé au gardien Béninois de Havre, Fabien Farnolle qui rêve garder sa cage vierge pour les matches à venir.

National
Adénon donne la victoire à Amiens
Après une très bonne prestation en défense face à Fréjus St Raphael, le défenseur Béninois, Khaled Adénon a donné la délivrance à Amiens et son public. Sur un bon centre, il a renvoyé la balle au fond des filets adverses de la tête, à la 93ème minute de jeu. Khaled Adénon marque ainsi son deuxième but de la saison après 1980 minutes de jeu et permet à Amiens de prendre la 4ème place au classement avec 44 points. Le défenseur qui continue d’attirer les convoitises des recruteurs sera en déplacement avec son équipe à CA Bastia le 29 avril prochain.

Premier League
30 minutes pour Gestede, Aston Villa condamné à la descente en D2  
A trois journées de la fin de la Premier League, l’équipe de Rudy Gestede est d’ores et déjà reléguée en Championship, synonyme de la deuxième division. Mais lors de la 35ème journée, la lanterne rouge (seulement 16 points au compteur) espérait une victoire face à Southampton. Ce qui n’a malheureusement pas été le cas. Puisque les Villans se sont faits battre 2 buts contre 4. Rudy Gestede a joué les 30 dernières minutes de la rencontre sans pour autant apporter grande chose au tableau d’affichage. L’équipe se déplace à Watford le 30 avril prochain pour la 36ème journée.

Réalisation : Rastel DAN

Journée de réflexion sur le handball béninois: Les acteurs engagés pour la relance de la discipline

participants à l’issue de la journée de réflexionPermettre au handball béninois de retrouver ses lettres de noblesse. C’est ce que vise le comité exécutif que préside Antoine Bonou en initiant une journée de réflexion afin de fédérer toutes les synergies, mais aussi d’insuffler une nouvelle dynamique. Cette journée a eu lieu le samedi 23 avril 2016 dans la salle de conférence du palais des sports du stade Mathieu Kérékou et a eu pour thème «Pour une synergie d’action au service du handball béninois ». Elle a connu la participation du président de la Confédération africaine de handball, le docteur Arèmou Mansourou, des présidents (Ligues et clubs) d’associations de handball, des cadres du Ministère des sports, d’anciens handballeurs et biens d’autres férus du handball. A l’ouverture de la journée, c’est d’abord le président Bonou qui a souhaité la bienvenue à tous les participants avant de les exhorter à travailler avec détermination et engagement pour sortir le handball béninois de sa léthargie en vue de le booster au sommet du rayonnement. «Nous voulons que  toutes nos équipes soient performantes. Et cela, nous ne pouvons pas y arriver si nous ne nous asseyons pour échanger sur les moyens à mettre en place pour y parvenir », a laissé entendre le président Bonou qui a invité les uns et les autres à s’engager pour œuvrer ensemble pour le développement du handball. « Car la participation des équipes béninoises aux compétitions continentales est inexistante », a fait savoir le président de la Confédération africaine de handball, Arèmou Mansourou, avant de féliciter le comité pour avoir réussi à faire de ce vœu une réalité. Car, indique-t-il, la tenue de cette journée est une des nombreuses recommandations issues des assises initiées par la confédération pour réfléchir sur les performances des équipes africaines aux championnats du monde de la discipline. A cet effet, le président Arèmou Mansourou a rassuré que la confédération se tient prête pour apporter son soutien sous diverses formes à la fédération béninoise. Pour sa part, Antoine Attikpa, le secrétaire général du Ministère des sports a indiqué que «le Bénin peut rééditer l’exploit avec les résolutions issues des assises».

Anselme HOUENOUKPO

 

Tournoi international des centres de formation de football: ABI sort grand vainqueur de l’édition 2016

Le tournoi international des centres de formation de football, organisé par Mounirou Daouda a connu son épilogue hier dimanche 24 avril 2016 au stade Mathieu Kérékou à l’issue de la finale remportée par le centre ABI sport du Bénin.

1 but à 0. C’est le score qui a sanctionné la finale de la 6ème édition du tournoi international des centres de formation de football qui a opposé ABI du Bénin aux 36 Lions du Nigeria. En effet, dans un match peu maitrisé par les joueurs des deux formations, l’équipe béninoise, sur un coup de génie de Gédéon Falola, a pris l’avantage.  7ème minute après la reprise, ce dernier a expédié une frappe tendue dans la lucarne gauche pour battre gardien du centre nigérian, 36 Lions. Un but qui a eu le mérite de réveiller les jeunes nigérians qui auront essayé de revenir au score mais en vain. Puisque leurs tentatives ont échoué sur le gardien béninois Issiaka Ogoubiyi, très présent sur sa ligne et qui a permis aux poulains de Médard Gbedessi de conserver leur avantage jusqu’à la fin de la partie. Ainsi, ABI s’impose et remporte son premier trophée à un tournoi international.

ABI, irrésistible face aux favoris
Pour y arriver, la formation béninoise n’a laissé aucune chance à ses adversaires. Même si elle a connu un faux pas (2-0) face à son homologue du centre Bénin foot académie (vainqueur des 1ère et 2ème éditions du tournoi), l’équipe d’ABI a tenu bon en battant d’entrée le tenant du titre Kosaf (1-0), en éliminant le centre Sporting Club d’Accra en demi-finale (0-0, 4-2 après tirs au but) avant de boucler la série par une victoire lors de cette finale. Une performance qui a non seulement valu la première place au classement, mais aussi, la distinction au rang de la meilleure équipe du tournoi. A côté de cela, il faut noter la mainmise des joueurs d’ABI sur les distinctions individuelle. Car, Issiaka Ogoubiyi, Gédéon Falola et Simon Adingra (auteur de 4 buts) sont  respectivement élus meilleur gardien, meilleur joueur et meilleur  buteur du tournoi.

Sporting club d’Accra arrache la 3ème place à Kozaf
Avant la grande finale, le public qui a effectué le déplacement a d’abord eu droit à la petite finale. Celle-ci mettant aux prises Kozaf, éliminée en demi-finale par 36 Lions (1-1, 4-3 après les tirs au but) à Sporting club d’accra, a connu la victoire des Ghanéens. Ceux-ci ont attendu la fin de la partie pour inscrire 2 buts par l’entremise d’Aboul Azit et de Bright Nutornutsi qui n’ont laissé aucune chance à Simon Bigbouré contraignant le tenant du titre à finir la compétition au pied du podium.

Le comité d’organisation satisfait
A l’issue de la compétition, Mounirou Daouda, le promoteur, n’a pas caché ses sentiments de joie. Il s’est dit très satisfait du bon déroulement de la compétition, de la présence effective des experts, des recruteurs et surtout de l’appui reçu pour conduire l’organisation à bon port. Parlant de recruteurs, tous ceux qui ont été annoncés ont tous répondu présents. Il s’agit de  Japhet Ndoram de Nantes, José Anigo de Marseille, Christian Karambeu et bien d’autres. Ce qui réconforte le promoteur qui n’a pas manqué de féliciter les différentes délégations qui ont pris part à cette édition. Il a également salué les recruteurs qui, espère-t-il, ont pu dénicher quelques jeunes. « Parce que c’est notre but. C’est l’objectif global de ce tournoi à qui nous voulons donner une dimension internationale afin d’en faire un rendez-vous inoubliable chaque année pour les joueurs, encadreurs et recruteurs », a-t-il conclu après la cérémonie des remise de lots aux méritants.

Anselme HOUENOUKPO

A quelques jours de la fin de son mandat: Le Conor reste suspendu à la prochaine décision de la Fifa

Rafiou Paraïso et ses collaborateurs lors de la conférence de presseLe 30 avril prochain, le délai de vie du Comité de normalisation  du football béninois que préside  Rafiou Paraïso arrive à expiration. A quelques jours de cette échéance où, toujours pas de comité exécutif pour la FBF, on s’interroge alors sur la décision que prendra la FIFA à l’encontre de ce comité qui a, malgré les intrigues de certains acteurs ajoutées aux difficultés financières rencontrées, plusieurs acquis à son actif.

Démettre ou reconduire les membres du Conor ? C’est la question que l’on se pose actuellement au sujet de la réaction qu’aura la FiFa. Le Conor avait pour mission de ramener la sérénité, faire reprendre les activités footballistiques, y compris la gestion des équipes nationales et organiser le congrès électif de la Fédération béninoise de football (FBF) au plus tard le 30 avril 2016. Mais à quelques jours de la fin du délai prévu par l’instance faitière, on note que des points de la mission, ceux de la réconciliation et la mise sur pied d’un nouveau comité exécutif de la FBF n’ont pas encore abouti. Pourtant, les membres du comité n’ont pas manqué de volonté.  En effet, réduite à 4, l’équipe présidée par Rafiou Paraiso a arrêté un chronogramme d’activités qu’elle s’est employée à mettre en œuvre. Ainsi, suivant le point relatif à la gestion des activités footballistiques, le Conor a rencontré tous les acteurs de la famille du football béninois aussi bien à son siège à Porto-Novo qu’à  la faveur d’une tournée effectuée à travers tout le pays. Il en ressort que tous ces acteurs appelaient de leurs vœux la relance des championnats. Ce qui est aujourd’hui une réalité. Car, les compétitions ont repris en ligue 1, en ligue 2 et en ligue 3 et même en championnat régional, après que les clubs – une trentaine, ont rempli les cahiers de charges. Dans la foulée, le Conor a organisé la double confrontation des Ecureuils du Bénin avec les Bright Stars du Soudan du Sud dans le cadre des 3e  et 4e journées des éliminatoires de la Can Gabon 2017 ; lesquelles ont été ponctuées par les deux belles victoires qui redonnent espoir pour la qualification à tout le public sportif béninois. Par ailleurs, le Conor a engagé les équipes des catégories d’âge dans les éliminatoires des Can U-20, Zambie 2017 et U-17, Madagascar 2017.

La formation pour les acteurs

De même, pour permettre aux différents acteurs de mieux jouer leur partition, le Conor a négocié et obtenu auprès de la Fifa, la formation des arbitres en décembre 2015. Une autre est déjà programmée pour le 25 avril prochain sous la roulette de l’expert malien Magassa Bekaye. Les capacités des secrétaires généraux de clubs ainsi que des commissaires au match ont été aussi renforcées. Les autres préoccupations exprimées par les acteurs qu’il a rencontrés n’ont pas été occultées. C’est dans ce cadre que, pour prouver sa bonne foi aux acteurs, le Conor a envisagé l’organisation d’une journée de réflexion où tous vont se retrouver. Mieux, pour témoigner sa reconnaissance aux anciennes gloires, il avait envisagé une nuit des oscars. Pour ce faire, il avait mis en place des commissions qui avaient déjà commencé les préparatifs de ces deux dernières activités.  Décidé à s’en tenir coûte que coûte au respect du délai du 30 avril, l’appel à candidatures pour l’élection du Comité exécutif de la FBF a même été lancé et la date du 4 avril retenue. Malheureusement, le Conor a été confronté à des difficultés financières. N’ayant pas bénéficié du financement que le gouvernement lui a promis, ces activités n’ont pu se tenir jusqu’à ce jour. Et pourtant, un budget avait été soumis au gouvernement qui l’avait adopté depuis décembre 2015. Le budget prenait également en compte la subvention aux équipes qui participent aux différents championnats. Aux dernières nouvelles, cette difficulté est en train de trouver une solution.

Anselme HOUENOUKPO

Entretien avec Ibrahim Aboudou, coach Aspac: «Les victoires nous permettent de préparer les autres matches dans la sérénité »

Ibrahim Aboudou, coach AspacAvec comme objectif jouer le peloton de tête tout en se comportant bien dans le championnat, Aspac de Cotonou pourrait mieux rêver. Après 7 matches, ce club n’a enregistré la moindre défaite et pointe en tête de son groupe. Comment est-il arrivé là ? Ibrahim Aboudou, l’entraineur de cette formation, explique. Lisez plutôt. 

L’événement Précis : Vous avez pris la tête de l’équipe de football du Port autonome de Cotonou quelques semaines avant le  démarrage du championnat. Comment le contact a été pris ?

Ibrahim Aboudou : Avec plus de précision, je dirai que c’est à trois semaines du démarrage du championnat de transition que je me suis vu confier les destinées de l’Aspac. Les dirigeants m’ont contacté et nous avons discuté un peu des conditions de travail ainsi que des contours du contrat. Après quoi, j’ai accepté l’offre. Et nous voilà.

Vous venez de jouer 7 matches pour 5 victoires et 2 nuls. Quelles appréciations vous faites de cette performance ?
Je dirai que c’est satisfaisant. Même s’il y a encore beaucoup de choses à revoir au sein de l’équipe. Vous savez, à l’entame du tournoi, on s’attendait à tout sauf à cela. Mais, c’est normal. Car, l’Aspac est ma maison. Et connaissant le mode de fonctionnement, et surtout que j’ai comme assistant un ancien joueur du club (Vincent Fanou) qui m’aide beaucoup dans la préparation de l’équipe, les choses se passent mieux que ce que je m’imaginais.

Comment faites-vous pour avoir de tels résultats ?
Je vous l’ai déjà dit une fois, Aspac c’est ma maison et je savais ce qu’il fallait faire pour vite aborder le championnat. Je connaissais les joueurs qui étaient là. Aussi, j’ai fait venir quelques-uns que je suivais et c’est comme çà nous avons entamé le championnat. Permettez-moi de vous dire que trois semaines ne suffisent pas pour faire une bonne préparation. Mais nous avions fait ce que nous pouvions pour vite démarrer. Et je vous assure que c’est quand nous avons commencé par engranger des victoires que nous avons eu la sérénité nécessaire pour préparer les autres matches.

Vous avez enregistré une nouvelle victoire à la reprise du championnat. Qu’est-ce que cela vous inspire ?
C’est toujours bon pour le moral quand vous gagnez. Et nous comptons rester sur cette lancée pour terminer la phase retour. Mais, cela ne veut pas dire que tout est rose dans le jeu que présentent mes poulains. D’ailleurs, nous sommes à pied d’œuvre pour corriger les imperfections notées lors du dernier match.

D’aucuns annonçaient Uché Ezégbeto fini, mais on le revoit briller avec vous. Quel est votre discours à son endroit ?
Oh ! Il n’y a pas un discours extraordinaire. Vous savez, au Bénin, nous commettons souvent l’erreur de déclarer trop tôt des joueurs vieux, finis. L’attaquant a besoin d’être en confiance. Et cette confiance, c’est le coach et ses coéquipiers qui la lui donnent. J’ai longtemps surveillé Uché depuis qu’il était aux Dragons, c’est un joueur qui a d’énormes qualités, un bagarreur mais qui manquait non seulement de confiance, mais aussi de la technique. Et c’est ce que nous essayons de lui apporter.

Un mot en l’endroit de vos supporters
Je leur dirai de garder patience. Je sais qu’ils aiment voir leur équipe produire du beau jeu. Je leur garantis que cela viendra. Car, c’est impossible pour des joueurs qui ont passé plus de 9 mois sans jouer d’être tout de suite au top. Mais nous travaillons avec eux dans l’espoir qu’ils retrouvent le plus tôt leur meilleur niveau. Aussi, voudrais-je leur dire que nous allons essayer de terminer notre chemin comme nous l’avons démarré.

Entretien réalisé par Anselme HOUENOUKPO

Phase retour du championnat national de transition/8ème journée: Aspac toujours invincible domine Tonnerre, As Police accroche Mogas 90

Panthères Aspac 0-11er du groupe A avec 14 points, l’équipe du Port autonome de Cotonou (Aspac) a décroché une nouvelle victoire et reste toujours invincible après 7 matches. C’est au cours de la  8ème journée du championnat national de transition, Ligue 1, qui a repris ses droits ce week-end après une trêve d’une semaine. En effet, opposés le samedi 16 avril 2016, au stade Mathieu Kérékou à Tonnerre de Bohicon, les poulains de Ibrakim Aboudou ont remporté leur cinquième victoire par le score de 3 buts à 1. Ceci grâce à un doublé de Uché Ezégbèto (26ème et 76ème minutes) et une superbe réalisation en toute fin de rencontre de Brice Gozo. La réduction de la marque au profit des poulains de Moukaila Yssifou a été l’œuvre de Félicien Montcho à la 80ème minute. Par cette nouvelle victoire, le club portuaire (Aspac) est non seulement le premier du groupe A avec un total de 17 points, mais n’a perdu le moindre match depuis le début de cette compétition. Car, Nabil Yaro, Afissou Tamou, Brice Gozo et autres Lunel Dossou Gbété et Abdel Bariou Bouraima qui savourent la bonne performance de 5 victoires et 2 nuls en 7 matches, montrent leurs capacités à ne donner aucun répit à leurs adversaires. Il faut préciser que lors de cette journée, l’Uss Krake qui recevait Esae l’a battu par le score de 2 buts à 1. Buffles a été tenu en échec 3 buts partout par Panthères à Parakou tandis que JAC # AYEMA se sont neutralisées (0-0) au stade René Pleven.

Renversant AS Police

Opposé à Mogas 90 au stade Mathieu Kérékou, AS Police a obtenu le partage des points. Pourtant, les pétroliers plus en verve ont pris le large au tableau des scores. D’abord, les poulains de Bruno Goudjo Adoula ont bénéficié d’un penalty qu’a transformé leur capitaine Jean Marie Guera à la 12ème minute. Ensuite, ils ont aggravé la marque juste une minute après la reprise par Ayité d’Almeida avant que Pacifique Gbaguidi ne conclue leur bonne domination par un 3ème but à la 53ème minute. Après cette dernière réalisation, on croyait les pétroliers pouvoir empocher le gain de la partie. Mais c’était sans compter avec la détermination des poulains du duo d’entraineur Urbain Honfo et Ezaï Avanon qui ont renversé leurs adversaires qu’ils ont contraint au partage des points. En effet, à la 65ème minute, sur une passe de Evode Oreko, Nestor Ahovey, du plat du pied, a réduit la marque. 10 minutes plus tard, les mêmes hommes sont revenus à la charge avec Oreko dont le centre a retrouvé la tête de Ahovey pour le 3-2. Un score qui va connaitre de changement une troisième fois sur un penalty transformé par William Dassagaté dans le temps additionnel :3-3.

 

Les résultats de la 8ème journée du championnat national de transition

Poule A

ASPAC  # TONNERRE 3-1

BUFFLES # PANTHERES 3-3

MOGAS 90 # AS POLICE 3-3

NB : ENERGIE au repos

Poule B

USS KRAKE # ESAE (EX ADJOBI) 2-1

ASOS # DRAGONS 0-1

JAC # AYEMA 0-0

NB : REQUINS au repos

Anselme HOUENOUKPO

Championnats de volley-ball, basketball et handball: Homeky promet les mêmes chances à toutes les disciplines sportives

Oswald Homeky a lancer le championnat de volley-ballLe nouveau ministre des sports, Oswald Homeky, n’a pas eu un week-end de tout repos. Installé le jeudi 7 avril dernier dans ses fonctions, il a, le samedi 9 avril 2016, honoré de sa présence les cérémonies de lancement des championnats de trois disciplines. Ceci pour justifier son désir d’apporter assistance à toutes les disciplines de façon équitable. Car, selon lui, il n’y aura de discipline qu’on traitera de sport roi au détriment d’autres. Et c’est par le volley-ball que le jeune ministre a démarré son périple. Ici, il s’agit du lancement du championnat départemental organisé par la ligue Atlantique-Littoral à l’Unafrica de Cotonou. Sur les lieux, le ministre qui opère ainsi son baptême de feu, s’est entretenu avec les responsables de la fédération. Ceux-ci, tout en lui promettant de lui apporter leur soutien n’ont pas manqué de lui présenter des doléances parmi lesquelles la dotation en infrastructures de qualité et la prise en compte des problèmes du volley-ball. Le ministre Homeky a répondu qu’il veut donner les mêmes chances à toutes les disciplines sportives. C’est ce même message qu’il a partagé avec les basketteurs et les handballeurs qu’il a rejoints respectivement au Hall des arts, loisirs et sports de Cotonou où il a participé au lancement du championnat national de basketball, saison 2015-2016, et sur le terrain de handball du stade de l’amitié Mathieu Kérékou pour le lancement de la phase zonale du championnat national de la discipline. Ces premières sorties du ministre ont été bien appréciées par les amoureux des sports de mains concernés et annoncent le début d’une nouvelle ère pour le sport béninois. Il faut préciser que le ministre, pour sa première sortie, était accompagné du conseiller technique aux sports, du directeur des sports d’élites, du président du Comité national olympique et sportif du Bénin (Cnosb) et de bien d’autres cadres du Ministère des sports.

Anselme HOUENOUKPO

Ministère des sports: Oswald Homeky s’installe avec de nouvelles perspectives

Les ministres Safiou Afoo et Oswald Homeky apposant leurs signatureLe nouveau patron des sports béninois, Oswald Homeky a été installé dans ses fonctions. C’était hier jeudi 7 avril 2016, à l’issue d’une cérémonie de passation de charges organisée au ministère des sports.

Tête à tête, allocution, signature de procès-verbal et échange de parapheurs. Voilà les actes qui ont marqué la cérémonie qui a consacré le tout nouveau ministre des sports, Oswald Homeky et confirmé le départ du ministre Safiou Affo de la tête du ministère de la jeunesse des sports et des loisirs. En effet, accueilli  dès son arrivée dans la cour du ministère par les membres du comité de direction et son prédécesseur, Oswald Homeky a échangé en tête à tête avec Safiou Affo. C’était pour lui l’occasion de prendre contact avec les attributs de ce département ministérielle à lui confier par le président Patrice Talon. Cela, pour lui permettre de mieux appréhender les missions qui sont les siennes. Suite à cet acte, les deux hommes se sont dirigés vers la salle de conférence où Alexandre Kiki, secrétaire général du syndicat des travailleurs de l’administration de la jeunesse, des sports et des loisirs a remercié d’abord le ministre sortant Safiou Affo pour son management et son abnégation qui ont permis au ministère d’avoir de bon rendement. « Grâce à vous, le personnel du Mjsl ne se plaint pas. Car vous avez pris en compte toutes nos doléances que vous avez satisfait comme il se doit », a-t-il déclaré avant d’inviter le ministre entrant à lui emboiter les pas. Le ministre Safiou  Affo s’est dit fier de l’œuvre accomplie avec ses collaborateurs et a salué leur compétence. Il a dans le même ordre d’idée invité son successeur à veiller aux dossiers urgents de ce département important pour le développement du pays. C’est alors que le nouveau ministre Oswald Homeky s’est dit heureux de tout ce qu’il a appris de son prédécesseur et a promis poursuivre sur la même lancée. «Je m’emploierai à ce que tout se déroule normalement pour la bonne collaboration entre vous et moi. Je saurai me mettre au-dessus de la mêlé afin que de mon exercice, priorité soit donnée à toutes les disciplines», a-t-il conclu.

Ils ont dit

Julio ADOLIGBE, promoteur sportif
« Le ministre Homeky doit se pencher au plus tôt sur la question du football »
Je pense que la nomination de Oswald Homeky est une marque de confiance et une chance pour notre jeunesse. Il lui appartient donc de prouver en tant que jeune que la jeunesse mérite vraiment cette confiance à lui faite par le président de République. Ce que je sais, c’est que l’homme qui a été promu à ce poste dispose des qualités qui vont lui permettre de se montrer à la hauteur de la mission. Certes le ministère des sports est une maison qui connait quelques problèmes ; mais je pense qu’il va surmonter ces problèmes et nous devons tous l’aider afin qu’il y arrive. Parlant de priorités, je pense qu’à court terme, le nouveau ministre doit se pencher le plutôt sur la question du football en faisant de la réunification de la maison football et de l’élection d’un nouveau comité exécutif de la fédération béninoise de football, une réalité. Il doit aussi mettre en place une politique de développement du sport à la base en collaboration avec les ministères charges de l’éducation. Le ministre doit également éviter que le ministère ne soit vu comme étant celui du football. Il doit enfin mettre en œuvre d’autres politiques d’épanouissement de la jeunesse.

Mehemon Kouton, journaliste reporter sportif
« Il a vraiment du pain sur la planche »
Cette nomination est la prime du militantisme. Je sais que le nouveau ministre des sports est un jeune dynamique et engagé. Dans ce département j’espère bien qu’il pourra s’en sortir. Mais ce sera avec l’aide de plusieurs personnes parce que ce gouvernement ne laissera pas (ma foi) aucun secteur en déliquescence même si la perfection ne sera pas au rendez-vous. Il a vraiment du pain sur la planche parce qu’aucune discipline ne se porte mieux au pays. Il aura la vie dure comme tous ses prédécesseurs mais si la jeunesse qu’il incarne lui tient à cœur il se mettra au-dessus de la mêlée pour l’intérêt de cette jeunesse. Le sport pour lui doit être un vecteur d’attractions comme le tourisme, l’économie et l’industrie.

Edyson Komi, Secrétaire général Energie Fc
« Le nouveau ministre ne doit pas faire de copinage »
Je voudrais d’abord le féliciter pour le jeune leader méritant qu’il est. C’est un poste ministériel capital, à travers lequel le développement d’une jeunesse capable et méritant à même de porter haut l’étendard du Bénin, qui lui a été confié. Ceci passe au-delà de la formation de base de chaque jeune par des formations sur l’entreprenariat et des coachings de cette jeunesse leader pour créer des organisations, les conduire, les développer dans une concurrence et une compétitivité saine qui émulent les autres et mettent le Bénin sur orbite. Ces caractéristiques du jeune leader sont largement enseignées à travers la pratique du sport. Des valeurs comme, la persévérance dans l’effort, le respect de l’adversaire, la maitrise, la Discipline, le partage, le travail en équipe, etc.. C’est pourquoi il serait souhaitable de revoir les statuts même des associations de sport à travers la charte afin de limiter la création des associations et clubs électoraux qui favorisent la pagaille qu’on observe au niveau de nos fédérations sportives. Etant acteur du football, je conseillerai simplement s’il n’est pas possible de démettre le Conor, de le recadrer dans sa mission première et de lui fixer un délai pour l’organisation du forum de réconciliation à transformer en instance souveraine ou assemblée générale afin de rendre les décisions qui en sortiront exécutoires. Et à ce niveau-là le nouveau ministre ne doit pas faire de copinage. Nous pouvons régler le conflit du football entre nous-mêmes sans la Fifa et la caf. Après nous leur rendrons compte de ce que nous avons décidé entre nous. Il ne faut surtout pas qu’on lui fasse croire que ces instances faitières peuvent décider pour nous.

Gilles Gbaguidi, président de la fédération Béninoise de Golf
« Le ministre doit se pencher sur la question de la charte des sports »

Je voudrais féliciter le ministre Oswald Homeky pour sa nomination. Lui souhaiter d’être la bienvenue dans ses nouvelles fonctions. Il est jeune et incarne dans ce gouvernement la jeunesse qu’il doit par son abnégation et son engagement dans le travail défendre. Vous savez, loin de faire peur au ministre, il est important de dire que les chantiers du ministère des sports sont vastes. Il y a beaucoup de défis qui attendent le nouveau ministre que je sais est un homme qui reste à l’écoute. Une qualité qu’il faut qu’il mette vraiment à profit pour ne pas faillir à sa mission. L’autre chose, le domaine du sport a besoin d’être remis sur les rails. C’est-à-dire, que le ministre doit être en mesure de prendre de grandes décisions notamment  la révision de la charte des sports, le toilettage des textes au niveau de certaines fédérations qui sont constamment dans la crise.

Entretien avec Wahabou Adam Chabi, Sg Aspac Fc: « Nous prenons le championnat de transition au sérieux »

Wahabou Adam Chabi netLe championnat de transition se poursuit et a connu sa 6ème journée le week-end dernier. Aspac n’ayant pas joué du fait du report demandé par Mogas, garde toujours la tête de sa poule. « Une illustration des objectifs que le club s’est fixé », a laissé entendre son secrétaire général, Wahabou Adam Chabi qui s’est prêté à nos questions.

L’Evénement précis: Monsieur le secrétaire général, dites-nous ce que vise Aspac pour la fin de ce championnat?

Wahabou Adam Chabi : C’est vrai que c’est à un championnat de transition qu’on participe. Mais, cela ne nous empêche pas de nous définir des objectifs. Et comme vous l’aurez constaté et pour ce que je sais, nous Aspac, nous avons pris ce championnat au sérieux et nous le jouons à fond. En témoigne la qualité de recrutement que nous avons fait avec les résultats sur le terrain.

Qu’est-ce qui fait la différence selon vous, entre votre club et les autres qui évoluent dans le championnat ?
Mais ce que nous faisons et qui nous permet d’être toujours présents, même en période difficile, c’est que nous signons des contrats réguliers avec des joueurs. Ces contrats sont respectés comme il se doit. Malgré la longue trêve nous avons continué à entretenir nos joueurs. C’est cela qui fait qu’ils sont motivés et produisent le spectacle et les performances que vous observez. Et nous tenons à continuer de la sorte.

A la tête de l’encadrement technique du club, c’est un nouvel entraineur qu’on voit. Parlez-nous de ce jeune entraineur et comment a-t-il pu gagner la confiance des dirigeants ?
Je crois que l’entraineur Edmé Codjo que je salue au passage  n’a pas été oublié. En réalité, l’Aspac n’avait aucun souci avec lui. Il est venu à terme de son contrat avec le club. Mais le club n’a pas jugé utile de le renouveler. Tout simplement parce que pour ce championnat de transition nous avons voulu mettre un jeune entraineur du nom de Aboudou Hibrahim qui était en standby à l’épreuve. Car, il a travaillé dans l’ombre avec notre ancien coach, Emile Enassouan, dont il a été le bras droit. L’année dernière, nous l’avons fait adjoint d’Edmé Codjo pour qu’il ait véritablement la main. L’Aspac ne fera pas de mal à chercher à voir ce qu’un jeune peut faire à la tête de l’encadrement technique du club.

Au vu des résultats, pouvez-vous nous dire s’il vous convainc déjà ?
On peut se frotter les mains. Depuis le démarrage du championnat, il a réalisé, avec son effectif, 4 victoires en autant de rencontres. Tout va bien pour le moment. Nous espérons qu’il va finir comme il a bien commencé.

Parlant de recrutement, on note la présence de certains de vos joueurs qui étaient annoncés à l’extérieur…
Oui. Vous savez, l’Aspac a été l’un des clubs du championnat qui a eu la chance de faire partir à l’extérieur plusieurs de ses joueurs notamment Adou Mouftaou, Nana Badarou et Saturnin Allagbé. C’est heureux que nous ayons pu réaliser ces quelques transferts. Quand vous avez des joueurs qui sont bons, vous ne pouvez pas les garder éternellement. Aujourd’hui, il y a certains qui sont allés en aventure et qui n’ont pas réussi. Cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas bons. Pour eux, nous avons toujours maintenu des relations avec certaines agences de joueurs qui d’ici là, nous aiderons à leur trouver d’autres opportunités avec d’autres clubs. Ceci, pour que le talent qui est en eux ne meurt pas. Il faut alors qu’ils changent vite de milieu et c’est ce à quoi nous nous évertuons.

Vous avez suivi comme tous les Béninois la victoire des Ecureuils face au Soudan du Sud. Dites-nous, l’équipe béninoise vous a-t-elle convaincu ?
Avant permettez-moi de remercier l’équipe et surtout les joueurs pour nous avoir donné autant de joie à l’issue de cette rencontre-là. Car, déjà en allant au stade, on était sûr d’une seule chose qui est que notre sélection nationale avait les armes pour battre son adversaire. Mais comment et par combien de buts ? ca on ne savait pas. Et j’étais très heureux de savoir que l’équipe béninoise peut encore marquer autant de buts (4-1). C’est la preuve qu’il y a de la qualité dans l’effectif dont dispose Oumar Tchomogo et qu’il faut un bon management pour permettre à ces garçons de se donner d’avantage.

Pensez-vous que le 11 national à une chance de se retrouver au Gabon pour la phase finale ?
Oui. J’y crois fermement depuis les deux dernières victoires. Car, avec ces résultats, notre équipe garde encore toutes ses chances intactes. Elle peut finir première et se qualifier directement. Maintenant au vue des résultats des autres groupes, si cette première place nous échappait, de doute fort qu’on n’ait pas une place de meilleur deuxième au cas où on maintiendrait le cap.

Parmi les Ecureuils, on a noté les présences de deux anciens d’Aspac dont Nana Badarou. Aviez-vous senti une amélioration notable dans le jeu du joueur?
J’ai noté de progression chez la plupart des joueurs. Nana Badarou étant un joueur axial de prédilection a évolué sur le côté et s’est aussi bien défendu. Il n’a pas été ridicule tout au long de la rencontre. C’est une preuve de sa maturité. Quant à saturnin Allagbé, je n’ai pas de mot. Il est encore très jeune. Je sais que s’il tient bon, il aura sa chance un jour.

Propos recueillis par Anselme HOUENOUKPO

Fédération Béninoise de Football: Le Congrès électif reporté, le Conor se justifie

Rafiou Paraïso et ses collaborateurs lors de la conférence de presseLe tribunal de première instance de première classe de Porto-Novo a décidé, le vendredi 1er avril 2016, à travers une ordonnance, de surseoir à la tenue du congrès électif programmé pour le dimanche 4 ou lundi 5 avril par le Conor. Dans la foulée, le comité de normalisation a pris la décision de reporter le forum de réconciliation et le congrès électif à des dates ultérieures. C’est pour donner des explications à ces évènements que le président du Comité de normalisation, Rafiou Paraiso, s’est prononcé le samedi 2 avril 2016, sur les antennes d’une  radio de la place. Ainsi, abordant le point concernant la décision du Tribunal de Première instance de Première classe de Porto-Novo qui sursoit à l’organisation du congrès électif de la Fbf par le Conor, il a laissé entendre « qu’aucun tribunal ordinaire ne peut connaître des problèmes du football ». «Il y a une jurisprudence en la matière », a-t-il martelé avant de donner l’exemple de la crise de 2010 au cours de laquelle la FIFA avait signifié que tous les différents entre les acteurs du football et/ou avec une association nationale ne peuvent être connus par un tribunal ordinaire. «Après le Congrès qui a élu Victorien Attolou comme président de la FBF, le Tribunal de Porto-Novo avait reconnu ce dernier comme président, mais la Cour suprême s’était déclarée incompétente pour connaître ce dossier », a-t-il poursuivi pour justifier son argumentaire. Selon lui, la tenue du congrès ne peut pas être imputée au respect strict de cette décision du tribunal.

Le congrès électif reporté
Pour le président du CoNor, la seule condition pour aboutir au congrès est la tenue du forum de réconciliation. Ainsi, du fait que ce forum n’ait pas lieu, il serait impossible d’organiser le congrès électif. «Dans notre chronogramme d’actions, il était bien prévu l’organisation des assises sur la réconciliation des acteurs du football. C’est-à-dire, créer un cadre pour permettre à tous les acteurs de tous les camps et autres personnes intervenant dans le football de faire des propositions et des recommandations », a rappelé le président Rafiou Paraiso. « Mais n’ayant pas eu les moyens pour faire cette importante rencontre, nous constatons qu’il est matériellement, politiquement et sportivement, impossible de tenir le congrès électif », a-t-il conclu. Alors, il est clair que le congrès électif n’aura pas lieu le lundi. Et ce sera à une date ultérieure comme l’a précisé un communiqué du Conor en date du samedi 2 avril.

ils ont dit

Roland Lanmandoucelo, acteur sportif
« Nous devons procéder au changement de modèle »
« Le problème que vit notre football est l’illustration de l’hypocrisie collective. Car, il y existe des clans faits de parrains et des associations sous parrainages occultes. Alors, pour résoudre ce problème, il faut procéder au changement de modèle. Cela signifie que l’idée du business ne soit plus cachée par les différents acteurs et que ceux-ci (responsables de clubs et associations) soient conscients que le football professionnel est de leur ressort. De là, l’équipe nationale ne saurait être confondue à une propriété d’un clan et qu’il est du ressort du Ministère d’en organiser le fonctionnement. Il faut que chacun fasse son travail et que chaque acteur joue son rôle. Et cela doit passer par la révision de la charte du sport et l’adoption d’un code de pratique du sport au Bénin. Il faut revoir le mécanisme de financement du sport en bannissant le mécénat qui tue le sport à long terme. C’est-à-dire, nous devons agir sur  la politique générale en matière de sport afin de lui éviter de vaciller au gré des compromis et des compromissions. Je crois que c’est l’une des réformes urgentes que le comité national olympique doit aider le prochain gouvernement à réaliser. Cela va permettre de faire du sport de véritables entreprises ».

Edyson Komi, Secrétaire général Energie Fc
« Le Conor doit revenir exclusivement à sa mission principale qui est la réconciliation»
« Par rapport à la situation à la Fbf, je pense que le Conor doit revenir exclusivement à sa mission principale qui est la réconciliation des membres de la famille du football. Après cela, il peut procéder à l’organisation du congrès d’où va germer le nouveau bureau exécutif. Car, avec tout ce qui se passe aujourd’hui, on se rend compte que c’est en voulant jouer un autre rôle que les membres du Conor se mélangent les pédales et essaient de se justifier. Il eut fallu simplement écouter les protagonistes avec leurs propositions ou conditions, convoquer un forum ou une AG et faire voter les propositions donc les modifications des textes s’il y en a, par tous les membres au vu et au su de tout le monde. Et ainsi décider démocratiquement ; les décisions se seraient imposées à tous et on organise les élections. Quelle que soit la liste qui sera choisie, tout le monde se plierait ».

Carinos Chanhoun, Red Chef de Benin-finder.net  
« Il faut trouver un temps mort pour repenser l’organisation de ce congrès électif »

« Le Comité de Normalisation de la Fédération béninoise de football a montré ses failles vers la fin de sa mission. Ce qui sera très préjudiciable pour la sortie de crise. Nous l’avions tous acclamé dans sa démarche d’organiser le championnat national de football. Mais chemin faisant, le CoNor confirme les soupçons des uns qui prophétisaient qu’il serait en mission pour l’ancien président de la FBF. L’ultime erreur de la bande à Paraiso est de n’avoir pas pu s’arranger pour avoir une autre liste en plus de celle d’Anjorin Moucharafou pour le congrès électif. Sur ce point, c’est légitime que certains acteurs de ce football protestent. C’est aussi légitime pour le Tribunal de Première instance de Première classe de Porto Novo de surseoir toutes les activités liées à l’organisation du congrès électif de la FBF par le CoNor. Car, à l’allure où vont les constations, ça craint et il faille trouver un temps mort pour repenser à l’organisation de ce congrès électif afin qu’on ne crée point une autre crise en voulant solutionner la précédente. »

Anselme HOUENOUKPO