Chronique du Ramadan: Pour le Hadj, sèche tes larmes et tes pleurs !

Hadj 2011 au Bénin. La catastrophe. Cela aurait pu être le titre d’un documentaire. En effet, que de blessures, d’intrigues, de déchirement, et surtout de fiasco. J’ai craint, à l’époque, que certains de mes coreligionnaires (surtout les Peulhs) ne se suicident. La honte dans cette culture, en effet, se supporte difficilement. Or, donc, en 2011, des candidats au pèlerinage ont rempli toutes les formalités, sans pouvoir accomplir le 5ème pilier de l’islam. Il est lointain ce souvenir douloureux, mais il est vivace dans la mémoire de ceux qui l’ont vécu en direct. J’en suis un. En 2012, les autorités en charge de l’organisation du Hadj au Bénin ont créé la formule « les rescapés du Hadj 2011 ». Ils sont donc à l’image de personnes qui ont survécu à un naufrage ! L’image n’en est pas moins éloquente. Que faire alors pour ne plus revivre ce scénario catastrophe au Bénin ? La responsabilité des uns et des autres doit être convoquée. Le grand pèlerinage (hadj) demeure un facteur très important d’unité et d’échanges entre les musulmans du monde entier qui témoignent d’une profonde ferveur à cette occasion. Pour les spirituels, le trajet vers le lieu saint constitue symboliquement le voyage vers l’unité divine. Il faut donc le préparer avec soin et minutie. L’Arabie saoudite qui abrite les lieux saints de l’islam reçoit annuellement plusieurs millions de pèlerins. Ce qui en fait le lieu de pèlerinage le plus visité du monde. Par ailleurs, le nombre maximal de pèlerins est imposé par le gouvernement saoudien grâce à l’utilisation de quotas signifiés aux divers organismes organisateurs afin de réguler le flot de pèlerins. La croissance de la fréquentation est très forte, ce qui est lié à des raisons complexes liées à la notoriété croissante du site mais aussi à l’évolution des mobilités et à la démocratisation du transport aérien. On dénombrait, en effet, 50 000 pèlerins en 1935, 100 000 en 1950, 200 000 en 1955, 400 000 en 1969, 918 000 en 1974 et 1,3 million en 1981. En 2008, l’Arabie saoudite a accueilli officiellement 3,5 millions de pèlerins. Mais certaines sources évoquent jusqu’à 5 millions de participants. Ce nombre élevé de pèlerins a causé dans le passé récent plusieurs bousculades mortelles. Cette année (2013), pas moins de 5 millions de pèlerins sont attendus, et des réfections et agrandissements sont en cours autour de la Ka’aba pour mieux maîtriser les flux de pèlerins. Un sens de l’organisation et de l’investissement pour lequel l’Arabie saoudite a créé un ministère qui ne s’occupe que des questions du hadj. Cette année, 4000 béninois sont attendus pour le pèlerinage à la Mecque. Les résultats douloureux du Hadj 2011 ont conduit le gouvernement béninois à nommer un Coordinateur national du Hadj, en la personne d’El Hadj Nassirou BAKO-ARIFARI. L’édition 2012 a été conduite avec plus ou moins de bonheur. Seulement, le Ministre des Affaires étrangères a dû batailler ferme pour que certains acteurs du hadj enterrent définitivement les mauvais comportements qui font le lit de la désolation et des pleurs dans l’organisation du Hadj au Bénin. Malgré quelques difficultés rencontrées ça et là, les résultats satisfaisants de l’organisation du Hadj 2012 prouvent à loisir qu’il est possible d’aboutir à une excellente réussite de l’organisation du Hadj au Bénin. Il suffit pour cela que toutes les parties prenantes (le gouvernement, les groupes de convoyage, l’Union islamique du Bénin, les pèlerins) jouent bien leurs rôles, dans la transparence, la discipline et la rigueur. Ai-je transmis le message ?
Par Djibril BOUSSOU
Très fraternellement freredjibril@yahoo.fr

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>