Category: Santé & Environnement

LUTTE CONTRE LE SIDA, LE PALUDISME ET LA TUBERCULOSE: Les entreprises privées entrent dans la danse

Depuis des années, le secteur public enregistre une flopée de mouvements et associations luttant contre le Sida. C’est l’idée des points focaux. Le secteur privé longtemps mis de côté, entre désormais dans la danse avec la mise sur pieds de la Coalition des entreprises béninoises et associations contre le Sida, la tuberculose, et le paludisme ( Cebac-Stp). L’idée est née en Juin 2006 lors d’un séminaire sur la compétitivité des entreprises privées. De ces assises, il est apparu que ces grandes endémies  constituent des freins importants à la compétitivité des petites et moyennes entreprises, d’autant plus qu’elles nuisent considérablement au capital humain, force de toute structure économique digne du nom. Il a été alors décidé de créer une association des PME pour la lutte contre ces trois maladies. A Marrakech, au Maroc, en juin dernier, la Banque mondiale en collaboration avec l’OMS et l’ONUSIDA, a tenu un atelier régional qui a permis d’adopter un plan d’action sur dix-huit mois avec la création d’une coalition. Parallèlement Ouagadougou a abrité un séminaire régional sur la contribution des entreprises privées à la lutte contre le Sida en milieu de travail. Après ces assises, tous les acteurs béninois impliqués dans le projet se sont retrouvés à Cotonou sous l’égide du Comité national de lutte contre le Sida. Ils ont décidé de la création de cette grande coalition née le 17 Octobre dernier. Elle est le fruit de la volonté affirmée des chefs d’entreprise  en vue de relever les défis que posent ces trois endémies qui font des ravages dans les milieux professionnels. Grce à de nombreux partenaires, elle entend  sensibiliser les acteurs du secteur privé sur les problèmes liés au Vih/Sida, la tuberculose et le paludisme. Elle veut aussi mettre en place une plate-forme d’échanges d’expériences en matière de lutte contre ces fléaux, faire des plaidoyers en vue de la prise en compte des préoccupations du secteur privé en matière de Vih/Sida, de tuberculose et du paludisme, coordonner et harmoniser les actions de lutte contre ces trois fléaux. Il s’agit enfin de  mobiliser les ressources humaines, financières et matérielles nécessaires à la mise en Å“uvre des actions dans le secteur. La coalition des entreprises béninoises et associations contre le Sida, la Tuberculose, et le paludisme (Cebac-Stp) est dirigée par un conseil d’administration composée de 17 administrateurs qui élit en son sein, un bureau de 9 membres pour une durée de trois ans. Son président est François GNACADJA et son vice-président Joachim DAHISSIHO. Ses organes sont : l’Assemblée générale, le Conseil d’administration, la commission technique, les coordinations départementales, le commissariat aux comptes et le Secrétariat exécutif. Sida entreprise entend être le creuset des entreprises en lutte contre le mal du siècle, le paludisme et la tuberculose.

Olivier DJIDENOU

PAILLOTE AU CNHU-HKM DE COTONOU: M. Jean-Baptiste Satchivi délivre les usagers de la pédiatrie

Satchivi, Président Directeur Général du Comptoir de Distribution de Produits Alimentaire (CDPA)Le Président Directeur Général du Comptoir de Distribution de Produits Alimentaire (CDPA) a offert à la pédiatrie du CNHU-HKM, une paillote et un séchoir. C’est la première dame Madame Chantal Yayi de Souza qui a réceptionné le joyau mercredi dernier pour le bonheur des usagers de ce centre.
C’est une Å“uvre impeccable qui a été livrée aux usagers de la pédiatrie du Centre National Hospitalier Universitaire de Cotonou le mercredi 31 octobre dernier. Les bénéficiaires du joyau n’ont pas caché leur joie à travers les remerciements adressés à M. Jean-Baptiste Satchivi, Pdg de la société CDPA-AGRISATCH.   Une grande paillote confortablement érigée avec un séchoir bien achalandé, le CDPA par ce geste vient de porter un grand secours aux usagers de la pédiatrie.

UN GESTE LOUABLE
Le geste de M. Satchivi est louable lorsqu’on connaît les problèmes que vivent les usagers de la pédiatrie de ce centre hospitalier. Le geste du Pdg de la société CDPA-AGRISATCH est la concrétisation d’une promesse faite aux bénéficiaires du joyau alors qu’il a choisi le 24 juin 2007 dernier de partager son repas d’anniversaire avec les usagers de la pédiatrie. Heureux d’avoir soufflé ses 50 bougies, le Pdg Jean-Baptiste Satchivi dès le retour de l’Eglise est allé au service de la pédiatrie pour non seulement donner des médicaments, mais aussi partager son repas avec tout le monde. C’est là qu’il découvre les conditions dans lesquelles vivaient les femmes et leurs enfants malades. Insalubrité totale, inexistence de dépotoir€¦toutes choses qui ont choqué M. Satchivi. « On ne peut pas venir à l’hôpital pour empirer son mal », a laissé entendre le donateur. Il a rendu grce à Dieu qui lui a permis de réaliser ce projet. M. Satchivi a remercié tous ceux qui ont Å“uvré pour la beauté et la réception de l’infrastructure dans le délai.  Il a aussi rendu un grand hommage à la première dame qui a été témoin de l’événement. Dans son message, Mme Chantal Yayi de Souza a remercié le donateur qui a préféré partager ses fonds avec les plus vulnérables. Pour la première dame, le CNHU est un hôpital de référence qui meurt sous les décombres de ses infrastructures dégradantes qui a souligné que l’Etat ne peut pas tout faire.   Rappelant la devise de la jarre trouée, la présidente de l’Association Adjalala Horizon d’Espoir a lancé un appel à tous les Béninois pour l’assainissement de ce lieu sanitaire. Elle a pour finir, demandé aux bénéficiaires d’en faire un bon usage.
Nous devons louer la dimension sociale de l’homme qui n’est pas à son premier geste. Et si tous les Chefs d’entreprises pouvaient faire comme M. Satchivi, le Bénin serait déjà sauvé. Rappelons pour finir que c’est M. Atindebakou Modeste, responsable du département marketing et commercial du CDPA qui est le maître d’ouvrage délégué de la réalisation.  « Je suis satisfait du travail accompli » a laissé entendre M.  Atindebakou Modeste

Gabin Assogba

DON DE MATERIELS SANITAIRES A LA CUGO: L’Ong « Messagers de la Paix » assure une bonne délivrance aux femmes enceintes

L’Organisation Non Gouvernementale « Messagers de la Paix » a offert mercredi dernier, un lot de matériels sanitaire au service de Gynécologie du Centre Hospitalier National et Universitaire Hubert Maga de Cotonou. C’était en présence de la première dame Mme Chantal Yayi de Souza et des responsables de l’hôpital.
Apporter sa pierre à l’édifice de la lutte contre le taux de mortalité élevé soit des mamans, soit des enfants ou bien les deux lors de l’accouchement. C’est l’objectif visé par l’Ong « Messagers de la Paix » qui a toujours accordé une place privilégiée à la femme et l’enfant. Un geste très apprécié par les autorités du Cnhu lorsqu’on sait que le matériel offert n’existe pas dans le centre. Il s’agit donc de 4 Monitorings, d’une table d’accouchement, de deux tables de cconsultations, 2PH Metres et un lot de divers comprenant des layettes, des médicaments€¦Les Monitorings sont des appareils qui permettent de suivre les battements de cÅ“ur de la mère et de l’enfant lors du travail de l’accouchement.

CONTINUER A SAUVER DES VIES HUMAINES
Fruit de la coopération bilatérale entre le Royaume d’Espagne et la République du Bénin, ce geste vient selon le Dr de Souza, Chef service de la CUGO, combler le déficit de matériels de travail qui caractérise de CNHU. «Nous ne pouvons que remercier les responsables de l’Ong Messagers de la Paix et leur demander de continuer à sauver les mères et les enfants » a affirmé le Docteur de Souza. Pour le Directeur du Cnhu, le Colonel Idrissou ABDOULAYE, l’Ong « Messagers de la Paix) est un acteur moderne de développement car ses actions cadrent avec la vision du Chef de l’Etat, le président Boni Yayi. « Comment perdre sa vie en voulant la donner ? » s’est interrogé le colonel Idrissou Abdoulaye qui a déploré le taux de mortalité maternelle et infantile qui ne cesse de s’accroître dans le Centre qu’il dirige. « Nous devons rendre un hommage mérité au Consul de l’Espagne près le Bénin, M. Claude Karam qui fait beaucoup pour notre pays » a conclu le Directeur du Cnhu.

TOUJOURS A L’ECOUTE DES PAUVRES
Pour le Consul d’Espagne près le Bénin et président d’honneur de l’Ong « Messagers de la Paix » au Bénin, M. Claude Karam, la santé n’a pas de prix. C’est pourquoi selon lui, la santé de la mère et de l’enfant représente un pilier important dans le processus de développement d’une nation. « Sans la santé, on ne saurait avoir de grand homme » a indiqué Claude Karam qui a ajoute que ce lot de matériels sanitaires permettra désormais d’éviter les complications qui entraînent souvent le décès de la mère ou de l’enfant ou des deux à la fois en procédant rapidement à une intervention. Mr Karam a pour finir rassurer le peuple béninois dans son combat pour la réalisation des grands projets sociaux et la lutte contre la pauvreté. Il n’a pas manqué de remercier le président fondateur de l’Ong « Messagers de la Paix » le Père Angel Garcia et l’Association Adjalala Horizons d’Espoir  présidée par la première dame Chantal Yayi. « Faites usage du matériel » a rappelé le Consul aux bénéficiaires. Le président de l’Ong « Messagers de la Paix » le Père Angel Garcia a renouvelé à l’assistance, son désir de continuer à aider les pauvres et à assister les mères et les enfants du monde entier. Il a mis lui aussi un accent particulier  sur l’entretien du matériel qui doit profiter selon lui à des générations futures. Le Directeur de cabinet du ministre de la Santé M. Moussa Yaro remerciant les donateurs a indiqué que le Cnhu est entrain de retrouver ses lettres de noblesse. Appréciant à sa juste valeur le geste, l’épouse du Chef de l’Etat Mme Chantal Yayi a indiqué que la femme est la mère de l’humanité. Et à ce titre, elle devra en conséquence bénéficier de toutes les sollicitudes que lui confère sont statut social. «Force est de constater qu’elle vient à l’hôpital pour perdre parfois la vie en voulant la donner faute de disponibilité de matériel de soins adéquats » a déploré la première dame qui a rendu un hommage mérité au personnel sanitaire qui ne demande que le minimum en terme d’équipement pour garantir la qualité des soins des patients. Pour Chantal Yayi, le don de l’Ong « Messagers de la Paix » soulagera la souffrance d’exercice des praticiens du service de la CUGO. Une remise symbolique du matériel a été faite, la réception du matériel proprement dite étant prévue pour ce jour.

Gabin Euloge ASSOGBA

CAMPAGNE NATIONALE DE SALUBRITE: Boni Yayi a balayé avec les femmes de Dantokpa

Le Président Boni Yayi en croisade contre l'insalubrité Le président de la République le Docteur Boni Yayi a procédé samedi dernier au lancement de la campagne nationale de salubrité. C’est le marché Dantokpa qui a été choisi pour le démarrage de ce programme concocté par le ministre de l’Environnement et de la Protection de la Nature Mme Juliette Koudénoukpo Biaou.
La campagne nationale de salubrité a démarré samedi dernier sur toute l’étendue du territoire national. Toutes les villes et villages du Bénin ont changé de visage ce week-end même si toutes les cameras étaient branchées sur le marché international Dantokpa, lieu choisi par le couple présidentiel pour donner le top de cette activité. Rteaux, brouettes, balais€¦à la main, membres du gouvernement avec en tête le ministre de l’Environnement et de la Protection de la Nature Mme Juliette Koudénoukpo Biaou, l’initiateur du programme, le président Mathurin Nago et ses pairs, le président du Conseil Economique et Social Raphiou Toukourou, le Président de la Chambre ce Commerce et d’Industrie du Bénin M. Ataou Soufiano, le premier adjoint au maire de Cotonou M. Léhady Soglo  de Cotonou€¦ ont pris d’assaut le marché Dantokpa pour donner le bon exemple dans le cadre de l’assainissement de notre environnement. Malgré la pluie qui s’est abattue sur la ville de Cotonou, le Chef de l’Etat et sa suite sont allés jusqu’au bout donnant ainsi un cachet particulier à cette opération. De l’autre côté de l’avenue des armés, lieu retenu auparavant pour accueillir la manifestation, la mobilisation était générale. Les agents du ministère des sports, les sapeurs-pompiers€¦et tous les agents des services qui longent cette avenue sont massivement sortis pour accomplir ce devoir citoyen. Le commissaire de la ville de Cotonou Constant Sossou et ses éléments se sont suppléés pour la circonstance aux locataires de leur violon pour sarcler et balayer l’entourage de leur lieu de travail. Très satisfait de cet événement dont les résultats seront à son actif, le ministre de l’environnement lance un appel à tous les Béninois pour que cette opération perdure.

POURQUOI AVOIR CHOISI DANTOKPA ?
Au départ, c’est le boulevard des Armés qui a été retenu pour accueillir le lancement de la campagne nationale de salubrité. La  preuve, les populations et même certaines autorités ont pris d’assaut ce lieu avant d’être informé que c’est Dantokpa qui a été finalement retenu pour l’événement. Mais l’idée que les gens avaient du marché avant d’y aller samedi dernier était trompeuse. Dantokpa n’est plus sale comme auparavant. Oui. On a trouvé un Dantokpa propre. Le Chef de l’Etat qui maîtrise tout ce qui se passe dans ce marché n’a pas fait le choix de lancement la campagne à ce lieu parce que c’est un lieu sale. Mais tout simplement parce que, le personnel de la Sogema, les commerçants et commerçantes de ce marché ont anticipé depuis trois cette opération. En effet, pour assainir les marchés Dantokpa, Gbogbanou et Ganhi, la Dg Denise Houngninou Ahouissoussi a eu l’idée de lancer depuis le mois d’août la campagne mensuelle de salubrité de façon rotative dans les marchés qui sont sous sa tutelle. Une opération qui a changé le visage du marché Dantokpa présenté depuis des années comme un dépotoir. Pour la Dg Denise Houngninou Ahouissoussi qui est honorée par le choix du gouvernement de lancer l’opération par Dantokpa, la Sogema est un élu de Dieu cette année avec les multiples visites du Chef de l’Etat. Pour la Dg Sogema, ce choix est un témoignage de l’amour que Boni Yayi a pour Dantokpa. « La propreté est le luxe du pauvre » a affirmé Denise Houngninou Ahouissoussi qui demande aux usagers de Dantokpa d’emboîter le pas au Chef de l’Etat dans son désir de faire du Bénin, un pays sain, propre.

Gabin Euloge ASSOGBA

CREATION DU RESEAU RJBEA: DES JOURNALISTES ET COMMUNICATEURS « DANS L’EAU »

A. P. Virgil HOUESSOU
Des journalistes exerçant dans les médias et des autres communicateurs s’intéressant aux questions liées à l’eau et à l’assainissement, venus de tous les départements du Bénin, se sont réunis en Assemblée constitutive vendredi 26 octobre dernier au Conseil national des chargeurs du Bénin (Cncb). A l’occasion il ont mis sur pied le Réseau des journalistes du Bénin pour l’eau et l’assainissement en abrégé Rjbea. Plusieurs personnalités et représentants de structures s’intéressant à ce sujet ont assisté à la cérémonie d’ouverture de cette assemblée constitutive. On peut citer entre autres le Président du Partenariat national de l’eau du Bénin (Pne-Bénin), le représentant de la Direction générale de l’eau, le Directeur résident du  Crépa-Bénin et Joseph Gnonlonfoun, le représentant de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication. L’objectif que se fixent les membres de ce réseau est de montrer aux populations et à toutes les couches sociales l’importance de l’eau et de l’assainissement dans le vécu quotidien de chaque Béninois tant en milieu rural qu’urbain. Le Rjbea vise donc à assurer une large diffusion des engagements souscrits par le Bénin aux niveaux régional et international en matière  d’eau et d’assainissement et faire un plaidoyer en vue de leur opérationnalisation dans le délai. Il est question également d’amener les responsables des différents médias à accorder une attention soutenue aux enjeux et défis liés à l’eau et à l’assainissement dans leurs organes respectifs. Augmenter la production médiatique en vue de la sensibilisation et de l’éducation des populations pour jouir pleinement de leur droit social en matière d’eau et d’assainissement et enfin accompagner le Partenariat national de l’eau du Bénin et autres structures  dans la diffusion de l’information et de la communication sans oublier le renforcement des acteurs des médias en matière de connaissances, de traitement et de productions d’informations liées aux questions de l’eau et de l’assainissement.
Au cours de cette assemblée constitutive, les membres du réseau des journalistes du Bénin pour l’eau et l’assainissement (Rjbea) ont suivi une communication du Directeur résident du Crépa-Bénin sur le thème le rôle des médias en matière d’eau et d’assainissement. Ils ont également procédé à l’étude et l’amendement du projet de plan d’actions du réseau et des projets de statuts et de règlement intérieur. A l’issue des travaux un bureau de coordination de consensus de sept membres est mis sur pied pour un mandat de deux ans. Ce bureau est relayé par des points focaux dans chaque département du Bénin.

Bureau de coordination
Coordonnateur : Alain ASSOGBA
Coordonnateur adjoint : Alain TOSSOUNON
Secrétaire administratif : Edgar Couao-Zotti
Secrétaire à la Formation : Serge AYAKA
Secrétaire à la communication et aux relations
publiques
: Théodora Loko
Trésorière :Makéba Tchibozo
Secrétaire à l’organisation :P hilippe N’SECK

INTERVIEW DE L’ARTISTE D.A.C : ” Je suis fier de mon «bébé» que j’ai conçu “

Pour un coup d’essai, c’est finalement, un coup de maître. C’est ainsi qu’on peut qualifier le premier album solo de D.A.C de son vrai nom Adossou Armel Christel. Résidant entre Paris et Londres, il fait actuellement un carton au Bénin avec son  » LIFE GIFTED « . Nous avons réalisé avec lui une interview. Il raconte son parcours.

L’Evénement Précis : Parlez-nous de votre arrivée à la musique ?
D.A.C. : J’ai eu en 1996 un amour fou pour l’anglais et le hip hop new yorkais. J’intègre en 2004 le groupe anglais Mic Mic que j’ai abandonné en 2006 avant de rencontrer ma maison de production, Maxy P. En 2007, je sors mon premier album intitulé  » Life Gifted « .

Que véhiculez-vous dans vos chansons ?
Je chante l’amour, la douleur, le rêve. Je célèbre le hip hop et la musique qui m’anime.

Résumez-nous le contenu de votre album
Ce commentaire ne doit pas venir de moi mais plutôt de ceux qui écoutent ma musique. Moi je suis fier de mon bébé que j’ai conçu et j’attends les critiques.

Le soutien des Béninois et Français est-il stimulant pour vous ?
Alors là tout à fait !! C’est une agréable surprise que mon album ait été accueilli avec autant d’enthousiasme malgré la futile barrière de la langue qui m’a été opposée dès mon arrivée à Cotonou..

Comment se passe la promotion de ton premier album en France?
Je travaille sur la réedition de l’opus ici et la suite sera l’attente de différentes propositions et les concerts qui sont en prévision.

Que faites vous à part la musique?
Je suis commercial en textile aux Galeries Lafayette.

On remarque à travers votre style que vous apportez du nouveau au mouvement hip-hop au Bénin.
Merci à vous de le souligner, cela a été ma volonté première et si vous le soulignez alors je crois que j’y suis arrivé.

Qui sont ceux là qui vous inspirent dans le mouvement hip hop ?
J’ai été bercé par Mase, 2Pac ou encore Diddy pour le sens du business.

Un mot sur la production de votre album  » Life Gifted « .
Une grosse partie de la production a été réalisée par Sneke (ancien producteur de mon ex groupe Mic Mic), ici à Paris , Maxy P est mon producteur en titre et enfin Sam Taka.

Tous ces producteurs pour toi seul ?
Qu’est ce que vous voulez. Quand on veut bien faire, on se multiplie en plusieurs parties égales. C’est ce que j’ai fait.

Quels sont vos projets d’avenir ?
La sortie de mon 2ème album est prévu pour l’été prochain. Mais avant, c’est d’abord des concerts dans la région parisienne.

Propos recueillis par Mathilde DOSSA