.
.

Le triomphe de la vérité

.

Adéquation formation-emploi : « Il y a de l’espoir », rassure Urbain Amègbédji


Vues : 7

Urbain Amègbédji, Directeur général de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE)

Le Directeur général de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) Urbain Amègbédji a saisi l’occasion de son passage sur la chaine de télévision Eden Tv, ce dimanche 22 mai 2022, pour aborder les difficultés à pouvoir aux emplois disponibles au Bénin.

De quoi s’agit-il : L’adéquation formation-emploi est la véritable équation à résoudre pour permettre aux entreprises béninoises d’avoir du personnel qualifié. Selon les informations du patron de l’emploi au Bénin, Urbain Amègbédji, le problème de l’emploi est surtout lié à la qualité de la formation dispensée dans les centres de formation et université qui ne répond pas aux besoins des entreprises. A l’en croire, « les formations dispensées sont beaucoup plus théoriques que pratiques ». Aussi, certaines compétences sont recherchées sur le marché de l’emploi. C’est le cas, poursuit-il, du recrutement de 2 000 agents dont la compétence n’est pas enseignée au Bénin, dans le cadre du projet de construction Pipeline Bénin-Niger. « Il y a un véritable problème lié à l’adéquation formation-emploi au Bénin. Mais, l’espoir est permis », déclare Urbain Amègbédji qui annonce une vague de réformes qui permettra à l’ANPE d’être le véritable guichet unique de l’emploi au Bénin afin d’être au service des clients pour mieux répondre aux inquiétudes des entreprises.

Que compte faire l’ANPE : Cet espoir permettra désormais à l’ANPE d’élargir le champ de recrutement en donnant également une chance à ceux qui n’ont aucune qualification. Désormais, « la plateforme Azôli est créée pour ceux qui cherchent un emploi et ne disposent d’aucune qualification. Grâce à la GDIZ, ils pourront être recrutés dans le domaine industriel, textile et autre », annonce-t-il. Une démarche de l’ANPE qui répond à la volonté du gouvernement du chef de l’Etat Patrice Talon de promouvoir les emplois précaires au détriment des emplois décents. En s’appuyant sur cette vision, Urbain Amègbédji explique l’impact que peut avoir les emplois précaires sur les emplois décents. «  Plus un pays a des emplois précaires, plus il se développe. Plus il y a d’emplois précaires, plus il y a d’activités économiques et on peut passer d’un emploi précaire à un emploi décent », souligne-t-il en exprimant sa gratitude au chef de l’Etat pour cette vision.

En ce qui concerne les AME : L’autre laurier décerné à Patrice Talon est son ambition de conduire le paiement des salaires des Aspirants au Métier d’enseignement (AME) à 12 mois. Ceci, pour répondre à la polémique liée à la gestion des AME et surtout au paiement de leurs salaires. Principal accusée dans ce dossier, l’ANPE à travers son patron explique que les AME sont payés par tâche. « Les pré-insérés sont payés par travail fait, par tâche. S’ils travaillent durant 9 mois, ils seront payés pour ces 9 mois », précise-t-il dans l’espoir que les démarches annoncées par le chef de l’Etat aboutissent à la prise en charge effectif du paiement des AME sur toute l’année. 

Rastel Dan

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page