.
.

Le triomphe de la vérité

.

Moukaram Badarou à propos des assises de 90: « L’esprit des décisions de la conférence nationale doit être mis au quotidien»


Vues : 2

Moukaram Badarou, responsable Union Progressiste (UP) à Porto-Novo, dans un récent entretien sur Crystal news, a expliqué de fond en comble l’esprit de la tenue de cette conférence nationale de 1990 avant d’évoquer le contenu des recommandations qui ont été faites. « L’esprit des décisions de la conférence nationale doit être mis au quotidien » a-t-il déclaré. Selon lui, la conférence nationale qui a battu le record dans tout le monde entier a permis d’avoir la constitution qui a cimenté le renouveau démocratique au Bénin. « Aujourd’hui nous avons une démocratie qui fonctionne, nous avons un pluralisme politique, syndicale et autre. La construction d’un pays, relève du plan de l’éducation, de l’agriculture et de beaucoup d’autres domaines. Il faut travailler sérieusement et il faut avoir aussi des repères », a laissé entendre l’ancien Préfet des Départements de l’Ouémé et du Plateau. Pour lui, « la conférence nationale reste une boussole politique, un référentiel utile pour tout le Bénin, elle reste également une sorte de chemin bien tracé dans lequel il faut simplement nous insérer tout en actualisant les données pour faire corps avec les réalités du moment ». Moukaram Badarou a profité de l’occasion pour rendre hommage à plusieurs acteurs politiques béninois. Il a commencé par le général Mathieu Kérékou qui a accepté signer les décrets et les décisions de la conférence. « Il faut rendre hommage à Mgr Isidore De-Souza qui a travaillé jour et nuit pour pouvoir contrôler les conférenciers à ne pas dérailler, hommage à Albert Tévoédjrè, hommage au président Robert Dossou, hommage à tout le peuple béninois qui a prié pour la réussite de cette conférence », a-t-il complété. Dans son intervention, le Directeur adjoint du cabinet du président de l’assemblée nationale a indiqué qu’il n’est pas nécessaire de célébrer officiellement la date du 19 février et qu’il n’a d’ailleurs jamais été insinuée dans les recommandations de la conférence. Il a cependant donné les vraies recommandations de ladite conférence. « Le contenu des recommandations de la conférence était de relancer le Bénin, avoir des lois que tout le monde respecte, faire en sorte que l’intérêt général soit de mise, faire en sorte que l’argent ne nous fragilise pas, voilà les recommandations fortes de la conférence », a expliqué l’homme politique. Mais le Bénin a dénaturé l’esprit de la conférence en prenant quelques distances avec l’esprit de ces acquis à le croire. Il s’explique en affirmant qu’ « on ne peut pas se plaindre de l’application rigoureuse de la loi, de la nécessité de ne pas empiéter sur la liberté des autres, de ce que seulement avec l’argent on veut tout avoir ». Pour le responsable Union Progressiste (UP) à Porto-Novo, l’esprit de la conférence c’est l’esprit de la méritocratie. Il faut rappeler qu’à l’occasion du 32ème anniversaire de commémoration de la conférence nationale des forces vives de la nation, Moukaram Badarou a demandé dans toutes les églises de la capitale de prier pour le Bénin et pour le gouvernement en reconnaissance des réalisations qu’il a faites et au vu de la situation sécuritaire dans la partie septentrionale du Bénin.

Assise AGOSSA (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page