.
.

Le triomphe de la vérité

.

Revalorisation des salaires des travailleurs: Voici les  exigences des Centrales et Confédérations syndicales


Vues : 0

Les secrétaires généraux de la Cgtb et de la Csa-Bénin, Moudassirou Bachabi et Anselme Amoussou

Les Centrales et Confédérations syndicales ont formulé sept exigences relatives à la revalorisation des salaires annoncée par le Chef de l’Etat, Patrice Talon. C’était à l’occasion d’un déjeuner de presse tenu le vendredi 28 janvier 2022, à Cotonou.

C’est avec des chiffres à l’appui, que les syndicalistes ont justifié la flambée des prix des produits de première nécessité. Après l’annonce de la revalorisation des salaires des travailleurs au cours de cette année 2022, par le président de la République Patrice Talon, les responsables syndicaux veulent d’une augmentation salariale avec impact positif sur la vie des travailleurs. A l’entame de la rencontre, le Secrétaire général de la Centrale des syndicats autonomes du Bénin (CSA-Bénin) Anselme Amoussou, a présenté les résultats d’une étude comparative sur les prix des produits les plus utilisés pour la consommation ces dernières années. Cette étude basée sur les chiffres dans les six principales villes du Bénin (Cotonou, Porto-Novo, Bohicon, Parakou, Natitingou, Lokossa) a montré une hausse des prix de la plupart des produits de première nécessité entre décembre 2020 et décembre 2021. Des produits alimentaires comme le maïs séché, la farine de manioc de 2ème qualité et l’huile de palme non raffinée ont vu leurs prix s’augmenter ces trois dernières années de façon exponentielle, selon Anselme Amoussou.  « Le pouvoir d’achat s’est complètement amenuisé », font remarquer les responsables syndicaux. Le Secrétaire général de l’Union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin (UNSTB) Appolinaire Affewé a expliqué que ce pouvoir d’achat est davantage amolli avec les récentes taxes créées par le pouvoir du président Patrice Talon. Pour lui, l’électricité, l’eau, le loyer agissent tous directement sur le pouvoir d’achat des travailleurs. Pour que les salaires puissent permettre aux travailleurs de satisfaire l’ensemble de ses besoins, les responsables syndicaux ont formulé plusieurs doléances sous forme d’exigences. Les syndicalistes demandent au gouvernement d’ouvrir les négociations sur la fameuse augmentation des salaires, de jouer son rôle de régulateur du marché en faisant un contrôle des prix, procéder à la relecture du Code général des impôts, à la mise en place d’un cadre de concertation exclusivement dédié aux questions de salaire et que l’Etat s’engage à augmenter les salaires périodiquement sur une période minimale de trois ans. Aussi, les syndicalistes demandent à l’Etat d’augmenter le SMIG et de procéder à une hiérarchisation des salaires, procéder au rattrapage de la hiérarchisation au titre de 2014 dans la revalorisation salariale des pensionnés du privé comme du public et enfin, une baisse des taxes et une augmentation des allocations familiales. « Nous allons sur le même marché. Ce serait une injustice de ne pas les prendre les en compte », a indiqué Anselme Amoussou.

Assise Agossa (Coll)

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page