.
.

Le triomphe de la vérité

.

Ouverture de la 2è session ordinaire à l’Assemblée nationale: «L’hémicycle a souffert des passions déchaînées entre pro et contre» déplore VLAVONOU


Vues : 0

Louis G. Vlavonou lors de l’ouverture de la 1ère session ordinaire

La 8ème législature a été victime des menaces et des dénigrements lors de l’examen et l’adoption des lois réorganisant la famille et protégeant la femme. Le Président de l’Assemblée nationale a déploré cet acharnement contre la deuxième institution de l’Etat. En effet, conformément aux dispositions réglementaires et constitutionnelles, le Président Louis Gbèhounou Vlavonou a procédé à l’ouverture solennelle de la 2ème session ordinaire de l’année. C’était ce mardi 27 Octobre 2021 au palais des gouverneurs à Porto-Novo. En raison de la pandémie de Covid-19 qui est toujours d’actualité, l’ouverture de cette session a été sobre. Seuls Madame le Préfet de l’Ouémé, le maire de Porto-Novo, les membres de la conférence des Présidents, les membres du cabinet du Président de l’Assemblée nationale, les cadres de l’Assemblée nationale et les députés étaient présents à cette ouverture.
Dans son discours d’ouverture le numéro un des députés béninois est revenu sur les scènes déplorables de dénigrements et de menaces dont l’institution a été victime au moment du vote de certaines lois de la 3ème session extraordinaire de 2021. « En ce qui concerne les lois réorganisant la famille béninoise, la vitalité de notre démocratie au sein de notre temple qu’est l’Hémicycle a failli le diviser. La virulence des débats au cours du vote de la loi n° 2021-13 votée le 20 octobre 2021 modifiant et complétant la loi n° 2003-04 du 03 mars 2003 relative à la santé sexuelle et à la reproduction a fait trembler l’Hémicycle et la bipolarisation qui s’observait a failli mettre à mal son unité. L’hémicycle a souffert des passions déchaînées entre pro et contre. » a-t-il déploré. Il poursuit en faisant remarquer que : « Ce n’était pas gagné d’avance au regard de la sensibilisation qui avait eu lieu auparavant sur les réseaux ou par ailleurs. Le plus dur était une vidéo dans laquelle un Imam disait que nous irions en enfer si nous votions cette loi … sans oublier la déclaration de l’Association des femmes catholiques qui nous a envoyé ce message : « Le sang de ces âmes innocentes qui seront assassinées criera vengeance… » sur les députés de la 8è Législature. Face à ces propos, comment respecter la parole donnée ? Sommes-nous en présence de cas de force majeure ? Contrainte morale ? Exercice de la liberté ? Choix entre la légalité et la loyauté ? »
Face à tout ce tumulte, « Nous avons su puiser dans notre génie créateur et notre expérience pour ramener le consensus après une suspension inspirée afin de respecter l’engagement pris par nos partis politiques respectifs à accompagner le chef de l’Etat dans ses réformes. » a-t-il ajouté avant d’inviter au pardon et à la réconciliation.

Le retour des 26 œuvres d’art au Bénin
Le Président de l’Assemblée nationale s’est aussi prononcé sur l’actualité relative au retour imminent des 26 œuvres d’art au Bénin. A l’en croire, le Bénin dispose d’un patrimoine culturel inestimable, divers et varié. Ce patrimoine culturel est une source d’unité, de paix et de développement de notre pays. Il constitue également un facteur de son rayonnement sur la scène internationale notamment à travers les projets touristiques d’envergure. C’est pourquoi afin de rendre plus alléchants le secteur touristique au Bénin, le Gouvernement a initié de nombreux projets touristiques à gros investissements. Toujours dans ce cadre et pour élaborer une offre touristique bien prisée explique-t- il : « Le Bénin a formulé en 2016 la demande de restitution des biens culturels illicitement exportés en France. Le Gouvernement béninois a reçu l’assentiment de l’Etat français qui a accepté de restituer au Bénin ce qu’il est convenu d’appeler les trésors de Béhanzin. »
Avant que cette restitution ne se traduise en acte, il a fallu mettre en place un dispositif juridique national opérationnel et efficace qui répond aux besoins du terrain tout comme aux enjeux régionaux et internationaux. C’est ce qui explique le vote le 14 octobre 2021 de la loi n° 2021-09 portant protection du patrimoine culturel en République du Bénin qui abroge les dispositions de la loi n° 2007-20 du 23 août 2007 portant protection du patrimoine culturel et du patrimoine naturel en République du Bénin et qui intègre des préoccupations nouvelles comme la circulation des données informatiques relatives au patrimoine culturel, la promotion du mécénat culturel, l’auto-assurance de l’Etat pour les biens culturels et le renforcement des sanctions pénales liées aux infractions touchant le patrimoine culturel.
Au passage, le Président VLAVONOU félicite le Président de la République, Patrice TALON pour avoir préféré la voie du dialogue, de la concertation et de la conciliation pour le retour de nos biens culturels.

Fidèle KENOU

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page