.
.

Le triomphe de la vérité

.

Libération autour de la Route des Pêches: Les populations anticipent avant les bulldozers


Vue partielle de la route des pêches

Le grand nettoyage du cordon littoral se poursuit avec acuité à Cotonou. Après les quartiers Fiyégnon 2 et Xwlacodji, la descente musclée des bulldozers du Préfet du Littoral, Alain Orounla, est probablement attendue pour le 1er novembre prochain pour un autre nettoyage : celui du côté sud de la Route des Pêches. Un événement que les populations concernées ne veulent vivre avec désolation.

C’est une belle réalité qui se vit depuis quelques jours à Fidjrossè plage. Les populations de ce quartier de Cotonou installées depuis des lustres sur le cordon littoral, ne ménagent aucun effort pour répondre aux recommandations du gouvernement Talon. En effet, ces dernières sont appelées à libérer la bande côtière pour la mise en œuvre du projet gouvernemental de plantation de cocotiers le long de la côte Atlantique. Après plusieurs descentes des autorités en charge du cadre de vie, de la gestion de la ville de Cotonou et des éléments de la Police Républicaine, l’heure est désormais au grand déménagement. Pendant que des coups de marteau retentissent sur les murs des maisons, femmes et enfants s’occupent de rassembler les morceaux de brique qui pourront être utiles à d’autres fins. Les constructions en matériaux précaires sont défaites et leurs occupants pensent d’ores et déjà à leur nouvelle destination. La belle vue de l’océan est déjà perceptible à certains endroits où règnent désormais les gravats de pierres, de tuiles et de pailles. Le grand ménage s’opère bien avant la disparition totale de cette agglomération. Le gouvernement a prévu un aménagement social pour le logement de ces pêcheurs et de leurs progénitures en attendant leur réinstallation conformément aux normes de la Route des pêches. Il faut souligner que le projet de plantation de cocotiers permettra de renforcer la protection de la bande côtière, de restaurer et de protéger les ressources naturelles, d’assainir et de protéger la bande côtière contre l’érosion et lui redonner sa beauté naturelle aux fins de la promotion du tourisme. Il vise également à améliorer le bien-être des communautés riveraines à travers la promotion de la filière du coco, notamment l’huile de coco, les noix dédorées, le copra, les noix fraiches et le lait de coco.

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *