.
.

Le triomphe de la vérité

.

Tabagisme au Bénin: L’ONG IECT engagée aux côtés des préfets pour la lutte contre la chicha


Le Représentant du préfet du Zou Jeannot Ahodékon en train de recevoir le trophée

La situation du tabagisme au Bénin déjà préoccupante a plutôt tendance à s’aggraver chez les jeunes. Face à cette situation, l’Ong Initiative pour l’Education et le Contrôle du Tabagisme (IECT) a organisé le mercredi 18 aout 2021 au centre Les Joyaux d’Abomey-Calavi, une conférence-débat sur la lutte contre ce fléau au Bénin.

Une autre stratégie de recrutement des jeunes ces dernières années par l’industrie du tabac est la consommation des produits du tabac à travers le nouveau dispositif appelé « chicha ». La chicha (aussi appelée « narguilé », « narghilé » ou « hooka ») est une pipe à eau de taille variée, destinée principalement à fumer du tabac ou d’autres produits parmi lesquels les drogues illicites. En réponse à ce phénomène qui prend de l’ampleur, les préfets des 12 départements ont pris des arrêtés pour interdire la consommation de la chicha dans les lieux à usage collectif sur toute l’étendue de leurs territoires respectifs contribuant ainsi à quadriller toute l’étendue du territoire national. Aussi le Gouvernement a-t-il adopté l’arrêté portant définition des avertissements sanitaires graphiques et écrits à imprimer sur les emballages de cigarette et autres produits du tabac en République du Bénin. En dépit des actions salutaires des pouvoirs publics et partenaires au développement, l’application de la loi 2017-27 n’est pas encore effective. Sur le terrain, le constat est déplorable. En effet, la jeunesse est toujours en proie au tabagisme. Pour éradiquer ce problème, la Plateforme des organisations de la Société civile engagées dans la lutte antitabac au Bénin grâce au soutien technique et financier de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (African Capacity Building Foundation-ACBF) a organisé cette séance d’échanges dont le thème est intitulé : « Interdiction de la consommation de la chicha dans les lieux à usage public, la plateforme des organisations de la société civile engagées dans la lutte antitabac appuie les autorités préfectorales ».A l’occasion cinq panélistes ont planché sur divers sous-thèmes allant des généralités sur le tabagisme à la maîtrise de la nouvelle loi en passant par le chemin parcouru pour éclairer l’opinion. Il s’agit de : «Tabagisme : ce que la jeunesse doit savoir (Risques du tabagisme) » présenté par le  Médecin santé communautaire et consultant à l’OMS Eugène Gbédji ; « Historique de la lutte anti-tabac au Bénin : le Parcours jusqu’à la nouvelle loi », exposé par le Directeur exécutif de l’ONG IECT Augustin Faton ; « Etats des lieux de la lutte anti-tabac : quoi de neuf ? », présentée par le point focal de la lutte anti-tabac au ministère de la santé Dr Judith Sègnon ; « Arrêtés préfectoraux : les tenants et les aboutissants », animée par le Représentant du préfet du Zou Jeannot Ahodékon et la dernière communication intitulée « lutte anti-tabac : les implications de la nouvelle loi anti-tabac » qui est présentée par Blandine Yaya Sintondji de la plateforme Halte tabagisme au Bénin.

Les dangers du tabac et le sevrage ou arrêt tabagique

Selon les explications d’Eugène Gbédji, Médecin santé communautaire et consultant à l’OMS,une recherche observationnelle a montré que le risque de crises cardiaques est plus élevé chez les vapoteurs, en comparaison à ceux qui n’utilisent pas ce type d’appareils. « L’OMS a insisté sur la nécessité de ne pas commencer à vapoter lorsqu’on est non-fumeur et rappeler que l’on ne connaît pas encore tous les risques associés au vapotage », a-t-il souligné. A l’en croire, le tabac est la cause de décès prématurés de plus de 8 millions de personnes par an. Et en moyenne, les fumeurs perdent 15 ans de vie (Rapport de l’OMS sur l’épidémie mondiale de tabagisme, 2008). Selon les statistiques de l’OMS, la moitié des fumeurs mourront de causes liées au tabac et de 14 % décès dus aux maladies non transmissibles, notamment maladies cardiaques, cancer, diabète et maladies pulmonaires. Environ 5 % des décès liés aux maladies transmissibles dans le monde, dont 7 % des décès par tuberculose et 12 % des décès dus à des infections des voies respiratoires inférieures (BPCO, Pneumonie). En cas de sevrage ou arrêt tabagique, le fumeur suit au préalable l’évaluation de la dépendance avec le test de Fagerström (un questionnaire sur les habitudes de consommation de tabac) ; cela peut également être réalisé de manière immédiate, ou progressivement par la diminution  du nombre de   cigarettes journalières. Il faut noter qu’au cours de cette séance d’échange, le département du Zou la première préfecture à prendre des arrêtés portant interdiction de la consommation de la chicha dans les lieux à usage public a été distingué.

Edwige TOTIN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Tabagisme au Bénin: L’ONG IECT engagée aux côtés des préfets pour la lutte contre la chicha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *