.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entretien avec l’ancien chef de cabinet du Président Yayi sur la prolongation du mandat de Talon: Edgard Soukpon désavoue l’opposition et exige la poursuite du processus électoral


Chef du Cabinet Civil de l’ancien président Boni Yayi durant les deux mandats, 2006- 1016, Edgard Soukpon, président de l’ex parti, Union Fraternelle et Patriotique pour la République (UFPR), membre de l’ Alliance, FCBE d’alors, ne partage pas l’ avis des Démocrates sur la prorogation du mandat du président Patrice Talon, même si l’ homme reconnait n’ avoir pas les capacités juridiques nécessaires pour défendre la question. Il estime que la logique veut que le processus électoral engagé depuis plusieurs mois sur la base des lois constitutionnelles votées et promulguées se poursuive. Il est revenu également au cours de cet entretien sur les relations actuelles avec son ancien patron, Boni Yayi pour qui, il garde une estime et des souvenirs, bons et mauvais… Pour lui Boni Yayi n’a pas démérité. Le premier Quinquennat avait bien commencé, mais a cédé vers la fin et surtout le second mandat au populisme, par conséquent, la recherche des voies et moyens de la conservation du pouvoir n’eut été la vigilance d’une certaine classe politique, appuyé par la majorité du peuple. Il a dévié complètement de la Vision du Changement et de l’Émergence du Bénin, qui pourtant étaient la source de quête et la conquête du Pouvoir Exécutif en 2006. Lisez plutôt Edgard Soukpon!

Événement Précis : Ancien collaborateur de Boni Yayi, vous n’êtes plus aujourd’hui FCBE, ni démocrate, comment appréciez-vous, le processus électoral en cours au Bénin..?
Edgard Soukpon : Le processus électoral de la présidentielle en cours au Bénin, de mon point de vue obéit à une certaine règle de l’État, appelée, Loi Électorale découlant de la Constitution de 1990 révisée en septembre 2019…Cet arsenal législatif et juridique régit la vie de l: État ,y compris les élections présidentielles dont le processus est en cours, qu’ une certaine classe politique, soit d’ accord ou pas. La première phase du dit processus qui est terminé a dégagé, 3 duos de candidats à la présidentielle d’avril 2021.en toute transparence et dans l’application des Lois d’ État

Vous êtes du même avis que ceux qui pensent que le mandat de patrice Talon termine le 06 avril 2021?
À partir du 06 avril ceux qui disent que Patrice Talon n’est plus président ont tort d’ autant plus que la prolongation du mandat en question obéit aux lois qui régissent la vie dans le Bénin la vie des Institutions.

Les légalistes comme vous estiment qu’il n’y a pas débat autour de la prolongation de mandat et que l’essentiel est d’aller aux élections pour barre Talon dans les urnes, qu’en pensez-vous.
Je pense la même chose que ces légalistes dont je suis un et vous faites bien de le dire. L’opposition, les démocrates, a bien fait de déclarer sa candidature sur la base des lois constitutionnelles et électorales actuelles qui prévoient l’élection pour le 11 avril…Il ne lui reste qu’un pas à faire, chercher les 16 documents de parrainage et non-sens en détourner par pur égoïsme ou en privilégiant un autre plan. Donc disais-je, elle devrait tout simplement remplir les conditions et battre Talon dans les urnes, car, disent-ils, les démocrates, ils sont très populaires. Ils devraient aller jusqu’au bout et non entretenir la diversion, la confusion et la sédition, espérant gagner dans les troubles, le chao et le désordre.

Vous voulez dire, qu’ils sont exemptés de contestation.
Oui, ils ne le devraient pas eux….

Justement votre ancien chef le président Boni Yayi fait partie de ceux qui agitent cette contradiction .Quelles sont aujourd’hui vos relations avec lui..?
Politiquement depuis janvier 2017,nous ne sommes plus ensemble, suite à une lettre de clarification de FCBE adressée au président des partis politiques membres de l’ Alliance FCBE, ,quand leur position face à l’ Alliance qui deviendra un parti politique unifié, moi j’ ai fait démissionner mon parti, parceque ,nous ne sommes pas pour faire l’ opposition que ,FCBE s’apprêtait à faire. Cependant les relations humaines doivent demeurer. Dans cette optique, l’ancien Directeur de Cabinet de Boni Yayi et moi-même avions cherché après notre dernière rencontre le 06 avril 2016 à la Marina, à aller lui rendre en mai, en août 2016 et janvier 2017, visite de courtoisie et de remerciement, en vain, nous n’avons pas pu. A chaque fois, il n’est pas là selon les gardes, nous avons à chaque fois laissé de notes, sans être rappelé par la suite. Et nous avons abandonné la requête. J’en ai gardé des souvenirs, bons comme mauvais…

Comment appréciez-vous la gouvernance de Talon depuis avril 2016?
Je précise que je n’apprécie pas cette gouvernance d’un regard partisan. Non, non, non. D’ailleurs depuis 2016, je suis à la touche, à la maison, la moindre issue ou opportunité ne s’est offerte à moi sur 5 ans de gouvernance de la Rupture et du Nouveau Départ malgré mes recherches.
Cependant je suis très satisfait de ce que mes yeux ont vu et mains ont touché, c’est la réalité. J’ai sous-estimé le président Patrice Talon en 2016 ( avril) quand il prenait le pouvoir ,j’ ai vu comment Yayi s’ échinait ,personne de l ‘ équipe ne se reposait ( fatigue,,,),sans repos avec beaucoup de tapages ,tournée gouvernementale, communications voyages sur voyage, demande d’aides…etc, je me suis dit, sa succession sera difficile, voire impossible, il n’y a que lui-même qui peut poursuivre l’œuvre ou quelqu’un qu’il aura choisi capable comme lui-même, peut-être c’ est pourquoi, il est allé chercher Lionel Zinsou au détriment des Pascal Koukpaki, ou encore les Abiola….et autres….
Mais très tôt, j’ai déchanté. Patrice Talon, a pris positivement tous les Béninois de vitesse. Développement du potentiel routier, qui fait perdre ceux qui étaient arrivés au Bénin, il y a 05 ans, la construction des infrastructures socioéconomiques et culturelles, les services sociaux de base. Les réformes politiques et institutionnelles, en un mot, le Bénin est révélé en moins de 05 ans. C’est vrai, il n’a pas fait ça, tout seul. C’est au prix de tant de sacrifices .Les Béninois ont payé des impôts dont ils ne sont plus habitués depuis l’ère Soglo. Mais les résultats sont édifiants.
Je voudrais remercier aussi les anciens présidents depuis 1960 qui ont poussé et boosté le développement du Bénin jusqu’à la ou Patrice Talon l’a trouvé en 2016. Il a touché tous les secteurs de vie et sur toute l’étendue du territoire. Cependant nous souhaitons une détente sociale toujours avec de nouvelles percées si la grâce de Dieu lui renouvelait son mandat.
Patrice Talon est vraiment porté en triomphe par ces réalisations…

Parlant de la lutte contre la corruption, dites-nous ce qui a été fait sous les régimes Yayi et Talon, une comparaison.
Bonne question… En 2007, Yayi a organisé une marche verte contre la corruption. J’y étais, lui-même au-devant de la marche. C’était une bonne initiative pour prouver sa bonne volonté. Mais très tôt il a abandonné la lutte à cause de sa quête permanente de popularité en vue de la conservation du pouvoir si possible. La rigueur, le respect de la parole donnée la foi, l’abnégation ont disparu… Il a pu faire émerger malgré tout le Bénin, qu’il aime il faut le reconnaitre, dans le désordre….
Quant au régime de la Rupture et du Nouveau Départ, contrairement à celui du Changement et de l’émergence, les efforts, les engagements pris pour la lutte contre la corruption, les rigueurs, la pression sont maintenus de bout en bout de même que le travail de modernisation et de transformations qualitatives de notre pays sans tambours ni battants.
Il reste beaucoup pas faire, … au plan social culturel, économique et politique. Un deuxième mandat constitutionnel est la bienvenue. J’étais témoin du Bruit et observateur du silence ou du Discret. Je tire comme leçon pour la « Vie’’, que, le discret est plus efficace que le Bruit…
Je vous remercie

Entretien réalisé par Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page