.
.

Le triomphe de la vérité

.

Crise préélectorales: Joël AÏVO propose deux mesures urgentes


Le Prof. Joël AIVO lors de la conférence de presse

Le Professeur Joël AIVO, candidat du Front pour la Restauration de la Démocratie (FRD), collectif de l’opposition a animé une conférence de presse ce mardi 16 février 2021 à l’espace Tiwani à Porto-Novo. A cette occasion, il a invité le gouvernement à prendre deux mesures urgentes dans le cadre des élections présidentielles. Bien entendu, il s’est prononcé sur la question controversée du parrainage et la prorogation du mandat du Président Patrice Talon.

Face à la presse nationale et internationale ce mardi 16 février 2021, le Professeur Joël AIVO a invité le gouvernement à prendre deux mesures urgentes dans le cadre des prochaines élections présidentielles. Le candidat investi par le Front pour la Restauration de la Démocratie (FRD), Collectif de l’opposition, était face à une foule impressionnante de partisans lors de la conférence de presse qu’il a animée à l’espace Tiwani à Porto-Novo. Après une lecture approfondie de l’actualité électorale, le Constitutionnaliste invite le Gouvernement à privilégier la voie du dialogue et du consensus en prenant les mesures urgentes suivantes. Primo, Joël AIVO invite le Gouvernement à débarrasser le Bénin du parrainage. Il soutient que les dégâts du parrainage sont déjà là. Ce sont l’infantilisation des députés et maires, l’humiliation de la classe politique, toute chose qui entrave la liberté de candidature et conduit à la privatisation de l’élection. Pour remédier à cela, Joël AIVO suggère l’adoption d’une loi dérogatoire modifiant le code électoral et permettant de reporter l’application du parrainage aux présidentielles après le renouvellement du parlement et des conseils communaux et municipaux à l’issue d’élections libres et pluralistes.

La deuxième mesure urgente sur laquelle le Gouvernement du Président Patrice Talon est invité à se pencher est le réaménagement du calendrier électoral afin de permettre l’organisation de l’élection dans les délais constitutionnels tout en évitant au pays le vide juridique après le 5 avril 2021 à minuit. Il est clair que le Front pour la Restauration de la Démocratie est contre la prorogation du mandat du Président de la République de 45 jours.

« La convocation du scrutin présidentiel pour le 11 avril est une forfaiture »
Pour le conférencier, c’est la première fois depuis le Renouveau démocratique qu’un Gouvernement au Bénin prend le risque politique de convoquer le corps électoral et de fixer l’élection présidentielle après la fin du mandat du président sortant. Le candidat du FRD explique que c’est en application de la constitution du 11 décembre 1990 en son article 42 appliqué aux anciens Présidents SOGLO, KEREKOU et YAYI que le Président Patrice Talon a été élu pour un mandat de 5 ans qui court du 6 avril 2016 au 5 avril 2021 à minuit. « Il est donc clair, sur un plan strictement juridique que le mandat du Président TALON prend fin le 5 avril 2021 et que la convocation du scrutin présidentiel pour le 11 avril est une forfaiture » a-t-il fait remarquer.

La controversée question du parrainage
Pour Joël AIVO, il ne revient pas aux partis acquis pour la cause du pouvoir, le droit de recevoir leurs adversaires, de juger de la pertinence de leurs projets de société, de s’informer sur leur source de financement et leurs idées afin de les sélectionner pour être candidat en face de lui. Nonobstant cette position propre au candidat, le FRD sous la coupole des partis politiques Dynamique Unitaire pour la Démocratie et le Développement (DUD) et Grande Solidarité Républicaine (GSR), a saisi par exploit d’huissier le 05 février 2021 le Secrétaire général national du parti Bloc Républicain, M. Abdoulaye Bio Tchané et M. Bruno Amoussou, Président de l’Union Progressiste pour les informer d’une part du choix de leur duo et d’autre part leur demander la facilitation de l’obtention du parrainage. Malheureusement, ces deux exploits d’huissier n’ont jamais reçu de réponses déplore-t-il.
L’autre sujet brûlant au cœur de la conférence de presse animée par le candidat de l’opposition est relatif aux dossiers déposés à la CENA. « La CENA doit la vérité et toute la vérité à notre peuple. La CENA doit préciser, sans entretenir le moindre amalgame sur tous les candidats qu’il ne manque aucune pièce au dossier de candidature de l’Ambassadeur Moïse KEREKOU et moi-même. Tout y était. » A martelé Joël AIVO. Que ce soit la quittance de paiement au Trésor public de la caution de 50 millions de FCFA, les quitus fiscaux et toutes les autres pièces, le duo présenté par le FRD affirme haut et fort avoir présenté un dossier complet sauf le parrainage.

Fidèle KENOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *