.
.

Le triomphe de la vérité

.

Politiques publiques et construction de l’Etat national: Le cas de l’Afrique de l’Ouest francophone au cœur d’un colloque au Bénin


Prof (MC) Nassirou BAKO-ARIFARI Président du comité d’organisation du colloque

Le Département de Sociologie-Anthropologie de l’Université d’Abomey-Calavi en collaboration avec le Laboratoire d’études et recherches sur les dynamiques sociales et le développement (Lasdel) a procédé, ce mercredi 13 janvier 2021, à l’ouverture officielle d’un colloque international soutenu par la Fondation Friedrich Ebert. La cérémonie s’est tenue à l’amphithéâtre Idriss Déby en présence du Recteur de l’UAC du Représentant résident de la Fondation Friedrich Ebert, de la Vice Doyenne de la Fashs et de plusieurs enseignants, enseignants-chercheurs, professionnels de divers secteurs et des autorités politico-administratives.

« Politiques publiques et construction de l’Etat national en Afrique de l’Ouest francophone » est le thème du colloque pluridisciplinaire qu’accueille l’Université d’Abomey-Calavi du mercredi 13 au vendredi 15 janvier 2021. Initiée par le Département de Sociologie-Anthropologie de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) en collaboration avec le Laboratoire d’études et recherches sur les dynamiques sociales et le développement (Lasdel), cette grande croisade scientifique ayant réuni des participants venus de divers pays de l’Afrique et de l’Europe, revêt plusieurs caractères dont celui de la scientificité en lien avec les politiques publiques et la construction de l’Etat national en Afrique de l’Ouest francophone. A en croire le Président du Comité d’organisation, le Professeur Nassirou Bako-Arifari, cette rencontre va permettre aux participants de présenter les résultats de leurs différents travaux de recherche à travers trois axes à savoir : Élections, projets de société et politiques publiques, Action publique, biens publics et services publics, et Migrations, brassage intercommunautaire et construction de l´Etat. Justifiant l’importance du thème retenu pour ce colloque, le Professeur Bako-Arifari a fait savoir que : « dans le monde en général et en Afrique en particulier, il s´observe de plus en plus que la vie sociale est intimement liée aux politiques publiques, lesquelles sont l’émanation de la demande sociale telle que comprise par le politique. Menée en fonction des formes d’intervention de l´État, l’analyse des politiques publiques dont le champ d’action est très vaste aide à comprendre les raisons de leur élaboration ainsi que de leur mise en œuvre, la logique puis les effets des acteurs impliqués ». Pour lui, les enjeux des politiques publiques peuvent être structurés autour des logiques rationnelles qui encadrent les décisions qu´elles génèrent. « A cet effet, il est besoin de recourir à la sociologie de l´action publique qui accorde une place de choix aux rôles que jouent les acteurs, leurs interactions individuelles et collectives sans oublier les approches stratégiques et cognitives traduisant les ressources qui sous-tendent lesdits rôles », a-t-il expliqué, tout en précisant que la particularité de ce colloque international, est qu´il offre l´occasion aux chercheurs-participants de contribuer à mettre en perspective analytique les rapports dynamiques, entre politiques publiques et processus de construction de l´Etat national dans une Afrique de l´ouest francophone qui, depuis environ une trentaine d´années, fait l’expérience de la transition ou de la consolidation démocratique. Il a pour finir adressé ses sincères remerciements à tous les partenaires techniques et financiers au plan national, qui ont soutenu le comité d’organisation de cet important événement scientifique qui permet de recentrer davantage la problématique des politiques publiques et la construction de l’Etat national en Afrique de l’Ouest francophone, notamment la Fondation Friedrich Ebert, représentée à cette cérémonie d’ouverture par son Représentant résident, Dr. Hans Joachim Preuss.

Un colloque qui vient à point nommé

Vue partielle du présidium à l’ouverture du colloque international sur les politiques publiques

Dans son intervention, le Recteur de l’UAC, le Prof. Maxime da Cruz a souligné que la vie sociale dans divers pays est indissociable des politiques publiques émanant de la demande sociale ou de l’offre politique, et menée en fonction de diverses formes d’intervention de l’Etat. « C’est dire que la thématique centrale du colloque ne laisse aucune catégorie sociale en marge, qu’il s’agisse des gouvernants, des gouvernés, des partenaires au développement, et même de la communauté internationale. Mieux, elle cristallise l’actualité des pays jeunes Etats ouest-africains toujours en quête de stabilité, et où la création de l’identité nationale bute souvent contre l’évidence des singularités identitaires qui se montrent chaque jour un peu plus marquantes », a-t-il martelé. En outre, il a affirmé que devant des préoccupations aussi capitales que celles qui seront abordées au cours des trois jours de travaux, toute université sérieuse se doit plus que jamais d’apporter son entier et inconditionnel soutien à une initiative aussi importante que celle-ci, car selon le Recteur da Cruz, cette initiative à laquelle la communauté scientifique et technique de l’Université d’Abomey-Calavi ne ménage pas son appui, représente un creuset transnational pluridisciplinaire de réflexions participatives sur les rapports possibles des politiques publiques à la problématique de la construction de l’Etat national. Quant à la représentante de la Doyenne de la Faculté des sciences humaines et sociales, Prof. Sylvie de Chacus, il ressort de son intervention que l’organisation de ce colloque arrive à point nommé, parce que le sujet qui y sera débattu est un sujet d’actualité qui revêt un grand intérêt pour les pays francophones de l’Afrique de l’Ouest. En effet, « l’analyse des politiques publiques et la construction de l’Etat-national sont devenues progressivement un vaste champ autonome, aux paysages multiples, qui se compose d’axes de recherches, voire de paradigmes, variés, dont les chercheurs à des degrés divers sont inspirés », a-t-elle poursuivi. La Vice Doyenne de la Faculté des sciences humaines et sociales, Prof. Sylvie de Chacus, n’a pas manqué de féliciter les différents comités et sous-comités qui se sont mis à l’œuvre pour que ce colloque se tienne. A noter qu’au terme de cette cérémonie d’ouverture, les participants ont eu droit à une conférence inaugurale qui a porté sur le thème : « Politiques publiques et modèles voyageurs à l’épreuve des contextes en Afrique », et qu’a animé le Professeur Jean-Pierre Olivier de Sardan, Directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique (France), Chercheur au Lasdel, Professeur associé à l’Université Abdou Moumouni du Niger.

Laurent D. KOSSOUHO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *