.
.

Le triomphe de la vérité

.

Soutenance de thèse de doctorat en sociologie du développement: Abriel A. Voglozin obtient la mention très honorable avec autorisation de publication


Dr Abriel Ayissèna Voglozin

La salle des professeurs sise à l’ex-Flash de l’Université d’Abomey-Calavi a abrité, le jeudi 22 octobre 2020 par visioconférence, la soutenance de thèse de madame Abriel Ayissèna VOGLOZIN. Les travaux de recherche de cette thèse ont été menés sous la direction de Professeur Albert TINGBE-AZALOU, Professeur Titulaire des Universités du Cames et sous la co-direction du Docteur Sidonie C. HEDIBLE, Maître de Conférences des Universités du Cames.

« Persistance du faible accès des femmes-cadres béninoises aux hauts emplois de l’administration publique » est le sujet de la thèse défendue par Abriel Ayissèna VOGLOZIN à l’Université d’Abomey-Calavi la semaine dernière. Dans sa présentation, elle a fait savoir que l’objectif principal de cette recherche est d’analyser les déterminants de la persistance du faible accès des femmes-cadres aux hauts emplois dans l’administration publique au Bénin. A cet effet, elle a mené sa recherche dans les trois ministères issus de la scission de l’ex Ministère du Travail, de la Fonction Publique et des Affaires Sociales, auprès de 217 acteurs. A en croire ses propos, cette recherche a abouti à divers résultats qui montrent que les représentations sociales de la femme constituent des freins à l’accès des femmes-cadres aux hauts emplois de l’administration publique. Par ailleurs, elle a fait remarquer que les contraintes administratives et professionnelles influencent l’accès des femmes-cadres béninoises aux hauts emplois de l’administration publique. « De plus, il existe un jeu des acteurs du système administration publique béninoise autour du positionnement aux postes administratifs qui explique la persistance du phénomène étudié », a-t-elle ajouté. Au terme de sa présentation, chacun des membres du jury international composé des Professeurs Cyriaque AHODEKON SESSOU, Albert TINGBE-AZALOU, Dr. Sidonie C. HEDIBLE de l’Université d’Abomey-Calavi, Afiwa Pépévi KPAKPO-LODONOU de l’Université de Lomé et Amadou OUMAROU de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, a pris la parole pour faire ses observations et apports pour l’amélioration du document, ainsi que ses diverses questions. Au terme des délibérations, le jury a déclaré l’impétrante digne du grade de Docteur de l’UAC en sociologie-anthropologie, Option sociologie du développement, spécialité sociologie du développement avec la mention très honorable avec autorisation de publication à l’unanimité avec les observations suivantes : sujet pertinent et d’actualité conduit avec une démarche méthodologie rigoureuse avec à la clef l’analyse prospective, résultats probants et très bonne soutenance, avec les félicitations du jury. 

Qui est Dr. Abriel Ayissèna VOGLOZIN ?

Née le 24 juillet 1976 à Dangbo, Abriel Ayissèna Voglozin a obtenu son Baccalauréat série D en 1995.Elle s’est ensuite inscrite en 1995 en Gestion Commerciale à l’Institut National d’Economie (INE) et a obtenu un Diplôme de Technicien Supérieur. Attirée par la Gestion des Ressources Humaines, elle s’est inscrite, en octobre 2000, à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature afin d’obtenir le Diplôme du Cycle 2 de l’ENAM en 2002. Passionnée par les sciences humaines et sociales, elle s’est inscrite en 2013 à l’Ecole Doctorale Pluridisciplinaire « Espaces, Cultures et Développement » de l’UAC dans la filière Sociologie du Développement pour l’obtention du Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) en 2016. Aimant la recherche et le monde scientifique, Abriel Ayissèna Voglozin y poursuivit la même année sa thèse. Elle a par ailleurs obtenu d’autres diplômes à savoir une Certification de « Conseiller en Formation Continue et Apprentissage (CFCA) » au CAFOC Aix-Marseille de France en 2005, un Master en « Intégration Pédagogique des TIC », de l’Université de Montréal au Canada en 2006, un Master en Gestion des Systèmes Educatifs, de l’Université SENGHOR d’Alexandrie en Egypte en 2010. Elle a à son actif trois publications scientifiques, et a également présenté deux communications à deux colloques internationaux. Sur le plan professionnel, Dr. Abriel Ayissèna Voglozin a pris service dans la fonction publique au Ministère de l’Industrie, le 14 septembre 2009. Après avoir été cadre de la Direction des Ressources Humaines de 2009 à 2012, elle a été affectée au Centre de perfectionnement et d’Assistance en Gestion (CEPAG) où elle a occupé le poste de Responsable de la Gestion des Ressources Humaines de 2012 à 2014. Elle a ensuite été le Chef Département Formation et Assistance de 2014 à 2018, où elle a été nommée Directrice du Commerce Extérieur au Ministère de l’Industrie et du Commerce, poste qu’elle a occupé de septembre 2018 à janvier 2020. A ce jour, elle est Cadre du Secrétariat Général dudit ministère. Elle est également, depuis octobre 2002, chargée de cours de Management et de Gestion des Ressources Humaines dans certaines universités publiques et privées du Bénin.

Ils ont dit …

Prof. Albert TINGBE-AZALOU, Directeur de thèse: « Elle m’a donné l’air d’une étudiante vive d’esprit»

«J’ai accepté d’encadrer sa thèse de doctorat parce que Madame Abriel Voglozin m’a donné l’air d’une étudiante vive d’esprit. Elle a régulièrement honoré les rendez-vous pris et n’a jamais hésité à reprendre toutes les fois qu’elle était persuadée que c’était nécessaire pour l’amélioration de la qualité scientifique de son travail. Elle s’est montrée disponible pour l’exécution de certains travaux scientifiques que j’ai bien voulus lui confier. En se présentant de son plein gré ce jour 22 octobre 2020 pour soutenir publiquement sa thèse de doctorat, Madame Abriel Voglozin présente la posture d’un apprenant qui accepte d’affronter la présente épreuve qui annoncerait sans doute le début d’une longue aventure scientifique».

Prof. Cyriaque AHODEKON SESSOU, Président du jury: «Elle a obtenu des résultats probants»

« Elle a abordé un sujet très intéressant, très pertinent et d’actualité, parce que on voit aujourd’hui que dans l’administration publique, l’accès des femmes aux hauts emplois constitue un véritable problème. C’est ce qu’elle a essayé de démontrer dans sa thèse en montrant qu’il y a certaines représentations qui font que les femmes ne sont pas promues aux emplois publics. Elle l’a démontré à travers une méthodologie rigoureuse et a obtenu des résultats probants. C’est une thèse qui devrait pouvoir faire un déclic dans l’accès des femmes aux emplois publics. Si les autorités viennent à lire ou à avoir un petit élément de ce document, ça devrait les ‘’réveiller’’ pour la promotion des femmes ».

Dr. Sidonie Clarisse HEDIBLE, membre du jury: «Le sujet aborde le danger qui plane sur l’administration publique»

« Par rapport au fond, le sujet choisi est pertinent, la démarche est appropriée au regard de la sociologie du développement et plus précisément de la sociologie des organisations. Il aborde le danger qui plane sur l’administration par l’inégale promotion des cadres aux hauts emplois techniques. Le problème est pertinent. La démarche méthodologique mise en œuvre permet d’obtenir des résultats probants »

Amadou OUMAROU, membre du jury: « C’est une thèse assez intéressante»

« Les résultats permettent de connaître les attributs des femmes et les contraintes auxquelles elles font face et on se rend compte qu’il existe des similarités avec le Niger. Il s’agit d’une thèse assez intéressante et c’est la première fois que je lis un texte de femme sans avoir un discours militant »

Afiwa Pépévi KPAKPO-LODONOU, membre du jury:« Le sujet est traité avec une démarche méthodologique rigoureuse »

«La candidate aborde les construits sociaux en rapport avec l’accès des femmes aux hauts emplois dans la fonction publique. Elle a identifié le problème de la persistance du faible accès des femmes cadres aux hauts emplois de la fonction publique. Les résultats obtenus sont expliqués par les représentations sociales, les contraintes administratives et le jeu des acteurs. Le sujet est traité avec une démarche méthodologique rigoureuse. Je pense que la candidate a présenté un travail sérieux et posé des problèmes d’actualité qu’elle inscrit dans le développement de l’Afrique avec des politiques élaborées mais jamais exécutées».

Laurent D. KOSSOUHO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *