.
.

Le triomphe de la vérité

.

Rencontres musicales africaines 2020: Le Bénin représenté par le promoteur culturel Ulrich Vivance Kpoguè


Vue partielle des participants aux REMA

« Musique, digital et économies locales : comment développer des outils adaptés ? », est le thème de l’édition 2020 des « Rencontres musicales africaines » qui ont réuni plusieurs promoteurs de l’industrie musicale à Ouagadougou du 22 au 24 octobre 2020. En effet, l’univers de la musique est resté longtemps isolé des changements sociétaux et économiques, reposant sur des fonctionnements inchangés pour plusieurs raisons liées à des intrigues et autres maux de ses propres acteurs. Mais aujourd’hui, l’on constate qu’à la suite de l’industrie du disque et de la musique enregistrée, le monde de la musique subit des changements profonds qui la forcent à se repositionner, à s’ouvrir et à envisager différemment son évolution. Le phénomène de la digitalisation est un enjeu déterminant pour l’avenir des industries culturelles et créatives avec un taux de pénétration important des téléphones intelligents dans les pays. Ainsi, la mutation du digital peut engendrer un impact positif sur la musique. D’où la nécessité pour les acteurs du secteur de mener des réflexions pour faire allier le digital à leur environnement, notamment avec des promoteurs culturels qui constituent une béquille à la vitalité du showbiz. Le métier de promoteur dans l’industrie des arts est devenu donc transversal face à la montée en puissance des Nouvelles technologies de l’information et de la communication. A travers cet événement, les Rencontres Musicales Africaines (REMA) offrent les pistes de sortie des chantiers battus aux participants en vue de leur permettre de survivre dans cette jungle de plus en plus concurrentielle. Au nombre de ces promoteurs, artistes, producteurs et autres acteurs influents du showbizness africain ayant pris part aux travaux, figure en pole position le jeune promoteur culturel, producteur et acteur du showbiz béninois Ulrich Vivance Kpoguè, Commissaire général du Festival international jour du bilan (Fijob). A cette occasion, il a partagé avec ses pairs non seulement ses nombreuses années d’expériences dans l’industrialisation de la musique, mais aussi et surtout ses points de vue sur le thème de la rencontre. Il en a profité pour faire la promotion de sa ligne de vêtements « Ulvance Paris ».

Laurent D. KOSSOUHO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *