.
.

Le triomphe de la vérité

.

Saliou Adamou, premier vice-président du parti: « Notre silence au MPL n’est pas par peur, ni du défaitisme mais une question de responsabilité»


Le vice-président du Mouvement Populaire de Libération (MPL), Saliou Adamou

Invité de la chaîne privée de télévision, E-Télé, le vice-président du Mouvement Populaire de Libération (MPL) Saliou Adamou a justifié le silence observé depuis quelques mois par son parti face à une actualité politique pourtant brûlante. « Notre silence au sein du MPL n’est pas par peur, ni du défaitisme mais pour nous, c’est une question de responsabilité » a-t –il défendu. « Nous avions pris notre responsabilité de réunir la jeunesse et les femmes au sein d’un cadre légal pour un devenir meilleur de notre pays, cela ne reste que celle des différentes institutions, celle du gouvernement et son chef » a souligné le numéro 2 de cette formation politique qui figure sur la liste des rares partis politiques disposant d’une existence légale au Bénin dans le contexte de la réforme du système partisan. Même s’il estime à propos de cette réforme qu’elle est «est mal pensée, à cause de son caractère exclusif et anticonstitutionnel. » Et de poursuivre : « Une réforme s’entend comme toute modification apportée à un système dans le vue de l’amélioration de ce système. Alors une réforme ne saurait créer tant de problèmes plus qu’elle en résout. Le paradoxe est qu’au Bénin, les réformes créent plus de problèmes plus qu’il en avait. L’invité de E-Télé fait constater aussi que «Certains communicants, pour plaire au chef, se nourrissent de la démagogie même s’il faut brûler le pays, mais nous n’allons plus accepter car nos militants sont outillés sur l’amour de la patrie dans les 77 communes et dans plusieurs Arrondissements de notre pays ! »
A propos du récent décret signé par le président Patrice Talon, relatif au financement des partis politiques, il y trouve une certaine « injustice ». Et pour la corriger, il pense qu’il faut simplement revoir les lois à problèmes et permettre à tout parti de bénéficier de ce financement de façon échelonnée et proportionnellement aux partis politiques ayant des élus.
En ce qui concerne la présidentielle 2021 qui se tient dans 6 mois environ, Saliou Adamou fera savoir que « 2021 est une mission pour la nouvelle génération que nous sommes puisqu’une génération c’est 30ans ». De 1960 à 1990, selon lui, « il y a eu une génération qui a laissé le pouvoir à ceux qui nous dirigent aujourd’hui et ceux qui nous ont dirigés hier ». Il y a maintenant la génération de 1990 à 2020 qui, à le croire, tend vers sa fin, car atteint le cycle des 30 ans. Quant à la lettre de certains opposants béninois au président français, Emmanuel Macron pour y dénoncer la gouvernance au Bénin sous Patrice Talon, voici ce qu’en dit le vice-président du MPL : « La lettre des opposants à Macron n’est pas mal, ils font ce qu’ils peuvent de leurs côtés et nous aussi, nous faisons ce qui est le nôtre. Ensemble, nous allons harmoniser, conjuguer les efforts pour atteindre l’idéal commun ».
Sur le plateau de E-Télé, Saliou Adamou a également tenu à rendre hommage à titre personnel à l’ancien Chef de l’Etat, Boni Yayi. « Il a su gérer ce pays en organisant des élections inclusives, libres transparentes et sans morts d’hommes avant ou après les élections et ceci durant 10ans ! C’est un mérite ! » a-t-il reconnu.

Christian TCHANOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *