.
.

Le triomphe de la vérité

.

Classe politique béninoise: «Les Démocrates», Yayi et le nouveau miracle attendu !


L’ancien Président de la République, Boni Yayi

Les attentes sont sans doute pressantes de voir le tout nouveau parti autoriser par le ministère de l’intérieur, suite au dépôt des pièces nécessaires, il y a quelques jours. Dans le camp des «Yayistes », il n’y a pas mieux qui fait rêver actuellement. Question cependant : le parti « Les Démocrates » qu’ils portent désormais avec bonheur aura ou n’aura pas son acte officiel et légal de naissance ? Seuls Sacca Lafia et ses collaborateurs ont le dernier mot dans tous les cas. Si toutes les pièces présentées répondent aux nouvelles dispositions de la Charte des partis politiques, l’esprit républicain et la bonne foi du gouvernement devraient permettre aux porteurs du nouveau bébé en route de le faire venir sans anicroches dans un monde politique pour le moins complexe. Il y va également de la virilité absolue de la démocratie béninoise, qui après 30 ans d’âge, ne devrait pas souffrir d’enfanter en toute flexibilité.
Seulement voilà : quelle marge de manœuvre réelle pour ce nouveau parti et ses acteurs qui n’ont pas tardé à dévoiler l’ultime objectif de leur combat. A savoir, reconquérir le pouvoir d’Etat. 2021 est déjà dans leur viseur et ils croient dur comme le fer qu’ils y arriveront. L’embarras du béninois lambda n’est pas moins grand. Par quel miracle, ce nouveau parti, qui ne dispose presque d’aucun atout au regard des nouvelles réformes électorales, peut opérer pour atteindre cet objectif ? La seule question cruciale du parrainage exigé à toute candidature à la présidentielle par 16 maires ou 16 députés permet de tirer hâtivement la conclusion que « Les Démocrates » sont d’office hors course. Pour n’avoir à disposition, ni maire ni député actuellement, la possibilité qu’ils en trouvent auprès des autres est la pire des rêveries qu’ils doivent écarter de tous les calculs à faire. Exister oui, mais sans se valoriser à travers les prochaines joutes électorales dont la présidentielle 2021, est une équation pour le moins difficile à résoudre dans le camp des « Yayistes ». En démissionnant définitivement de son ex-parti adoré, FCBE, avec une vague de proches et fidèles intraitables, l’on savait que l’ex-Chef de l’Etat, Boni Yayi n’a pas fini avec la politique béninoise. Ce n’était que quelques pas en arrière pour un sursaut plus spectaculaire encore. Si le parti « FCBE » était devenu presque la raison de son existence, à l’époque, « Les Démocrates » dont il est aujourd’hui l’un des grands artisans, est une formation politique qu’il porte désormais de tout son cœur. La preuve patente est que tous ceux qui ont fait dos à la famille « Cauris » avec lui, ont tous joint des deux pieds le camp des « Démocrates ». Alassani Tigri, Nourénou Atchadé, Amos Elègbè, Naomi Azaria et autres ne sont pas devenus Démocrates sans Yayi. C’est vrai que le numéro un de cette nouvelle formation politique, Eric Houndété, n’était pas un Yayiste bon teint, encore moins un cacique de « FCBE ». C’est une nouvelle recrue politique dans le rang des Yayistes, dont l’opposition farouche et sans faille au pouvoir Talon, lui a davantage fait gagner l’estime du prince de Tchaourou. Eric Houndété n’avait pas d’ailleurs le choix s’il veut garantir sa survie politique, loin de ses troupes intrépides d’avant dont l’ex Union fait la nation et un certain Lazare Sèhoueto avec qui, il avait formé un duo politique de fer sur plusieurs décennies et face à des régimes qu’ils combattaient en unisson. D’aucuns le soupçonnent déjà d’être la star en vue des Démocrates pour la bataille fatale de la présidentielle 2021. Le nouveau leader tout trouvé pour conduire le nouveau camp Yayiste vers des lendemains politiquement onéreux. Ils comptent sur leur détermination et sur une certaine solidarité du peuple à leur combat face à un pouvoir Talon qui ne faiblit pas dans sa rigidité, dusse-t-il mettre en péril sa popularité. Exister est une chose, gagner le pouvoir en est une autre. Chez « Les Démocrates » et chez Yayi, tout porte croire à que seul, un miracle pourrait se produire lors du combat présidentiel de 2021 pour contrarier toute analyse objective actuelle.

Christian TCHANOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Classe politique béninoise: «Les Démocrates», Yayi et le nouveau miracle attendu !

  1. DEMAKOS

    Ce qui a fait que Soglo et Yayi n’ont pas eu la notoriété qu’avait eu Kérékou après son départ du pouvoir, c’est de ne s’être plus impliqué de manière partisane dans la politique.
    Et c’est ce que n’arrive pas encore à faire nos 2 anciens président de la république encore en vie.
    C’est dommage car tout le peuple béninois, tous bords politiques confondus, a toujours besoin de leurs conseils sages et non partisans.
    Ils n’ont qu’à y réfléchir et commencer à se mettre au dessus de la mêlée.
    Il faut reconnaître que ce ne sera pas facile, d’autant plus que leurs courtisans acharnés ne l’entendront pas de cette oreille.
    Mais le dernier mot leur revient.
    Qui veut peut. Point final.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *