.
.

Le triomphe de la vérité

.

Epargne en ligne: Les corollaires d’une activité rentable et très tendance


Carte de Tontine

La tontine en ligne est une épargne, qui se fait par un mode de paiement électronique dont Mobile money, Flooz, et autres, via les réseaux sociaux. C’est une activité rentable pour ceux qui s’y adonnent. Seulement, les risques de perte égalent tout autant ce côté positif. Une enquête sur ce secteur d’activité en dit plus.

Transfert d’argent, livraison d’un même article à différentes personnes à tour de rôle et de façon périodique. Tout ceci à partir d’un groupe créé sur les réseaux sociaux qui met en relation des personnes. Ce sont là quelques caractéristiques de l’épargne en ligne qui bat son plein sur les réseaux sociaux. A en croire les pratiquants, cette forme d’épargne qu’elle soit pour du numéraire ou des articles, nourrit bien son homme. « C’est mieux que rien, c’est rentable. Au moins tu as quelque chose dans ta main, c’est déjà important » confie Ariane Akpo, jeune promotrice de tontine en ligne à Porto- novo. Selon son développement, cette forme d’épargne se fait par tranche et la durée de l’épargne dépend, pour ce qui concerne les articles, de leur prix. Pour un article de 15.000FCFA, par exemple, poursuit-elle, la tontine peut s’étendre sur une durée de cinq semaines, réunissant les personnes intéressées par l’article. On peut cependant payer par jour ou par semaine, selon donc ses moyens. Alors, si c’est par semaine qu’on décide d’épargner et qu’il y a 5 personnes dans le groupe, chacun devra alors donner 3 500FCFA, sur 5 semaines. Ce qui au bout de chaque semaine comptabilise une somme totale de 18000 FCFA et fait gagner à la promotrice « la différence des 3000FCFA ».
L’épargne en ligne est considérée comme une activité qui nécessite un capital, et l’habileté à être à la tendance, en ce qui concerne évidemment le choix des articles à proposer. La particularité de cette activité, c’est qu’un article est acheté, sans toutefois être obligé de le payer en même temps. Ce qui captive d’ailleurs l’attention de la population. « Je fais cette tontine parce que j’ai une facilité d’achat. L’avantage est que je paie le prix de l’article à petit coût, sur une période donnée, sans sentir ce que je débourse », explique Martina Adjé, membre d’un groupe de tontine en ligne.

Les promoteurs dans la tourmente
Si la tontine en ligne permet non seulement aux promoteurs de se remplir les poches et aux bénéficiaires d’entrer en possession du numéraire ou de certains articles, elle n’est pas sans risque pour ces mêmes personnes qui, malgré cela, décident de fermer les yeux sur les enjeux. Ce qui a conduit certains promoteurs à fermer leur entreprise de tontine électronique. C’est le cas de Sandra Mello, promotrice d’un groupe d’épargne en ligne, qui ne supporte plus les contraintes liées à cette activité. « Cela me donne les maux de tête, je n’ai pas pu supporter cela. Il y a une règle selon laquelle tout le monde doit au plus tard envoyer sa partition le vendredi à 20heures. Si non une pénalité est de rigueur. Au lieu de 3500FCFA, la personne amendée est tenue de payer 3700 FCFA. Mais, les retards se sont accumulés et ne me permettent pas de payer à temps les bénéficiaires. Il faut parler, rappeler même à certains qu’ils doivent honorer leur engagement », justifie la promotrice, tout en insistant sur la nécessité de disposer de personnes sérieuses pour réussir une épargne en ligne. En réalité, malgré toutes ses exigences pour amener tout le monde à se mettre au pas, certains ne s’y prêtent toujours pas, rendant difficile la gestion de la tontine et mettant en posture difficile les promoteurs. Ceux-ci sont parfois contraints de combler le vide. D’un autre côté, c’est l’escroquerie qui est de mise chez certains promoteurs de groupes fictifs. « J’ai payé une fois la première tranche de 4000FCFA dans une tontine de bazin, que j’ai intégrée par un lien qui m’a été envoyé. Après cela, je n’ai plus eu de nouvelles. Je ne connaissais pas les membres, c’est par un lien que j’ai intégré. Après plusieurs tentatives pour récupérer mon argent, je n’ai pas eu gain de cause et j’ai dû laisser tomber », raconte avec amertume Martina Adjé.

Quid des bénéficiaires ?

Les bénéficiaires ne sont pas dispensés des difficultés liées à l’épargne en ligne. Pour la plupart, les membres des groupes créés sur les réseaux sociaux ne se connaissent pas. Ce qui ne rassure pas certains. « J’ai quitté mon groupe de tontine parce que je n’étais plus intéressée. Je ne connaissais pas les autres membres du groupe, et la présidente était juste ma seule garantie, mais elle a été désagréable avec moi donc j’ai préféré me retirer. Rien de formel, ni de grave, juste une sorte d’incompréhension mais par conviction personnelle, j’ai arrêté parce que je me suis dit que ce mauvais départ ne présage rien de bon plus tard. Ceci reste quand même une épargne à risques, surtout quand tu tombes sur de mauvaises personnes qui peuvent disparaitre avec ton argent », témoigne Phinole Ahounou, ancien membre d’un groupe de tontine en ligne. Dans les groupes de tontine en ligne, la date de transfert du numéraire au bénéficiaire n’est souvent pas respectée, suite à plusieurs difficultés. « Pour la tontine, j’étais au quatrième tour, et à la date même où je devais ramasser, on me présente des excuses comme quoi, un membre du groupe a passé l’argent pour aider son mari qui a été accidenté. Alors que je voulais l’argent pour offrir le voyage à ma fille. J’ai dû attendre le tour suivant avant que ma fille ne voyage », confie avec amertume Claire Ahounou, membre d’un groupe d’épargne en ligne, qui se montre également très réticente vis-à-vis de la promotrice du groupe. « La tontinière a d’autres affaires qu’elle gère et elle a un emplacement. Cela fait qu’on a un peu confiance. Comme toute tontine, c’est à nos risques et périls », ajoute-t-elle. Mais, le retard constaté dans le paiement est dû à plusieurs facteurs, notamment, le manque d’argent pour honorer l’engagement de la semaine, le délai de la tontine qui est assez long et ennuyeux, et même la poursuite de la tontine après l’acquisition de l’article. « Ce n’est pas facile de payer après avoir reçu l’article. Il faut donc de la détermination pour honorer ses engagements », reconnait Martina Adjé.

Réalité de la Tontine à carte
Avec l’avènement des tontines électroniques, celles à carte se retrouvent négligées et mises de côté. Le plus grand nombre est maintenant abonné à l’épargne électronique. Toutefois, quelques personnes conservent les vielles habitudes. C’est le cas de Arnaud Amétépé, un habitué des deux tontines, qui, contrairement à d’autres, préfère la tontine à carte. « La tontine à carte est comme une épargne à la banque. C’est ce que tu déposes que tu prends à la fin de la tontine, et c’est fixe. Tu paies, et retires quand tu veux. Personne ne te force. En ce qui concerne la tontine électronique, tu es contraint de payer si non, tu es retiré de la liste », explique-t-il. A l’opposé de la tontine électronique, la tontine à carte nécessite le déplacement quotidien du chargé de caisse vers le client, et vice versa. Si le montant de celle électronique est fixée d’avance, la particularité de l’épargne à carte est qu’elle est facultative et plus relaxe, du point de vue contraintes et stress. La gérante de « Médédowa et fils », une entreprise mixte sise à Gbodjè, explique qu’il suffit juste de choisir le montant à payer et de fixer la durée voulue. L’inscription est gratuite, rappelle-t-elle, en ajoutant que le client est libre de payer quand il veut. Seulement, l’entreprise se chargera de soustraire le montant qu’il a choisi épargner à la fin de sa tontine. « Si quelqu’un souscrit pour une tontine de 100 FCFA, à la fin de la tontine la caisse prend 100FCFA, peu importe la durée de la tontine. Si c’est une tontine de 200FCFA ou 5 000FCFA, c’est pareil », poursuit-elle. L’autre particularité de cette forme de tontine est que le client peut également arrêter de payer quand il le veut, et retirer son argent. Si toutefois la tontine électronique est plus pratique et plus tendance, il n’en demeure pas moins que certains sont toujours attachés aux méthodes traditionnelles.

Yédiya Allotchemey (Stag.)

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *