.
.

Le triomphe de la vérité

.

Après sa libération: Le journaliste Ignace Sossou fait un recours en cassation


Le journaliste Ignace Sossou

L’affaire passera désormais devant la Cour Suprême. Ainsi en a décidé Ignace Sossou, journaliste incarcéré et condamné à 12 mois de prison dont six ferme. Son avocat a saisi ce mercredi 24 juin, la Cour suprême afin de contester les charges retenues contre son client. Maitre Brice Houssou a mené cette procédure au moment où son client sortait de prison, après six mois de détention. En effet, détenu depuis décembre 2019, le journaliste Ignace Sossou a recouvré sa liberté ce mercredi. L’air apparemment gai, l’homme resté en détention depuis décembre à la prison civile de Cotonou, se dit très heureux de pouvoir retrouver le bain familial ainsi que ses proches. « Je suis heureux de retrouver ma famille, mes proches et mes collaborateurs », a-t-il confié. Mais, le journaliste pense déjà à renouer avec la plume, après 6 mois de disette. « Je vais m’entretenir avec mon patron qui certainement a un projet pour moi. Dans le cas contraire, je me remets à écrire comme tout bon journaliste », a-t-il expliqué. La libération du jeune journaliste a été saluée par la Présidente de l’Union des professionnels des médias du Bénin (UPMB), Zakiath Latoundji. « C’est un jour de grand soulagement pour l’ensemble des  acteurs des médias et citoyens épris de liberté et de justice dans notre pays. L’UPMB est triste de voir un journaliste payer un prix si fort pour un tweet », a-t-elle déclaré avant de promettre poursuivre le plaidoyer pour une relecture de la loi sur le Code du numérique en République du Bénin. Pour rappel, le journaliste Ignace Sossou avait été condamné pour avoir sorti de leur contexte et publié sur les réseaux sociaux, des propos du Procureur du tribunal de première instance de Cotonou, Mario Métonou, tenus lors d’un forum de CFI. Le procès en cassation devant la Cour suprême pourrait le laver de cette accusation.

Réaction de la Présidente de l’UPMB, Zakiath Latoundji, suite à la libération du journaliste Ignace Sossou

« L’Union des professionnels des médias du Bénin (Upmb) se réjouit de la libération de notre confrère Ignace Sossou ce jour, mercredi 24 juin 2020. C’est un jour de grand soulagement pour l’ensemble des  acteurs des médias et citoyens épris de liberté et de justice dans notre pays.

L’UPMB est triste de voir un journaliste payer un prix si fort pour un tweet

C’est le lieu de dénoncer à nouveau les dispositions liberticides du Code du numérique au Bénin. Cet instrument juridique constitue aujourd’hui une véritable menace pour la liberté de la presse dans notre pays.

L’UPMB va poursuivre son plaidoyer pour la relecture de cette loi qui fait reculer le Bénin sur la voie de la promotion de liberté d’expression et plus spécifiquement de la liberté de la presse dans la sous-région »

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *