.
.

Le triomphe de la vérité

.

Mondial 2022 de pétanque au Bénin : La CASB s’imprègne de l’évolution des préparatifs


Le président de la CASB, l’honorable Idrissou Ibrahima

Cotonou, la capitale économique du Bénin, abritera en 2022, le 50e championnat du monde de pétanque. A cet effet, la partie béninoise s’active. Mais, où en est-elle réellement ? C’est ce qu’a voulu savoir le président de la Confédération africaine des sports boules (Casb), le Béninois Idrissou Ibrahima, qui a organisé, le jeudi 18 juin 2020, au siège de l’Institution, une séance de travail avec les membres de la fédération béninoise de pétanque. Ladite séance a permis au patron des sports boules continentales, d’entendre de la part des représentants de la partie béninoise auprès de l’Institution continentale, le niveau d’avancement des préparatifs entrant dans le cadre de l’organisation de ce 50e championnat du monde de pétanque, qu’a accordé la Fédération internationale de pétanque et jeu provençal (FIPJP). «Car, il est important, normal de faire le point des préparatifs afin d’y déceler les zones d’ombres, insuffisance et autres goulots d’étranglements éventuels à corriger très tôt », a déclaré le président qui a fait savoir que le mondial 2022 doit se tenir.  Il n’a pas manqué de saluer le gouvernement qui envisage faire de cet évènement une réussite sportive qui marquera l’histoire des boules au monde. «La fédération internationale et la confédération africaine sont prêtes », a-t-il insisté tout en rappelant que le président de la FIPJP, Claude Azéma reviendra au Bénin pour évaluer les préparatifs bientôt.

De son côté, Casimir Djossou, secrétaire général, représentant du comité exécutif la fédération béninoise de pétanque a rassuré que la fédération béninoise ne reste pas les bras croiser en ce qui concerne les démarches devant aboutir à la réussite de l’organisation de l’évènement. «Je voudrais rassurer tout le monde que la fédération travaille. A ce jour, je puis vous dire que le bureau exécutif a pu identifier déjà le site qui abritera le boulodrome pour le championnat du monde. C’est à Finangnon Tokplégbé», a-t-il confié avant d’annoncer que le comité attend l’arbitrage du ministère afin de savoir les autres démarches à mener. Le secrétaire général a aussi informé que la proposition du budget de l’organisation est déjà déposée sur la table du ministre en charge des sports et attend son approbation. «Sans la résolution de ces deux éléments, nous ne pouvons pas bouger », dit-il en saluant l’initiative du président de la confédération africaine de pétanque de les recevoir pour connaitre l’évolution des démarches que mène la fédération à 2 ans pratiquement de ce rendez-vous mondial.

Il faut souligner qu’au cours de l’ouverture de  cette séance de travail, le professeur Emile Mensah Dodji, responsable de la commission anti dopage de la Casb a fait le point des activités menées par sa commission depuis sa mise sur pieds. Aussi, il faut ajouter que dans son intervention liminaire,  le président de la Casb, l’honorable Idrissou Ibrahima a salué le gouvernement ainsi que son président qui a pris des mesures salutaires pour contrecarrer la propagation du virus Covid 19 au Bénin. Il n’a pas manqué d’énoncer le plan à suivre par les acteurs impliqués dans la tenue de cette compétition internationale que le Bénin abritera pour réussir le pari de l’organisation. 

Voici l’intégralité du discours de l’honorable Idrissou Ibrahima, président de la confédération africaine des sports boules à l’ouverture de  la séance de travail

Monsieur le secrétaire général de pétanque et chers amis du comité exécutif

Professeur d’université, monsieur Emile Mensah Dodji, responsable de la section anti dopage ;

Chers membres de ma haute structure de supervision ;

Permettez-moi de remercier sincèrement, en votre nom à tous, le gouvernement de la rupture, du Président de la République du Bénin, son Excellence, Monsieur Patrice Athanase Guillaume Talon, pour avoir pris très tôt de bonnes dispositions sanitaires en vue d’empêcher la propagation dangereuse au Bénin, de l’épidémie à coronavirus qui a fait des dégâts importants en vies humaines dans certains du pays. En conséquence, nous devons continuer d’observer rigoureusement les gestes barrières, pour permettre ce genre de rencontres de ce jeudi 18 juin 2020, à laquelle je vous souhaite la bienvenue dans cette salle historique des boules.

La rencontre de ce matin, disais-je, a pour but de nous imprégner des préparatifs devant marquer l’organisation du 50e championnat du monde de pétanque à Cotonou, au Bénin en 2022.

En effet, après notre dernière rencontre du jeudi 12 décembre 2019, initiée par le ministre béninois des sports, Oswald Homeky, pour apprécier et évaluer les impacts en aval de la tenue effective du mondial 2022, à Cotonou au Bénin, par la fédération internationale de pétanque et jeu provençal FIPJP, vous comprenez qu’ il est important, normal de faire le point des préparatifs afin d’y déceler les zones d’ombres, insuffisance et autres goulots d’étranglements éventuels à corriger très tôt. Car, l’organisation de ce 50e championnat du monde au Bénin en 2022 est perçue et reconnue du comité exécutif, des autorités politiques et sportives, des médias généralistes et spécialisés, comme un évènement phare de la saison sportive à l’échelle nationale, continentale et internationale conformément au programme d’action du gouvernement Talon qui, dans son volet sport entend faire de ce mondial en 2022, à Cotonou, au Bénin, une édition de grande réussite sportive qui marquera l’histoire des sports boules en Afrique et dans le monde. Dans ce cadre, nous avons saisi expressément le ministre béninois des sports en vue d’activer les formalités relatives à la garantie et à l’engagement du gouvernement du Bénin à organiser le mondial en 2022, surtout qu’il a validé le cahier des charges.  En tout état de cause, nous osons croire que le ministère en charge des sports au Bénin  mettra tout en œuvre, de manière rassurante pour faire rêver positivement, pour faire vivre l’Afrique et le monde ce grand rendez-vous des boules en 2022 à Cotonou au Bénin.

Le rêve fortifie l’âme, dit-on. Il est alors permis de rêver. Car, l’espoir en 2022 en pétanque est permis.

Pour notre part, je voudrais vous suggérer la méthodologie ci-après :

-les autorités sportives du Bénin feront le point des préparatifs de façon physique  et autres dispositions à la confédération africaine des sports boules ;

-la fédération béninoise de pétanque sera appelée à faire ses observations et à apprécier l’état des lieux ;

-tous les acteurs impliqués dans l’organisation du mondial de 2022 donneront leurs points de vue, leurs observations et leurs commentaires succincts, concis et précis sur les 2 premiers points de cette méthodologie;

-la confédération africaine des sports boules tirera enfin les conclusions qui s’imposent et qui sont à transmettre à la fédération internationale de pétanque et jeu provençal (FIPJP).

Je vous remercie sans oublier les journalistes sur qui nous comptons pour faire passer ce message. 

Anselme HOUENOUKPO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *