.
.

Le triomphe de la vérité

.

Politique dans la 23ème et 24ème circonscription électorale du Bénin: Yahouédéhou, Hèhomey, Aké et Sèhouéto partagent les communes du Zou


Etre un homme politique sous le régime de la Rupture n’est pas chose facile. Il faut être capable de maintenir son électorat à chaque échéance électorale pour bénéficier de la confiance du chef. Ainsi, si les Robert Gbian, Charles Toko, Samou Adambi, Rachidi Gbadamassi, Edmond Agoua et Abimbola Michèle etc… ont perdu les élections communales dans leurs fiefs respectifs, les cadres politiques de la 24ème circonscription électorale ont pu arriver à se partager les communes internes aux dernières élections du 17 mai.

 En effet, Il n’y a plus de doute. L’emprise de l’honorable Lazard Sèhouéto sur la commune de Zogbodomey est aujourd’hui établie. Cadre et membre du bureau politique de l’Union Progressiste, les choses ont tourné en son avantage malgré l’adhésion à la dernière minute de Désiré Vodonon et de Zéphirien Kindjanhoundé au Bloc Républicain. Il a largement pris de l’avance malgré ses gros poids politiques repêchés à l’approche des dernières heures par le BR pour brouiller les cartes dans la commune. Si l’honorable Gildas Agonkan contrôle Abomey, Djidja, Agbangnizou sont restés presque sans parrain politique, mais les poids respectifs de chacun des hommes politique cités en titre ont pesé fort dans les résultats de ces élections.

Le constat se fait plus savoir au pays Agonlin où trois frères de la même commune se livrent une bataille sans merci pour maintenir la confiance du chef de l’exécutif béninois. Aké Natondé, homme politique révélé sous le régime de Boni Yayi a pu tirer son épingle du jeu lors des législatives de 2019 et se repositionne à nouveau sous le régime de Patrice Talon. Membre du bureau politique de l’Union Progressiste, il a su confirmer la maitrise de son fief, sa commune natale, Covè, en gagnant les élections communales du 17 mai dernier contre ses deux frères du Bloc Républicain, Janvier Yahouédéhou et Hervé Hêhomey, ministre député du régime de Patrice Talon. Le premier, bien connu sur l’échiquier politique national est membre du bureau politique du Bloc Républicain et coordonnateur départemental dudit parti lors des élections communales. Contre toute attente, c’est un élément à lui qui a été élu maire à Zagnanado et lui permet de se repositionner dans les classements. Le second, son frère du même arrondissement à Covè, le ministre des infrastructures s’en sort difficilement dans la commune de Ouinhi où la première tentative de l’élection du maire, de ses adjoints et des chefs d’arrondissement a été un échec, alors que l’homme contrôlerait six élus sur les onze du Bloc Républicain. Ce qui ne suffit pas vraisemblablement pour avoir la mairie car, les cinq élus BR ne lui étant pas fidèles ont formé bloc avec les quatre élus UP pour devenir une majorité qui ne dit pas son nom. Toutes choses que viendra corriger la loi explicative et complétive que vient d’adopter les députés de la 8ème législature. Pour dire que la politique sous la rupture n’est pas une affaire des gens sobres mais des gens lucides qui résistent aux changements et qui s’efforcent à garder leur base pour une confiance digne du premier citoyen.

Yannick SOMALON

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *