.
.

Le triomphe de la vérité

.

Restitution des résultats d’enquête à la Maison des Médias: « TEC Cedeao, un instrument communautaire à repenser », dixit Olivier Allochémé


Olivier Allocheme présentant les résultats de son investigation

Auteur d’une enquête parue dans le quotidien L’Evénement Précis le 29 janvier 2020 et titré : «Tarif extérieur Commun (Tec) : La fraude comme voie de contournement», Olivier Allochémé dit être arrivé à la conclusion qu’il est nécessaire que la Cedeao repense cet instrument qui instaure en principe le libre-échange. Et selon lui, c’est l’application sélective que font les Etats du Tec Cedeao qui favorise des stratégies de contournement qui sont nuisibles à certains pays dont le Bénin.
En effet, journaliste des questions économiques et rédacteur en chef du quotidien l’Evénement précis, Olivier Allochémé qui a restitué son travail à travers une conférence de presse, le vendredi 15 mai 2020, à la Maison des Médias, a révélé avoir découvert que, dans la sous-région, des importateurs ont de nombreux moyens pour contourner le cordon douanier. «Ce sont les importateurs qui font commerce avec le Togo par exemple. Et ceci parce qu’il y a un détournement de trafic dû aux tarifs avantageux pratiqués au port de Lomé», a-t-il fait savoir avant de renchérir: «plutôt que d’avoir à payer la douane, beaucoup de commerçants préfèrent passer leurs marchandises par la contrebande, occasionnant des manques à gagner à l’Etat». «C’est le cas des industriels béninois à qui, il est impossible de faire passer au Nigéria, leurs produits fabriqués au Bénin», a ajouté l’enquêteur qui explique qu’«on assiste depuis le 20 août 2019 (ndlr fermeture des frontières nigérianes) à l’âge d’or de la fraude douanière du côté de Sèmè-Kraké».
Le Bénin étant touché avec la réduction de ses recettes douanières, Olivier Allochémé qui a suggéré une réorganisation du Tec par la Cedeao n’a pas manqué d’attirer l’attention du pays sur la nécessité de mettre en place une politique de veille en place au risque de continuer à subir les affres des stratégies de ces fraudes que développent les acteurs. «Les stratégies de fraude développées par les acteurs ainsi que la mauvaises foi des Etats rendent nécessaires la mise en place des mesures plus proactives», va-t-il insister.
Tout comme Olivier Allochémé, était aussi présent à cette conférence de restitution entrant dans le cadre du projet «Pour des médias plus professionnels au Bénin, Phase II » exécuté par la Maison des Médias avec l’appui financier de l’Osiwa, Jacques Boco. Rédacteur en Chef du quotidien Matin Libre, celui-ci a, également, exposé les résultats de son enquête sur la «collecte de l’épargne publique» qui continue d’avoir cours au pays sans aucun respect de la loi qui cadre ce secteur.

Anselme HOUENOUKPO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *