.
.

Le triomphe de la vérité

.

Edito: Les mythes tombent


« L’émotion est nègre, comme la raison est hellène ». Cette phrase de Senghor prononcée en 1939 ne peut pas être plus fausse qu’aujourd’hui. Rappelons-le, Senghor fut le premier président du Sénégal (20 ans de pouvoir) et qu’il a été membre de l’Académie française. Oui, Marcien Towa et d’autres écrivains ont fortement opposé à cette maxime, la réalité que l’on ne peut ôter à tout un peuple la vertu de la raison. Car, ce que disait Léopold Sédar Senghor, c’est que les Blancs sont surtout gouvernés par la raison, tandis que les Africains se laissent surtout porter par leurs émotions. Autrement dit, les Africains réfléchissent peu, contrairement aux autres peuples.
Nous donc, nous sommes des peuples de la danse, de la musique, de l’amour débridé ou de la haine sauvage. Nous ne sommes pas des gens qui raisonnent, ceux qui raisonnent, ce sont les Blancs. Aujourd’hui, une bonne partie de nos élites disent que les Africains sont par nature indisciplinés, incapables de se soumettre à une quelconque rigueur. Peuples éternellement enfants, qu’il faut mener au bâton si l’on veut des résultats, comme des enfants ou des animaux. Nous sommes réputés incapables de progrès, incapables de comprendre les enjeux de la modernité.
Mais la pandémie du coronavirus nous montre autre chose. Elle montre que les peuples que Senghor a si généreusement dotés de raison, sont précisément plus émotifs même que les Africains. Face à la mort, et même à la mort par milliers, les Européens et les Américains se comportent comme si leur logique est restée à la fête. Malgré la menace de la mort, ils ont du mal à observer les gestes barrières tels que nous les appliquons ici au Bénin depuis environ deux mois.
Non, nous ne sommes pas des peuples indisciplinés. Il y a quelques jours, les policiers ont été obligés de disperser à Paris un attroupement qui s’est spontanément formé au bas d’un immeuble d’où montait une musique à haute dose. Les gens se sont réunis pour danser, malgré le confinement et les 24.000 morts en France. Et regardez bien, vous constaterez que la plupart des officiels français (députés, ministres, hauts fonctionnaires…) ne portent pas de masque. Il faut introduire un projet de loi à l’assemblée nationale, avant d’y obliger les français après le déconfinement prévu pour la semaine prochaine. Dans un pays qui a plus de 24.000 morts de coronavirus !
Ne parlons pas des Etats-Unis. Ce week-end, des milliers d’habitants de New-York sont sortis de chez eux pour profiter du soleil dans les parcs de la ville. Et pourtant le déconfinement n’est prévu que pour le 15 mai, dans une ville de New-York qui enregistre près de 19.000 morts de coronavirus, 168.845 cas confirmés et 42.909 hospitalisés en soins intensifs, selon les statistiques présentées hier. Ne parlons même pas de leur président, Donald Trump qui multiplie les incongruités à la face du monde qui rit d’un Chef d’Etat totalement déboussolé.
Non, les Blancs n’ont pas le monopole de la raison. Et les Africains ne sont pas moins intelligents que les autres peuples. La pandémie en cours est venue briser en mille morceaux les clichés réducteurs ayant fait des Africains la risée du monde pendant si longtemps. S’il est vrai que l’Afrique est moins développée aujourd’hui, la raison n’est pas à rechercher dans une quelconque infériorité génétique tant vantée par une certaine littérature par le passé.
Aujourd’hui encore, malgré les évidences les plus criardes, regardez donc comment tant d’intellectuels paradent sur les médias pour montrer l’incapacité de l’Afrique à se gouverner ou à se développer. La domination de l’occident sur l’Afrique n’est pas le fruit de l’absence de raison en Afrique. Elle provient d’une planification de l’affaiblissement de l’Afrique, comme d’ailleurs de l’Asie. Mais tandis que l’Asie se réveille et s’épanouit, on continue de faire croire aux Africains qu’ils n’ont qu’à confier leur destin entre les mains des autres peuples.
Le coronavirus l’a montré : face au même péril, les Africains ont été capables de plus de discipline et d’anticipation, malgré infiniment plus de pauvreté et de misère qu’ailleurs.

Par Olivier ALLOCHEME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

2 thoughts on “Edito: Les mythes tombent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *