.
.

Le triomphe de la vérité

.

Classement des centres de formation sportive au Bénin: L’avis de Sosthène Sèflimi


Sosthène Sèflimi, Président de ANIF-Foot

La direction du sport et de la formation sportive (Dsfs) a publié récemment un classement des centres de formation sportive les mieux structurés au Bénin. Ce classement qui est bien accueilli par certains promoteurs, ne l’est pas chez tout le monde. On a par exemple, Sosthène Sèflimi, Président de ANIF-Foot (association nationale des initiatives de formation de football) qui marque son désaccord total avec le travail fait par la DSFS. Selon lui, la vision en procédant à ce classement est « biaisée ». Car, « la vocation d’un centre de formation est former et vendre », a-t-il lancé avant de poursuivre que « tant qu’un centre ne vend pas, il est promis à la disparition et que pour noter les performances d’un centre, on ne voit pas ses résultats dans les compétitions de jeunes au moment où l’on parle, mais on regarde plutôt le nombre de jeunes qui sont sortis du centre et qui ont trouvé preneur ». Il a ensuite ajouté que  » ce n’est pas non plus la qualité des infrastructures qui font attribuer une bonne note à un centre de formation ». « En France, Le Havre et Rennes qui sont de petits clubs sont parmi les meilleurs centres de formation du pays. Lyon est en train de s’illustrer aussi parce que Lyon a commencé par former des joueurs qu’il utilise en équipe première avec de bons résultats dans le championnat. Le plus grand tournoi des jeunes en France, c’est  »Gambadella ». Mais, même si un centre remporte 10 années de suite ce tournoi, il ne serait pas pour autant retenu parmi les meilleurs centres parce que les jeunes joueurs qui ont remporté ce tournoi n’ont pas prouvé qu’ils ont signé un contrat professionnel à 18 ans et qu’ils ont fait carrière effectivement dans le foot », a-t-il insisté tout en précisant qu’ « au Bénin, Uss Kraké (centre classé premier) n’a encore rien prouvé. Les jeunes qui sont allés à Moscou, il faut attendre de voir qu’ils ont confirmé et qu’ils ont effectivement signé un contrat pro ». « Pour le moment, le plus grand centre de formation de tous les temps au Bénin, c’est Tanéka, au regard du nombre de jeunes formés dans le centre qui ont signé un contrat au Bénin ou ailleurs et qui ont fait carrière », a-t-il fait savoir tout en insistant qu’on évalue un centre de formation donc que sur la base du résultat final et non pas sur la base des résultats acquis dans des compétitions de jeunes ».

« Un centre de formation n’est pas un centre d’animation »

Sosthène Sèflimi pour appuyer son argumentaire a laissé entendre que « ce que le Ministère  des Sports a fait, est comme si le Ministère de l’enseignement primaire avait décidé de ce que telle ou telle école est meilleure au CEP, en se basant sur la qualité des infrastructures puis sur les résultats acquis lors des évaluation par des écoliers du CM1. Quand une école a les meilleurs écoliers au CE1 et au CE2, ce n’est pas une garantie que ces écoliers seront les meilleures du pays à l’examen du CEP. Il faut attendre de les voir passer le CEP et sortir du Cours primaire », a-t-il conclu.

Les cadres de la direction ayant produit ce classement devront donc réagir pour repréciser ce qui a motivé le travail qui a le mérite de constituer une base des Centres de formation sportive qui existent dans le pays.

A.H

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *