.
.

Le triomphe de la vérité

.

Présimètre An 4: La Plateforme électorale relève 86% de promesses non tenues sur le plan politique


La Présidente Fatoumatou Batoko Zossou au lancement du Présimètre An 4 net

« Des promesses du candidat aux actes du Président… ». C’est l’exercice auquel s’est adonné la Plateforme électorale des organisations de la société civile du Bénin, depuis l’avènement au pouvoir du régime de la rupture en mars 2016, afin d’évaluer les actions entreprises par le Président Patrice Talon à partir des promesses faites. Après les rapports de 2017, 2018 et 2019, celui de cette année a officiellement été lancé le dimanche 6 avril dernier par la Présidente de la Plateforme électorale, Fatoumatou Batoko Zossou. Ce dernier rapport de la série couvre la période du 06 avril 2016 au 29 février 2020 et apprécie, entre autres, l’état des 198 promesses, identifiées depuis la première édition, sur la période du 06 avril 2016 au 29 février 2020, soit 4 années de gouvernance du Président Talon élu sur la base desdites promesses. De façon spécifique, relève le rapport, 8 domaines affichent des promesses non tenues : réformes politiques, administration judiciaire, administration publique, protection sociale, santé, éducation (notamment au niveau des enseignements maternel et primaire et de l’enseignement supérieur), environnement et financement du programme. Le plus fort taux de promesses non tenues s’observe dans le domaine des réformes politiques où 86% des promesses (soit 6/7) faites par le candidat ne sont pas tenues, à la date de la présente évaluation. Selon ledit rapport, cette situation s’explique par le fait que la plupart des promesses de ce domaine dépendait d’une révision constitutionnelle et l’initiative de 2019 ayant abouti à la loi 2019-10 du 07 novembre 2019 n’a pas tenu compte desdites promesses.

Promesses tenues et non tenues dans les autres domaines
De façon générale, 43 promesses sur 198 soit 21,72% des promesses sont tenues. Ce qui équivaut à une augmentation de 10 promesses tenues par rapport à 2018 et de 37 promesses par rapport à 2017. 56,57% des promesses, soit 112 sur 198, sont enclenchées et sont en état, plus ou moins avancé, de mise en œuvre. Il est observé une diminution de 2 promesses par rapport à la 2ème évaluation (au 28 février 2018) et une augmentation de 26 promesses par rapport à l’évaluation au 28 février 2017. 13,64% des promesses, soit 27 sur 198, demeurent « non enclenchées ». Elles ont diminué de 15 promesses par rapport à la 2ème évaluation (au 28 février 2018) et de 77 par rapport à la première (celle au 28 février 2017). Le plus fort taux de promesses non enclenchées (45%) s’observe dans le domaine Art et culture où 5 promesses, sur les 11 faites par le Candidat dans le domaine, demeurent encore non enclenchées. 8,08% des promesses, soit 16/198, sont « non-tenues » car ayant enregistré des actions contraires. A l’an 1 (au 28 février 2017), l’évaluation affichait 2 promesses non tenues qui sont passées à 09 à l’an 2 (au 28 février 2018).

Avancées, reculs et stagnations dans plusieurs domaines
L’analyse comparée des résultats de la 1ère à la 4ème année révèle qu’il y a eu, dans presque tous les domaines à divers degrés, des avancées, des reculs et des stagnations. Ainsi, en termes d’avancées, il a été noté, par exemple : l’adoption d’une loi sur les Partenariats Publics-Privés (2017), la promotion des entreprises et développement des Mpme ainsi que la restructuration de l’Agence Nationale de Promotion des Investissements et des Exportations (Apiex) dans le domaine du commerce et de l’industrie, le recrutement d’enseignants pour le domaine éducation, le suivi du fonctionnement des établissements scolaires et universitaires par la mise en place d’une cellule présidentielle de suivi à l’enseignement supérieur, le recrutement de personnel dans le domaine de l’administration judiciaire. A côté de ces avancées, quelques reculs notamment les atteintes aux libertés syndicales estudiantines avec l’interdiction des organisations syndicales estudiantines au niveau de l’enseignement supérieur, la suppression de la ligne budgétaire Appui-Conseil aux Communes. Quelques stagnations ont été également mises à jour par la Plateforme des Osc du Bénin, notamment dans le domaine des technologies de l’information et de la communication et dans celui de l’Environnement où le prix du gaz domestique oscille toujours entre 485 et 555 FCFA le kilogramme depuis 2016. « Cet exercice d’évaluation citoyenne des promesses du candidat devenu Président a révélé de nouveaux défis en termes de gouvernance et de redevabilité électorale. Nous allons insister sur quelques-uns que sont : le défi du suivi et du plaidoyer/lobbying pour une mise en œuvre des recommandations dans chaque domaine pour de meilleurs impacts sociaux, le défi de l’analyse et de l’appréciation des impacts des actions menées, dans chaque domaine, afin de s’assurer de leur durabilité dans le temps et enfin le défi de la pérennisation de cette initiative Présimètre tout au long des prochains mandats présidentiels et de son extension aux autres mandats électifs afin que le citoyen béninois se déprogramme et intègre que toute promesse électorale doit être respectée », a ajouté la Présidente Fatoumatou Batoko Zossou, qui a exprimé sa gratitude aux acteurs en occurrence l’Open Society Initiative for West Africa (Osiwa), pour son accompagnement financier et technique dans la production de tous les rapports. Il faut noter que ce rapport est le dernier du mandat de Patrice Talon car, le 06 avril 2021, débutera un nouveau mandat présidentiel, soit avec le même Président réélu, soit avec un autre à qui les populations auront décidé d’accorder leurs suffrages.

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *